Pegasus : le corps du délit, ce grand absent    Justice : Voici les nouveaux procureurs du Roi et présidents de la Cour d'appel    Chambres professionnelles/élections : dans le Souss-Massa, le RNI ratisse large    Automobile: 107 383 unités écoulées à fin juillet, selon l'AIVAM    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Bonnes performances du secteur des exportations des produits agro-alimentaires en 2021    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : Le théâtre national Mohammed V suspend ses activités    Covid-19. Les Etats-Unis classe le Maroc comme pays à risque élevé pour les voyageurs    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Législatives 2021: la candidature de Saad Eddine El Otmani entérinée    Andrea Cozzolino salue le message royal de réconciliation avec l'Algérie    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jugement clément pour un violeur
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 01 - 2004

Abdellatif, ressortissant marocain en France a promis monts et merveilles à une mineure, Aziza. Tout une stratagème pour la violer. Il a été condamné à deux ans de prison.
La Chambre criminelle près la Cour d'appel de Beni Mellal. Abdellatif était au box des accusés, poursuivi pour détournement d'une mineure, viol et attentat à la pudeur. Près de lui se tenait sa victime, Aziza, âgée de seize ans, qui a quitté, par la suite, la salle d'audience sur ordre du président de la cour. Elle devait attendre au dehors jusqu'à la fin des interrogatoires du mis en cause. Ce dernier a rejeté en bloc les charges retenues contre lui. Il a expliqué à la cour que Aziza était sa copine depuis quelques semaines. Quand il l'a croisée la première fois dans la rue et lui a proposé d'entretenir une relation, elle n'a pas refusé. Elle était pleine de joie de faire sa connaissance notamment quand il lui a confié qu'il est un ressortissant marocain en France. Abdellatif, âgé de trente-deux ans, n'a pas nié avoir des relations sexuelles avec elle. Seulement, affirme-t-il aux magistrats qu'elle l'a accompagné chez lui à la région de Taghbaloute, à K'siba, de son plein gré. «je ne l'ai jamais obligée à partager avec moi le même lit», explique-t-il à la cour.
Appelé à la barre, accompagnée de sa mère, Aziza a révélé aux magistrats une autre version des faits. Elle a reconnu avoir été croisée la première fois par Abdellatif qui s'est présenté devant elle et l'a sollicitée à entretenir une relation avec elle. D'un mot à l'autre, elle lui a cédé et l'a accompagné vers un café de Beni Mellal. Là, il lui a expliqué qu'il est ressortissant marocain en France, qu'il est venu pour chercher une fille pour le mariage et qu'il quittera la mère-patrie un mois et demi plus tard. Aziza a ajouté à la cour qu'Abdellatif a commencé à l'emmener dans des restaurants et des cinémas à bord de sa voiture. Il ne cessait à lui promettre le mariage et l'emmener avec lui en France prochainement. Il suffit qu'ils se marient et préparent les documents nécessaires pour avoir son passeport et le visa, lui explique-t-il d'une fois à l'autre. De fil en aiguille, il est arrivé à la convaincre à faire l'amour avec lui, à la salle de cinéma et dans des lieux plus ou moins déserts. «Si tu m'aimes, tu dois me confier ton corps», lui dit-il à maintes reprises. Elle refusait, affirme-t-elle à la cour. Une semaine avant son retour en France, il lui a demandé de l'accompagner pour passer quelque moment dans son appartement à Taghbalout. Une fois acceptée, il n'a pas tardé une seconde pour l'emmener à bord de sa voiture jusqu'à sa destination. En entrant, Aziza est surprise par les bouteilles de whisky et des bières qui sont servies sur une table. Abdellatif lui a expliqué qu'il se contente de temps en temps de boire quelques verres qui n'arrivent pas à faire tourner les têtes comme des sourds. Mais, ils laissent la personne très gaie. « Pourquoi ne pas faire une expérience ? », lui demande-t-il. Aziza a hésité au départ, mais Abdellatif est arrivé à la convaincre. Et elle a ingurgité un premier verre, puis un deuxième pour continuer à boire jusqu'au point où elle a perdu les pédales. Aussitôt, Abdellatif l'a saisie entre ses bras et l'a emmenée vers la chambre à coucher pour la violer. Elle ne s'est réveillée de son profond sommeil que le lendemain matin. Quand elle a remarqué son état lamentable, elle a fondu en larmes. Abdellatif lui a assurée qu'il ne la trahirait pas, qu'il ne l'abandonnera pas, qu'il tiendra sa promesse. Seulement, lorsqu'elle a raconté son histoire à sa mère, cette dernière l'a conduite vers le commandement de la gendarmerie royale pour déposer plainte. Ces déclarations ont été qualifiées de mensongères par la défense d'Abdellatif qui a réclamé l'acquittement de son client. Quant au représentant du ministère public, il a requis la peine maximale. En revanche, la cour a tranché en condamnant Abdellatif à deux ans de prison ferme. Un verdict qui semble clément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.