Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Hamas dans le collimateur d'Israël
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 07 - 2006

Le Hamas est plus que jamais dans le collimateur d'Israël qui s'attaque à tous les symboles du pouvoir islamiste, y compris les bureaux du Premier ministre Ismaïl Haniyeh, cible d'un raid aérien.
L'occupant israélien fait monter encore davantage la pression contre le Hamas. Le mouvement radical était plus que jamais dimanche dans le collimateur d'Israël qui s'attaque à tous les symboles du pouvoir islamiste, y compris les bureaux du Premier ministre Ismaïl Haniyeh, cible d'un raid aérien israélien.
Une attaque qui marque une nouvelle étape dans les pressions militaires exercées par l'Etat hébreu pour contraindre le principal mouvement islamique à agir pour la libération d'un soldat israélien enlevé, il y a une semaine, à la lisière de la bande de Gaza.
Un hélicoptère israélien a tiré un missile sur les bureaux inoccupés du Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh à Gaza, faisant ainsi comprendre que le dirigeant du Hamas pouvait être pris pour cible tant qu'un caporal israélien enlevé n'était pas libéré.
«Nous frapperons toute personne portant préjudice aux citoyens d'Israël. Nul ne restera impuni», a déclaré en Conseil des ministres le chef du gouvernement israélien, Ehud Olmert, sans mentionner nommément Haniyeh.
Le Premier ministre palestinien, lui, ne se trouvait pas dans ses bureaux au moment du raid. Il s'est rapidement rendu sur place pour constater les dégâts - meubles et vitres brisés, un portrait du défunt président Yasser Arafat décroché d'un mur.
«C'est là la politique de la jungle et de l'arrogance», a dit Haniyeh ajoutant que : «rien ne modifiera notre façon de voir et rien n'entamera notre détermination.»
Un haut responsable à la présidence palestinienne avait déclaré samedi que la «vie de Ismaïl Haniyeh serait en danger si le soldat israélien n'était pas libéré».
Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'armée israélienne a également arrêté 64 ministres, députés, maires et autres responsables du Hamas en Cisjordanie.
Un membre du Hamas a été tué dans une autre attaque visant un bureau utilisé par des forces fidèles au Mouvement de la résistance islamique. Une troisième attaque israélienne a frappé une école administrée par le Hamas, mais sans faire de victimes.
Israël, qui s'est retirée de la bande de Gaza l'an dernier, a déployé troupes et chars mercredi dans la bande de Gaza après l'enlèvement du caporal Gilad Shalit dimanche dernier par des Palestiniens armés dont certains étaient membres du Hamas.
Plusieurs dirigeants israéliens ont également menacé ouvertement de s'attaquer à Khaled Mechaâl, chef du bureau politique du Hamas, basé à Damas présenté comme le "cerveau" de l'enlèvement d'un soldat israélien.
Mechaâl est la bête noire d'Israël qui a déjà essayé de l'éliminer en 1997. Des agents du Mossad avaient alors tenté de l'empoisonner à Amman, mais l'opération avait tourné au fiasco, deux agents israéliens se faisant capturer par les autorités jordaniennes.
Rappelons que des groupes armés avaient exigé dans un communiqué la libération de "1.000 prisonniers, palestiniens, arabes, musulmans et de toutes les nationalités" sans s'engager explicitement à libérer le soldat israélien. Mais l'Etat hébreu a fait savoir qu'il ne négociera pas la libération de son caporal et va employer tous les moyens pour le récupérer.
La branche armée du Hamas déclare la guerre à Israël
La branche armée du Hamas menace d'attaquer des écoles, des institutions et des centrales électriques en Israël si l'offensive militaire israélienne à Gaza n'est pas stoppée.
«S'ils poursuivent ces attaques, nous frapperons des cibles similaires (sur le territoire) de l'occupation sioniste que nous n'avons pas encore frappées à ce jour», a déclaré un porte-parole des Brigades Ezzedine al Kassam. Abou Oubaïda. Et d'ajouter que «la poursuite de la politique d'agression et de terrorisme menée par Israël contre le peuple palestinien entraînerait la région dans un océan de sang».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.