Aid Al-Adha: La demande estimée à environ 5,6 millions de têtes d'ovins et caprins    Mort de Shireen Abu Akleh: Washington accuse Israël à demi-mots    Météo Maroc: temps assez chaud ce mardi 5 juillet    MRE: Ammor interpellée sur la cherté des billets de voyage    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    Jeux Méditerranéens (Taekwondo) : Fatima-Ezzahra Aboufaris et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent    Moody's change la perspective du Maroc de « négative » à « stable »    Femmes au Maroc : Le verdict du Comité CEDAW est tombé    JM Oran 2022 : Maroc 4-2 Turquie ! Les Lionceaux sur le podium (vidéo)    L'opposition moque de« chaises musicales »    Le Conseil de sécurité publie la réponse de Hilale à son homologue algérien    La contribution sociale de solidarité sera maintenue en 2023    Lekjaa affirme le retour de Ziyech    Pedro Sanchez : « L'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc »    Formule E : Edoardo Morata remporte l'E-Prix de Marrakech 2022    Une convention pour la réalisation des travaux d'aménagement de la voie de «Taddart»    « Le plan d'autonomie offre des pouvoirs législatifs exclusifs à la Région »    Sahara : Singapour appuie le plan marocain d'autonomie    L'élimination de la discrimination à l'égard des femmes au centre de la prochaine réunion du gouvernement    Espagne : des «drones sous-marins» pour acheminer de la drogue interceptés    La MAP lance sa nouvelle webradio thématique « Samaoui », dédiée à l'art Gnaoui    Le drame de Mellilia : Pedro Sanchez n'a rien à reprocher au Maroc    « Morocco Now »: des Japonais saluent les avancées du Maroc    Intempéries : Les Australiens piégés par les pluies torrentielles    Evolution du coronavirus au Maroc. 941 nouveaux cas, 1 226 246 au total, lundi 4 juillet 2022 à 15 heures    [Alerte météo] Vague de chaleur (38 à 45°C) du mercredi au samedi    Les étudiants en médecine haussent le ton    Le dirham se déprécie face à l'euro et au dollar du 23 au 29 juin (BAM)    Malhounyat. Le Festival international de l'art du Malhoune de retour à Azemmour    Rabat Salé : Mémoire et ICESCO signent un nouveau partenariat    Pedro Sanchez : l'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc    Tétouan: des mesures sécuritaires spéciales pour le mariage de Nouâmane Belaiachi    Vidéo - La politique marocaine de l'Algérie expliquée par la boxe    Lancement de la célébration de Yaoundé capitale de la culture du monde islamique    La High Line Art de New York expose une sculpture de la Marocaine Meriem Bennani    Le film néerlando-marocain «Marokkaanse Bruiloft» rafle deux prix à Rabat    Les 24 hélicoptères AH-64 Apache seront livrés au Maroc en 2023    Chambre des conseillers: séance plénière mardi consacrée à la politique générale    La Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement à Lisbonne pour la 2e conférence de l'Océan    Le roi félicite le président américain à l'occasion de l'Independence Day    Les Lionnes de l'Atlas réalisent l'essentiel face au Burkina faso    Jazzablanca: Sur la Scène Casa Anfa, Erik Truffaz et Maâlem Hamid El Kasri ont ravi le public    Le Maroc abrite la Supercoupe de la CAF entre le WAC et la RS Berkane    Ligue féminine des champions : Le Maroc officiellement organisateur de l'édition 2022, l'AS FAR qualifiée d'office    Nabila Rmili appelle à accélérer la cadence de traitement des autorisations d'urbanisme    Education : Il était une fois le Baccalauréat !    Joe Biden a reçu un message du roi Mohammed VI    Egypte : le vice-président de la BEI se félicite de l'achèvement réussi de la ligne 3 du métro du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parution : Chaoui : «Permettez-moi madame de vous répudier»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2007

Mokhtar Chaoui vient de publier son premier roman intitulé «Permettez-moi madame de vous répudier». Il y décrit, entre autres, les problèmes des universités marocaines.
«Permettez-moi madame de vous répudier». C'est ce que propose Mokhtar Chaoui pour cette rentrée littéraire. Un roman, édité conjointement par Eddif Paris et Non Lieu, qui relate une histoire d'amour entre un professeur et une étudiante. En toile de fond, l'écrivain passe au peigne fin les problèmes socioéconomiques de la société marocaine. Salman et Abire, les héros de «Permettez-moi madame de vous répudier», serviront donc à ce professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tétouan de publier son premier roman.
«Ce livre a été conçu, au tout début, sous forme d'une nouvelle dans laquelle j'avais décidé de décrire un homme souvent cynique, sadique parfois, égocentrique toujours, un peu misogyne, qui aspire à écrire un best-seller mais qui n'est jamais parvenu à terminer une seule page. Qui continue d'écrire des romans virtuels qu'il est le seul à apprécier puisqu'ils sont sans corps, sans mots, sans écriture, donc sans existence», note M. Chaoui.
«Cette aspiration dont il s'éloigne de plus en plus le hante et gâche sa vie. Il est alors victime d'un dilemme cornélien : choisir de vivre un bonheur ordinaire, voire ennuyeux, avec une femme en chair, ou se consacrer corps et âme à ce qu'il appelle la plus chère des femmes : l'écriture. Pour concrétiser son voeu d'être écrivain, il choisit de martyriser ses compagnes. Et de la souffrance jaillit la création».
Né en 1964 à Tanger, cet écrivain affirme que «Permettez-moi madame de vous répudier» n'a rien d'une autobiographie et qu'il s'est inspiré pour sa rédaction de sa proximité avec le «monde» qu'il y décrit. «J'ai fait de cet homme un professeur et de sa compagne une ex-étudiante à lui, car c'est un domaine que je connais parfaitement, étant moi-même professeur, et je n'ai pas eu à faire des recherches pour placer les personnages dans leur espace/temps qui m'est familier, ni à comprendre leur état d'esprit et leur façon de penser», précise-t-il. L'histoire d'amour entre Salman et Abire sert donc de trame pour tisser un ouvrage dont on applaudit «la qualité d'une écriture qui porte l'empreinte de la fréquentation des écrivains français du XVIIIème siècle, à commencer par Sade et Laclos».
Dans ce roman de 300 pages, cet enseignant de littérature française et de la communication a voulu aussi lever le voile sur les problèmes dont souffrent nos universités : manque criant d'infrastructures, inculture des étudiants, laxisme des professeurs, inefficacité de l'administration, mais aussi et surtout le problème du harcèlement sexuel. «Au-delà de l'histoire du couple qui ne manque pas de rebondissements, c'est l'éternelle et oh combien complexe la problématique homme/ femme qui est traitée, dans une société marocaine qui est assise entre deux chaises et qui ne sait pas sur quel pied danser, celui de la tradition ou celui de la modernité», souligne M. Chaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.