Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour les banques publiques ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 10 - 2020

Cession de parts et fusion au programme pour repositionner les établissements publics dans un secteur en pleine mutation
Après l'Espagne, le Maroc ? Alors que le voisin du nord vient de connaître la méga-fusion entre CaixaBank et Bankia, le Maroc pourrait enregistrer une opération similaire dans un futur proche. En tout cas, les pistes d'une révision du poids du secteur public dans le domaine bancaire ne datent pas d'aujourd'hui. Une révision de la présence de l'Etat dans le monde de la finance est en marche depuis quelque temps (voir encadré). Selon des sources bien renseignées, il existe des scénarios de fusion ou de groupement entre au moins deux banques à participation publique depuis plusieurs mois. La situation économique générée par la pandémie du coronavirus devrait accélérer les choses.
Il est de notoriété publique que le gouvernement travaille à la création de pôles dans différents secteurs économiques, notamment la finance et les banques où l'Etat demeure encore très présent. Certains signes ne trompent pas. Dans ce sens, le marché international s'attend déjà à une cession de parts d'une banque publique de la place à un acteur étranger, et plus exactement asiatique. En tout cas, l'agence Bloomberg annonce une opération similaire pour bientôt. Concrètement, la Banque Centrale Populaire envisagerait, toujours selon Bloomberg, de vendre une participation significative à un acteur basé en Asie de l'Est. La vente, qui pourrait se concrétiser par une injection de fonds, interviendrait ainsi dans le cadre d'une stratégie quinquennale à partir de 2021 qui sera dévoilée aux actionnaires de la Banque Populaire pour approbation.
Si la BCP n'a pas commenté cette information, il est à signaler tout de même qu'un changement majeur dans le tour de table de la banque conforte un tel scénario. En effet, le ministre de l'économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, qui était également DG de la BCP, vient de présenter un projet de loi au Parlement. Le texte propose à cet effet de revoir la contribution des BPR (Banques Populaires Régionales) au capital de la BCP qui va ainsi être diluée progressivement pour passer de 51% actuellement à 34%. Mais une question s'impose. Qui va acquérir les parts des BPR? Le ministre n'a pas donné de détail au Parlement mais il a affirmé que «plusieurs options sont possibles» glissant un détail de taille comme quoi la BCP est cotée en Bourse. Une autre banque à participation publique pourrait connaître un changement de taille. C'est le cas du CIH (Crédit Immobilier et Hôtelier). Sur ce plan, l'actionnaire de référence, à savoir la CDG, est on ne peut plus clair. Dans un entretien accordé à Medias24, Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion, a déclaré. «Nous estimons que la mission de la CDG est accomplie. Nous avons structuré la banque. Elle détient une petite part de marché, 3%. Cette banque ne peut pas évoluer tant qu'elle reste dans le giron de la CDG. Pour moi, elle doit aller chercher la synergie. Il y a une réflexion en ce sens pour identifier le modèle le plus indiqué».
Plus loin encore, Zaghnoun affirme dans cette déclaration qu'il «y a plusieurs idées, comme celle consistant à regrouper toutes les banques publiques. Ou bien le CIH pourrait rejoindre un grand groupe, en apportant son expérience dans le domaine de l'investissement immobilier et touristique, sachant que les banques aujourd'hui ont un portefeuille immobilier important en termes de dations...».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.