Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 06 - 2022

«Il m'a été demandé de traiter de la féminité. J'ai donc essayé d'exprimer d'une manière symbolique ce que cela représentait pour moi. Je voyais un corps et des fleurs, c'était très visuel».
Le végétal garnit ses œuvres. Elle le révèle clairement et l'exprime parfaitement en art. La jeune artiste-peintre marocaine Kenza Hamoumi, qui vient d'exposer ses œuvres au Garden Event à Casablanca, fait dans ce genre après un bon début. «J'ai initialement commencé par le floral parce que je trouve que c'est un médium à travers lequel je peux tout exprimer. Je m'y sens à l'aise», raconte-t-elle en marge de cette exposition. Aussi, ses études d'architecture paysagère y sont pour beaucoup. Quant à sa passion, elle l'a toujours eue, depuis sa tendre jeunesse, pour l'art et la nature qui est, tel qu'elle l'indique, sa «première inspiration».
Et ce n'est pas la première fois qu'elle y a recours. Kenza, qui est à sa deuxième exposition, a plus consacré son premier show de toiles à la nature «en général».
Pour concevoir ses œuvres, elle se permet tout. «Je me lâche sur certaines œuvres», s'exprime-t-elle. Dans ce sens, elle donne l'exemple d'une œuvre créée pour un podcast féminin. «Il m'a été demandé de traiter de la féminité. J'ai donc essayé d'exprimer d'une manière symbolique ce que cela représentait pour moi. Je voyais un corps et des fleurs, c'était très visuel», détaille-t-elle.
Aussi, son exposition a été marquée par la présentation d'une toile laissant voir une danseuse. «C'était très instinctif, je n'ai pas pris de modèle à cet effet», explicite-t-elle en révélant «parler» avec les émotions. Elle y a également révélé une œuvre avec collage en s'inspirant de Richenda Lee, photographe qui prend beaucoup la botanique en photo. Dans son œuvre, Kenza a fait un assemblage et collage à la fois en alliant le féminin et les fleurs qui lui tiennent à cœur.
Par la même occasion, elle déclare être intéressée par l'éco-féminisme, mouvement qui allie l'écologie également. «Je fais mes recherches sur cela encore. J'explore aussi manuellement à travers mon travail», avance-t-elle.
Mieux encore, cette artiste tend visiblement à valoriser ses créations. «J'aime bien peindre sur des grands formats, cela me donne une certaine liberté au niveau de la gestuelle», ajoute-t-elle.
Au niveau des couleurs, elle essaie de trouver «quelque chose d'assez épuré et poignant à la fois». «Je joue avec cette dualité», enchaîne-t-elle. Le bleu étant très dominant dans ses récentes toiles. «Je trouve que cela donne une profondeur aux peintures. Je trouve que c'est très lumineux», exalte l'artiste qui fait des variations.
A propos de ses matières, elle indique travailler notamment avec des pigments naturels qu'elle achète au souk ou en magasin pour les mélanger avec des liens acryliques. «Parfois j'en mélange plusieurs en même temps, cela fait des créations. En fait, j'essaie d'avoir mon concept et de faire ma propre peinture», enchaîne-t-elle.
Concernant sa participation à cet événement, c'est une amie qui, tel qu'elle le confie, lui a envoyé le lien sur Instagram. «Je me suis dit que c'est une bonne opportunité pour partager avec le autres et communiquer sur ce que je fais», estime-t-elle. Le tout en caressant l'espoir d'exposer encore prochainement.
En tout, cette jeune de 26 ans, qui a commencé ses études en Angleterre, notamment l'art et le design puis l'architecture paysagère à Londres avant de basculer pour les beaux arts à Paris, consacre tout son temps à l'art. «Cette année j'ai donné des cours à des enfants chez le centre d'art Vitalis et je viens de commencer un stage à la fondation TGCC», précise-t-elle.
Et ce n'est pas tout ! Kenza aime aussi beaucoup «l'arthérapie». A cet égard, elle remonte le temps. «J'ai fait un stage au pavillon psychiatrique d'Ibn Rochd, j'ai accompagné une arthérapeute qui donnait des cours aux patients. J'ai beaucoup appris pour ma part», se souvient l'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.