Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    CGI lance son école U'DEV à Fès    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    PAI Souss-Massa: Vers une extension de l'usine de production de la Silda    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Safi : La ville célèbre Al Aïta
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 08 - 2007

Safi accueille la 6eme édition de son festival d'Al Aïta. L'édition de cette année qui se tient du 10 au 12 août sera baptisée du nom de Haja Latifa El Makhloufya.
Safi fête Al Aita pour la sixième année et rend hommage aux pionniers de cet art. Du 10 au 12 août, la ville côtière connue pour ses sardines mais surtout pour cet art enraciné dans les plaines de la Chaouia, Abda et Doukkala, accueille le festival d'Al Aïta sous le signe « Al Aïta, origines et prolongements». Car, c'est principalement dans ces plaines bordant l'Atlantique qu'Al Aïta est née et est le plus appréciée.
Le genre est particulièrement pratiqué dans la région de la Chaouia, Doukkala et Abda, c'est-à-dire dans l'axe Casablanca-Safi.
Et si Safi est surtout connue par Al Aïta El Hasbaouia, selon les régions, cet art prend des dénominations différentes. Ainsi, elle est marsaouia au littoral, Za'ria, Mellalia et jeblia. Mais, Safi se distingue par sa propre déclinaison de cette forme musicale.
En plus de ces variantes principales, il existe, en effet, à Safi une Aïta spéciale appelée «Hasba» mais, selon les spécialistes de cet art, son répertoire est limité à quelques exemples du genre. Il n'en reste pas moins que pour la dixième édition de son festival, la ville accueille l'ensemble de ces genres.
Les soirées de cette manifestation seront, en effet, animées notamment par les groupes de Houariate Safi, Laâbat Settat, Oulad Ben Aguida, Mustapha El Bidaoui, Mazagan, Khadija Markoum et Mustapha Bourgogne.
Même si Al Aïta est à l'origine, souvent chantées par un groupe d'hommes et de femmes. Dans le cas où celles-ci sont absentes, l'un des hommes du groupe revêt des habits féminins et imite la voix et la danse des femmes. Le public marocain a pu voir défiler ce genre de situation durant des années à la télévision à la fin des années 60 au début des années 70.C'est alors qu'ont émergé de vraies cantatrices telles que Haja Hamdaouia et Haja Hamounia ou encore Fatna Bent Lhoucine qui ont su galvaniser un public avide de cet art populaire pendant des décennies. Al Aïta qui, il y a encore quelques années, était synonyme de dépravation est en train de revivre des moments meilleurs. En effet, la chanson Al Aïta se trouve généralement livrée à l'appréciation précipitée des non-spécialistes, parce que son côté péjoratif occulte d'autres aspects et valeurs. Al Aïta, qui raconte la nostalgie et les aspirations, les plaisirs comme les douleurs, devient un refuge.
Les inconditionnels de cet art savent qu'à travers le cheminement des chants on découvre une histoire sociale, des héros, des personnages mythiques, une mémoire rurale ancestrale. L'on se rappelle encore de Fatima Al Kobbas, de Chikha Az Zahhafa, de Bouchaïb Al Bidaoui et du Maréchal Qibbou ou de Haja Hamdaouia qui continuent à intéresser des nostalgiques.
Aujourd'hui Al Aïta est réhabilitée et revalorisée. Des études lui ont été consacrées et les médias l'ont mise en valeur, le festival de Safi a apporté une grande contribution à cette nouvelle métamorphose de cet art. De nouvelles tendances, comme celle incarnée par le groupe Mazagan, ont pu marier cet art aux expressions artistiques du monde actuellement en vogue. Le Groove-Chaabi est né avec ce groupe qui sera au rendez-vous, à Safi, pour le grand plaisir des amateurs et inconditionnel de cet art.
Cette édition 2007 de ce festivals, par ailleurs, baptisée du nom de Haja Latifa El Makhloufya, sera marquée par un hommage rendu à deux figures de ce genre artistique, en l'occurrence El Haja Hammounia et Mustapha El Bidaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.