Centrafrique. Premières élections municipales depuis 30 ans    CIH BANK lance CIH PAY    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Boufal et Hakimi dans l'équipe type    CAN2021- Burkina-Gabon / Redouane Jayed: le sheriff qui tire plus vite que son ombre!    Covid-19 : Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    La diplomatie éducative, un instrument valorisant toute impérieuse politique étrangère    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    Mehdy Mariouch expose ses «Studios. (c)» à Meknès    Spotify lance «Ghareeb Alay» d'Eliana et Balti    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Un parti d'opposition dénonce la « criminalisation » de l'action politique en Algérie    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    Chelsea-Tottenham : Ziyech a signé l'une de ses meilleures performances chez les Blues    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 24 janvier 2022    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    Les Etats-Unis atteindront le pic d'infections au variant Omicron en février    Tunisie :Les médecins et pharmaciens de la santé publique en grève mardi    Education nationale : 196 établissements fermés à cause du Covid-19    Environnement: Marrakech se dote d'un hôtel éco-responsable    Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles lancés par les rebelles houthis    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    CAN 2021 : Hakimi absent de l'entrainement collectif, Fajr seul Lion de l'Atlas confirmé positif au Covid-19    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    Le Polisario et la fuite en avant    La revue de presse du lundi 24 janvier    Edito : Courage de réformer    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Les températures attendues ce lundi 24 janvier 2022    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le cabinet Andaloussi en tête
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 05 - 2007

Le Cabinet Hamid Andaloussi est le meilleur cabinet marocain en matière de résolutions de conflits et d'arbitrage des litiges dans le commerce international. Le classement a été réalisé par PLC Which Lawyer.
Le très officiel PLC Which Lawyer, leader mondial dans le classement des cabinets d'avocat de par le monde, a mis en ligne sur son site le classement des meilleurs cabinets d'avocat d'affaires au Maroc. Un travail rare dans un milieu où la discrétion est de mise.
Comme l'on pourrait s'y attendre, ce classement a été établi sur la base de la résolution des conflits (dispute résolution), le cœur même de l'activité, et non sur le Corporate (Conseil aux entreprises), lequel volet, tout aussi important, n'en est pas moins rangé dans la rubrique «accessoires » pour un cabinet d'avocat d'affaires.
Selon ce classement, le Cabinet Hamid Andaloussi est en tête sur le critère des résolutions de conflits et de l'arbitrage des litiges dans le commerce international. Il est suivi de Kettani Law Firm et Naciri & Associés-Gide Loyrette Nouel.
Derrière ce top profilent, quatre cabinets sont recommandés. Il s'agit du Cabinet Amine Chérif, du Cabinet Benzakour & Lahbabi (seul dans ce lot à être hautement recommandé), du Cabinet Mikou et du Cabinet Teber.
Pour sa part, le Cabinet Remmal & Tazi Sadeq se voient estampillé du titre «recognized», c'est à dire «reconnu».
La loi marocaine qui interdit de barreau les cabinets étrangers, fait que ceux-ci ne figurent pas sur les premières marches de ce classement. Preuve s'il en est que la seule rubrique Corporate et M.A dans laquelle excelle ces cabinets étrangers (Deloitte, Ernest & Young et Price) ne suffit pas à couronner un cabinet en tête du secteur. Compte tenu des mutations et de la croissance des échanges commerciaux et de l'investissement étranger au Maroc, ce volet Corporate et Mergers & Acquisitions (Conseils en entreprise et en Fusion Acquisitions) est appellé à prendre de l'ampleur comme le fait remarquer l'auteur du classement.
Avec l'ouverture du marché, on remarque l'essor des cabinets étrangers dans des domaines bien spécifiques. C'est le cas de Norton Rose qui traite un notable volume d'affaires marocaines depuis son bureau de Paris. Cas aussi de Gide Loyrette Nouel et de CMS Bureau Francis Lefebvre et, depuis, peu de l'espagnol Garrigues qui a ouvert boutique au Maroc au courant de l'année 2006. L'essor de l'arbitrage comme alternative aux règlements des litiges commerciaux fait dire aux spécialistes qu'en définitive seuls les cabinets qui ont développé une expertise dans ce domaine seront à même de répondre à une demande qui ira crescendo avec l'implantation des firmes étrangères au Maroc. Reste que dans son classement, l'organisme PLC Which Lawyer omet un indicateur de taille : les tarifs. Sans doute objet d'une future investigation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.