Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



407 T de gaz chimiques largués sur le Rif
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 02 - 2004

Guerre du Rif. Le mouvement de libération d'Abdelkrim El Khattabi a été maté par l'arme chimique utilisée par l'Espagne et la France. L'investissement dans le Rif serait un moyen sage de réparation.
La Chambre de commerce et d'industrie de Nador a abrité, samedi dernier, les travaux d'un colloque international sur l'utilisation des armes chimiques lors de la guerre du Rif. Selon les dernières études réalisées par des historiens et des chercheurs marocains, espagnols et anglais, la population rifaine a été victime, entre 1924 et 1926, d'intenses bombardements avec des armes chimiques dont les séquelles sont toujours visibles. Parmi les intervenants figuraient les premiers historiens à avoir levé le voile sur l'utilisation des armes chimiques dans le Rif. Il s'agit de l'Espagnole Maria Rosa Madariaga et l'Anglais Sebastian Balfour.
Selon Rachid Raha, président de la Fondation Montgomry Hart des études amazighs, "plusieurs localités du Rif ont été prises pour cibles par l'armée espagnole. C'est le cas notamment de la Tamsamane près de Nador et d'Anjra non loin de Tanger". Les militaires ibériques n'ont pas lésiné sur les moyens, les plus atroces d'ailleurs, pour mater la révolution rifaine conduite par l'Emir Abdelkrim El Khatabi.
Cette résistance à l'occupation a coûté la vie à plus de 20.000 soldats espagnols. Le mouvement de libération avait une principale qualité: l'organisation. Inutile de rappeler que c'est Abdelkrim El Khattabi qui a inventé le système des guérillas qui a inspiré, par la suite, Ho Chi Min au Viêt-Nam et Che Guevara en Amérique Latine. La France a également été pointée du doigt. "Elle est autant responsable que l'Espagne», souligne Rachid Raha, car le mouvement de libération d'Abdelkrim s'étendait rapidement vers la zone sous protectorat français. D'ailleurs, les historiens assurent que l'armée française a eu recours aux armes chimiques dans la région de Fès, lors de la guerre du Rif. Devant une percée colossale de l'armée rifaine, les Espagnols ont eu recours à l'extermination et au génocide. Deux usines chimiques ont été ouvertes par les Espagnols, dès 1924, grâce à des compétences allemandes et françaises. Une usine se trouvait à Melilla et l'autre à Madrid. En quelques semaines, des tonnes de gaz ont été produites. Les historiens parlent de 407 tonnes de gaz ypérite, du chloropicine et du phosgène.
Pour larguer ses bombes, l'armée espagnole a utilisé plus de 530 avions de construction française, danoise et allemande et pilotés par des mercenaires français, allemands et américains. L'utilisation du gaz ypérite a des conséquences catastrophiques sur la santé. "En plus des diverses infections et brûlures, les scientifiques assurent que l'ypérite est cancérigène.
Pire, il a un effet mutagène, c'est-à-dire modifiant le patrimoine génétique de la victime", souligne le professeur Ahmed Hamdaoui, psychologue et criminologue à l'Institut Royal de la Formation des cadres à Rabat. En termes clairs, la population bombardée en 1925 par l'Espagne et la France a transmis dans ses gènes le cancer et autres pathologies respiratoires. Sur le plan psychologique, le Pr. Hamdaoui parle, notamment, des troubles psychotiques, comme la dépression, l'angoisse et la panique. De son côté, Mimoun Chaqi, professeur universitaire et président de l'Association nationale des Docteurs en Droit, estime que le Maroc a plusieurs voies de recours pour obtenir des réparations. Il y a tout d'abord les tribunaux espagnols et français. La plainte doit être déposée non seulement contre ces deux Etats mais aussi contre deux sociétés, Schneider (France) et Stolzenberg (Allemagne). "En cas d'échec de ces voies ordinaires, les familles des victimes peuvent se diriger vers la Cour Européenne des Droits de l'Homme", poursuit Mimoun Charqi.
La jurisprudence de cette dernière est prometteuse. Mais avant tout cela, le Dr. Charqi assure que la voie la plus sage est sans doute celle de la négociation, en s'asseyant autour d'une même table. En d'autres termes, la réparation être débloquée sous forme d'investissements dans le Rif, notamment dans le domaine sanitaire, en construisant des centres médicaux de cancérologie. Car le colloque de Nador a rappelé que pas moins de 80% des cas de cancers au Maroc sont apparu au Nord du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.