Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne : l'utilisation d'armes chimiques dans la guerre du Rif devant le Congrès des députés
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 02 - 2007

Le Congrès des députés espagnol (Chambre basse du parlement) devrait débattre, mercredi, d'une proposition de loi sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Espagne dans l'utilisation d'armes chimiques, par l'armée espagnole, contre les populations civiles dans le Rif au début du 20-ème siècle.
Dans cette proposition de loi, émanant du groupe du parti catalan de la Gauche Républicaine (Esquerra Republicana, ERC), l'Etat espagnol est invité à reconnaître sa responsabilité historique et à prendre les mesures conséquentes pour indemniser les victimes de ces armes chimiques ou leurs ayants droit.
Déposé à l'initiative des députés Joan Tarda i Coma et Rosa Maria Bonas i Pahisa, ce texte rappelle que "l'Etat espagnol a entamé au début du 20-ème siècle une guerre d'agression contre la population du Rif sans distinction entre civils et militaires, utilisant systématiquement depuis 1921, en guise de vengeance contre le désastre d'Anoual (NDLR, défaite des Espagnols lors de la guerre d'Anoual), des armes non conventionnelles interdites en vertu des Conventions de La Haye de 1899 et 1907".
Les auteurs de la proposition de loi relèvent que d'éminents historiens et chercheurs espagnols, comme Juan Pando, Maria Rosa de Madariaga, Carlos Lazaro et Angel Vinas, se sont basés sur les archives officiels de l'Etat espagnol pour confirmer que l'armée espagnole a fait usage à outrance d'armes chimiques pour mater la résistance des populations du nord du Maroc, sous le commandement de feu Abdelkrim Khattabi, entre les 1921 et 1927.
D'autres investigateurs européens ont aussi confirmé l'utilisation de ces armes non conventionnelles par l'armée espagnole, comme les chercheurs allemands Rudibert Kunz et Rolf-Dieter Muller, qui ont consacré en 1990 un ouvrage à cette tragédie sous le titre "Gaz vénéneux contre Abdelkrim.
L'Allemagne, l'Espagne et la guerre du gaz dans le Maroc espagnol".
Les commandants de l'armée espagnole surnommaient "Bombes X" ou "Bombes spéciales", ces armes produites à partir de matières chimiques très dangereuses comme le Phosgène, qui est, à température ambiante, un gaz très toxique, le Diphosgène ou encore la Ypérite (gaz moutarde) et la Chloropicrine.
L'historien britannique Balfour a indiqué dans une recherche minutieuse, basée sur les archives militaires espagnols, que l'aviation espagnole larguait des bombes chimiques sur les populations du Rif dans les jours de grandes concentrations comme les souk hebdomadaires et les fêtes, dans l'objectif d'exterminer le plus grand nombre de personnes.
Cette stratégie militaire d'extermination des populations du Rif par le biais d'armes de destruction massive sans distinction entre civils et résistants a été approuvée par le roi d'Espagne à l'époque Alfonso XIII qui manifestait publiquement sont intérêt pour les armes chimiques.
Des rapports officiels, élaborés pour le compte de l'ONU, par des experts de renommée internationale, tel que le Pr. Christine Margaret Gosden, titulaire de la chaire de médecine génétique de la "Royal University of Liverpool", confirment les effets mutagènes et cancérigènes des armes chimiques employées dans cette sale guerre.
Les statistiques officielles marocaines attestent que 80 PC des patients atteints de cancers du larynx sont originaires du Rif, en plus de patients souffrant d'autres pathologies cancérigènes.
La proposition de loi présentée au Congrès des députés demande à l'Etat espagnol de reconnaître sa responsabilité pour les actions menées par l'armée espagnole contre les populations du Rif entre les années 1922 et 1927, sur ordre du roi Alfonso XIII.
Le texte invite aussi les autorités espagnoles à demander pardon aux populations du Rif à travers l'organisation d'actes de réconciliation, de fraternité et de solidarité avec les victimes, leurs descendants et l'ensemble des habitants du nord du Maroc.
L'Etat espagnol est aussi invité à répondre aux demandes d'indemnisation qui pourraient être formulées, à titre individuel, par les victimes de cette agression ou par leurs ayants droit.
Les promoteurs de cette proposition de loi demandent également au gouvernement espagnol de lancer, dans le cadre de la coopération hispano-marocaine, des programmes de développement dans le Rif, notamment dans les régions de Nador et Al Hoceima, en guise d'indemnisation collective pour les dégâts subis par les populations de ces régions.
Le gouvernement espagnol est également appelé à doter les hôpitaux des villes de Nador et Al Hoceima d'unités d'oncologie pour traiter les patients qui souffrent toujours de pathologies causées par ces armes chimiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.