Le Maroc et la Serbie veulent renforcer davantage leurs relations économiques    Coupe arabe Futsal : Les Lions de l'Atlas dans le groupe B    M. Ait Taleb: Le ministère œuvre pour remédier aux limites du système de santé actuel    La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Concours «Street Art Casablanca»    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    Critiqué, Biden augmente finalement le nombre des admis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Betterave à sucre : 11,4 tonnes/ha de rendement en 2020
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 03 - 2021


Un secteur stratégique dans l'économie nationale
L'agriculture est un levier de croissance important pour le Maroc. Parmi ses filières les plus dynamiques on compte le secteur sucrier qui à lui seul garantit des revenus réguliers pour 80.000 agriculteurs de betterave et de canne à sucre et génère près de 5000 emplois directs et indirects. Au total, la filière mobilise en amont agricole une superficie de 80.000 hectares et englobe 361 entreprises. Sur le plan industriel, le secteur sucrier dispose d'une capacité de production qui atteint 2 millions de tonnes de sucre blanc par an. La capacité de traitement s'élève pour sa part à 5 millions de tonnes par an (de plantes sucrières). La filière réalise une croissance annuelle de 1,8%. En termes de poids sur le marché, la consommation de sucre au Maroc enregistre 1,2 million de tonnes par an et atteint 35 kg par an par habitant, selon les chiffres dévoilés lors de la 4ème édition de la Conférence internationale du sucre (OIS) organisée le 10 mars 2021 à Casablanca sous la thématique «Secteur sucrier mondial : Quels chemins de croissance ?». Cette conférence biannuelle qui s'est déroulée sous format hybride a réuni les principaux acteurs mondiaux du sucre. L'occasion de faire le point sur les engagements du secteur et d'échanger autour des priorités de cette filière stratégique pour le pays.
50 % des besoins en sucre produits localement au Maroc
La filière sucrière nationale a mené un ensemble de programmes d'extension de ses capacités et performances pour atteindre le niveau actuel. Parallèlement, tout un travail de modernisation du secteur a été effectué en amont agricole afin d'arriver en 2020 à un rendement de 11,4 tonnes de sucre/ha pour la betterave à sucre et de 8,8 tonnes de sucre/ha pour la canne à sucre. De cette manière, le secteur a «réussi à s'assurer 50 % des besoins en sucre produits localement au Maroc», indiquent les organisateurs de cette rencontre. Les performances du secteur ont crée une dynamique pour tout l'écosystème. Ainsi, une démarche d'accompagnement des territoires a été lancéé, à travers la création de pôles économiques axés autour des sucreries, mais aussi à travers la création de sociétés de prestataires et la mise en place d'infrastructures de commodité. La culture sucrière contribue de ce fait aussi au développement du monde rural. Ses acteurs se disent également engagés dans la préservation de l'environnement en baissant l'empreinte carbone de cet industrie.
Histoire d'une ascension
Le secteur sucrier au Maroc a été marqué par plusieurs réformes qui ont permis d'améliorer son rendement et la productivité de ses acteurs, depuis 1971 année de création de l'Association professionnelle sucrière (APS). Cet élan s'est accéléré en 2007 avec la création de la Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre (Fimasucre), qui compte en son sein les acteurs agricoles et industriels. Pour hisser les performances du secteur sucrier et améliorer le taux de couverture des besoins nationaux en sucre, Fimasucre actera avec l'Etat un contrat-programme 2008-2013.
Globalement, ce contrat- programme a nécessité un investissement de 7,5 milliards de dirhams. Il visait principalement à moderniser l'amont agricole et l'outil industriel et à augmenter la capacité annuelle de traitement des sucreries. Une évolution qui porte ses fruits puisque la filière sucrière nationale enregistre chaque année des capacités de production excédentaires. Parallèlement, elle déploie à l'international dans sa perspective de recherche de nouveaux relais de croissance. Ainsi, de nombreuses opérations auprès d'une quarantaine de pays ont été réalisées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.