Sourcing local: le ministère de l'Industrie signe un partenariat avec Kitea    Nouveau Citroën C5 Aircross : la belle découverte (VIDEO)    Impériales 2022 : et voici la marque marocaine la plus aimée    Maroc : Zapatero salue la position espagnole sur le Sahara    La HACA aux commandes du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication pour un mandat de 2 ans    Politique monétaire : Vers une hausse du taux directeur selon les prévisions de l'AGR    Covid-19 au Maroc : 22 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Le Maroc souligne à New York la place importante de la cause palestinienne dans l'action entreprise sous le leadership de SM le Roi    Crise de l'énergie: le chancelier allemand en Arabie saoudite    Aux Nations unies, le Mali s'en prend violemment à la France «néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde»    Après avoir échappé à la peine capitale, Brahim Saadoun arrive ce samedi soir au Maroc    Le sélectionneur du Chili fait l'éloge des Lions de l'Atlas    Météo: Averses et pluies ce week-end dans plusieurs provinces du Royaume    Covid-19 : 22 nouveaux cas et zéro décès ce 24 septembre    Grands concerts de Rabat: la scène OLM Souissi retrouve son éclat après deux ans de Covid-19    Marrakech : Des shows et rythmes variés au menu du 5è Festival Gnaoua Show pour le Monde    OLM Souissi : 170.000 personnes ont assisté à Toto, Dadju et Ayra Starr    William Ruto : "la position du Kenya sur le Sahara est celle des Nations unies"    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce samedi 24 septembre 2022    Dr Tayeb Hamdi: « L'ensemble des citoyens ont intérêt à se faire vacciner contre la grippe saisonnière »    Casablanca accueille la première édition du Festival des Marocains du monde    Prix du pétrole et concurrence internationale    Burkina : Au moins 14 personnes tuées par des hommes armés    Division Amateurs : Tihad Benahmed (CUSBA) demande justice    Marrakech: un «ould lfchouch» commet un terrible accident (VIDEO)    Football / Le public rajaoui réclame le changement structurel : Pas de bricolage, non aux «charrettes» et au dénigrement    Las Palmas. Un Manifeste pour la réunification de tous les sahraouis    Maroc – Chili : Conférence d'après match de Walid Regragui    Division Nationale Amateurs / 1ère Journée : Réussir l'entame pour mieux se projeter !    Washington annonce des mesures pour faciliter l'accès des Iraniens à Internet    Nador: peine de prison alourdie pour des migrants impliqués dans les événements de Melilla    Le Partenariat Vert UE-Maroc sera signé prochainement    La région Marrakech-Safi et l'OCP scellent un partenariat pour booster le développement    La revue de presse des hebdos du samedi 24 septembre    Abdelilah Benkirane défraie encore la chronique    La Somalie va ouvrir un consulat général à Dakhla    Enlèvement d'une fillette à Kénitra: le suspect arrêté sur un bateau de pêche    CAN cécifoot: le Maroc sacré champion d'Afrique    Tennis: Sourires et larmes pour les adieux du "roi" Federer    Le beau message d'Arturo Vidal à Achraf Hakimi après Maroc-Chili (PHOTO)    Sahara marocain: Le Soudan du Sud déjuge la propagande algéro-polisarienne et rétablit la vérité sur sa position    France : Une centaine d'associations signe la pétition « La politique des visas : discriminations et injustice »    Les températures attendues ce samedi 24 septembre    Pétrole: le WTI clôture sous 80 dollars, une première depuis plus de 7 mois    Samira Saïd: « Rabat ne cesse d'embellir de jour en jour » (VIDEO)    Rabat: Cheb Khaled, Manal... La soirée de l'OLM Souissi comme si vous y étiez (VIDEO)    5ème Salon régional du livre du 28 septembre au 4 octobre à Tinghir    Quand Amina Benmansour Kanouni interroge la relation humaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 08 - 2022

Le nouveau roman «Peaux et ocres», publié chez les éditions Marsam par son auteur marocain Abderrahim Kamal, a la particularité de brosser le portrait de plusieurs personnages à la fois.
Certains gagnent même en sympathie du lecteur au moment où d'autres sont susceptibles d'étonner. C'est le cas du personnage «Zahra» qui se met à manipuler la peau de son père incarcéré pendant des années avant de revenir à elle et sa mère dans un état lamentable. Un fait qui abonde dans le sens de l'intitulé de l'œuvre qui aborde entre autres les événements de l'incarcération à Tazmamart. «Zahra, comme tous mes personnages d'ailleurs, est un personnage inspiré de la réalité. Bien entendu le travail d'écriture est un travail complexe de composition. Les soins qu'elle fait à son père visent à soigner le corps abîmé de son père et le sien propre», détaille le romancier. De plus, ce personnage demeure fort imprégné de mélancolie tout au long de l'intrigue malgré quelques bons moments. Dans ce sens, l'auteur précise : «L'état de tristesse mêlé systématiquement d'amertume, de désespoir et d'impuissance est un état qui touche une grande partie des personnages porteurs d'une conscience vive ; tous portent une blessure : certains font payer aux autres leur blessure ; d'autres en font quelque chose».
A cet égard, il donne l'exemple de Zahra et le personnage «Gharbany» qui font de cette tristesse une œuvre d'art. D'où l'ajout du mot «ocres» au titre de l'œuvre. Il s'agit aussi de «Zakia» qui devient un génie de la manipulation, etc. «C'est justement dans le corps que ces blessures s'inscrivent ou s'écrivent. Zahra n'arrive pas à consommer son mariage et donc à s'ouvrir à son amoureux parce que son corps est verrouillé par le drame de son père et donc le sien propre. L'amour est aussi chose politique», ajoute l'écrivain.
En outre, d'autres personnages attirent l'attention au fil de la lecture. C'est le cas de Bahaa dont le corps est tabassé par un homme richissime juste pour avoir reproduit son mode de vie. Certains souffrent même à cause de l'ego démesuré de celui-ci. «Tous ses personnages sont travaillés par une blessure, un drame qui les dépasse même dans le temps et qui trouve ses racines dans la petite histoire mais surtout dans la grande Histoire (l'histoire politique et sociale du Maroc)», poursuit M. Kamal qui a également des projets. Comme il l'annonce, il vient de terminer le troisième volume de la trilogie et qui s'intitule Naufrages dans le désert. «Je rappelle que le premier volume de la trilogie s'intitule «Tkoulia, l'attente», paru en 2020 chez Sagacita. En ce moment, je travaille sur un roman qui s'intitule «Le cri»», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.