Edito : Les vraies urgences    Yan & One : Salwa Akhannouch distinguée par Forbes    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la déclaration du ministère (dimanche 2 août)    Espagne : une centaine d'essais cliniques contre le Covid-19    Espagne: les conséquences directes de la crise sur les établissements d'hôtellerie    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Dr. Tayeb Hamdi: « Nous vivons une situation inquiétante après des mois d'efforts et de résultats positif »    Provinces du Sud : Nareva et INJAZ Al-Maghrib s'allient pour encourager l'esprit entrepreneurial    Nouveau coronavirus au Maroc : La majorité des entreprises craignent un reconfinement    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Douzi lance son clip pour Afriquia    Maroc: les ministres prennent leurs vacances    Message du roi Mohammed VI à la présidente suisse    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Algérie épinglée par le HCR pour d'extrêmes violations à l'encontre des réfugiés    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    «Casablanca International HipHop Festival» : Une première édition en ligne dédiée à tous les hip-hoppeurs    La Fed au chevet de l'économie américaine    Guéris du Covid-19, les joueurs du MAS retrouvent le terrain    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Ce que j'ai voulu vous montrer Par le Dr Lahsen SBAI EL IDRISSI    Aïd Al Adha: le roi Mohammed VI gracie 752 personnes    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    Le président du Haut conseil d'Etat libyen reçu par le chef de la diplomatie marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 07 - 2020

Le texte vise à établir des mécanismes d'appui à la reprise progressive de l'activité économique, à préserver l'emploi grâce à des mesures pratiques pour améliorer l'efficacité de l'administration et à accélérer la mise en œuvre des réformes administratives.
Le gouvernement retient son souffle. Et pour cause. Le projet de loi de Finances rectificative (PLFR) arrive chez les conseillers parlementaires à la deuxième Chambre. Une étape qui est loin d'être une partie de plaisir, notamment pour le ministre de l'économie, des finances et de la modernisation de l'administration.
L'opposition qui domine la Chambre des conseillers attend le projet au tournant. Il faut dire que plusieurs parlementaires d'opposition avaient annoncé l'intention de leurs groupes et groupements de voter contre le PLFR. D'ailleurs, le texte a reçu l'approbation d'une soixantaine de députés sur les 395 parlementaires que compte la première Chambre.
Dans le détail, la Chambre des représentants a adopté à la majorité le projet de loi de Finances rectificative (PLFR) n°35.20 pour l'exercice 2020, lors d'une séance plénière tenue lundi soir.
Le projet de loi a été approuvé par 67 députés et rejeté par 44 autres. Selon le gouvernement, le texte vise à établir des mécanismes d'appui à la reprise progressive de l'activité économique, à préserver l'emploi grâce à des mesures pratiques pour améliorer l'efficacité de l'administration et à accélérer la mise en œuvre des réformes administratives. La même source précise que plus de trois quarts des amendements formulés par la majorité et l'opposition au projet de loi de Finances rectificative (PLFR) pour l'année 2020 ont été acceptés en première lecture.
Parmi les principaux amendements acceptés figure l'octroi d'un délai supplémentaire d'un an pour bénéficier de l'exonération de l'impôt en faveur des entreprises qui réalisent des projets d'investissement, la construction des établissements hôteliers et des programmes d'habitat social dans un cadre contractuel avec l'Etat. Reste à savoir quel sort sera réservé au projet chez les conseillers parlementaires.
Dans ce sens, la deuxième Chambre vient d'annoncer la tenue de trois séances plénières vendredi prochain pour l'examen et le vote du projet de loi de Finances rectificative 2020. Cette décision a été prise à l'issue d'une réunion du bureau de la Chambre et consacrée à la discussion de divers sujets inscrits à l'ordre du jour de l'institution législative, dont la programmation retenue pour l'examen et le vote du projet de loi de Finances rectificative n°35.20 au titre de l'année 2020, a indiqué un communiqué de la Chambre.
A cet égard, le bureau a évoqué les dispositions de l'article 47 de la loi organique n°130.13 relative à la loi de Finances et de l'article 236 du règlement intérieur de la Chambre, relatifs à la présentation avant le 31 juillet de chaque année devant les commissions des finances de la Chambre des conseillers ou devant une réunion conjointe du cadre général de l'élaboration du projet de loi de Finances de l'année suivante.
Concrètement, l'article 51 de la loi de Finances organique dispose que «le projet de loi de Finances rectificative est voté par le Parlement dans un délai n'excédant pas quinze jours après son dépôt par le gouvernement sur le bureau de la Chambre des représentants. Celle-ci se prononce sur le projet de loi de Finances rectificative dans un délai de huit jours suivant la date de son dépôt. Dès le vote dudit projet ou à l'expiration du délai prévu à l'alinéa précédent, le gouvernement saisit la Chambre des conseillers du texte adopté ou du texte qu'il a initialement présenté, modifié, le cas échéant, par les amendements votés par la Chambre des représentants et acceptés par lui. La Chambre des conseillers se prononce sur le projet dans un délai de quatre jours suivant sa saisine. La Chambre des représentants examine les amendements votés par la Chambre des conseillers et adopte en dernier ressort le projet de loi de Finances rectificative dans un délai n'excédant pas trois jours».
Plus nombreuse à la deuxième Chambre, l'opposition peut introduire plus d'amendements au texte transmis par les députés. Cela dit, le gouvernement peut toujours compter sur sa majorité à la première Chambre pour enlever les amendements indésirables en deuxième lecture.
De même, le ministre de tutelle peut avoir recours à l'article 77 de la Constitution qui permet au «gouvernement d'opposer, de manière motivée, l'irrecevabilité à toute proposition ou amendement formulés par les membres du Parlement lorsque leur adoption aurait pour conséquence, par rapport à la loi de Finances, soit une diminution des ressources publiques, soit la création ou l'aggravation des charges publiques».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.