Industrie. Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde (Mezzour)    Pape François: "Le leadership spirituel et les Prières du Roi Mohammed VI nous sont précieux"    Coupe de la CAF (finale): RSB/Orlando Pirates, pour consacrer la suprématie des clubs marocains sur la scène africaine    Météo Maroc: temps chaud avec chergui local ce vendredi 20 mai    Relance touristique : Akhannouch préside une réunion de travail    Légalisation électronique: un projet de décret adopté    La place boursière casablancaise clôture à l'équilibre    «Jaw Jab» de la troupe du théâtre national de Mohamed Eljam présentée en Italie    Ibenge « fier » de jouer la finale de la Coupe de la CAF avec Berkane    Coupe du monde 2022 / Arbitrage : Jayed et Zourak ''qualifiés'' au Mondial !    Aziz Akhannouch préside une réunion de travail sur la relance du tourisme    Blink Pharma annonce sa première levée de fonds auprès d'Azur Innovation Fund    L'établissement de relations « stables et de confiance » avec le Maroc est « primordial » (ministre espagnol)    Jeu d'échecs : Casablanca abrite bientôt la « Chess Week »    Elespanol.com révèle comment le Citizen Lab a utilisé de «faux positifs» pour provoquer le scandale «Catalangate»    Blé: le stock national du Maroc couvre quatre mois    Covid-19 au Maroc: 124 nouveaux cas, aucun décès    Variole du singe: les Marocains doivent-ils s'inquiéter ?    Maroc: tout ce qu'il faut savoir sur le congé de paternité    Erdogan déterminé à contrer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN    Liban: La BM et l'ONU accordent 10 millions de dollars pour le port de Beyrouth    Accès à l'information sur la migration: Bouayach met en avant à New York le rôle des institutions nationales des droits de l'homme    Gabon: Aubameyang annonce sa retraite internationale    MAS : Le bel hommage des Massaouis à leur joueur Djedje Franck Guiza !    Adhésion à l'UE: L'Ukraine dénonce un traitement dégradant de certains pays européens    Les opportunités d'affaires au Maroc dévoilées aux opérateurs sud-coréens    Palestine-Canada / ACIA : les vins fabriqués en Cisjordanie ne sont pas d'Israël    Achraf Hakimi se confie sur son amitié avec Mbappé (VIDEO)    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Cours des devises du jeudi 19 mai 2022    Direction de la prison locale Tiflet 2: « Le détenu (M.L.H) n'a déclaré aucune grève de la faim »    Le Maroc et la Belgique veulent renforcer leur coopération dans le domaine de l'emploi    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    Inclusion économique des jeunes : L'INDH montre la voie à Boulemane    Pass vaccinal ou test PCR pour accéder au territoire    Interpellation du suspect impliqué dans le vol d'une agence bancaire à Casablanca    Douanes : Des recettes records de 111,2 milliards DH en 2021    Football : le Marocain Aymen Barkok remporte l'Europa League    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Exploration gazière: Chariot lève 25,5 millions de dollars pour son projet Anchois    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



100% Jamal Berraoui : Ces échos qui faiblissent
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 10 - 2007

Les mouvements de gauche laissent les sans-abri aux ONG, les exclus aux extrémistes et les chômeurs à leur drame, par peur d'être taxés de populisme.
La gauche est en déperdition, jamais reflux du mouvement ouvrier n'a été si profond, si dramatique. Les organisations traditionnelles implosent ou passent de l'autre côté au nom de la rationalité, du réalisme. C'est officiel, ce sont nos chefs qui l'attestent, nos rêves n'étaient qu'utopie, notre idéal : l'expression de notre naïveté et nos combats, une absurdité. Et pourtant… Et pourtant, la gauche n'est que l'expression d'une aspiration humaine qui a marqué l'histoire, de Spartacus au Darfour, l'exigence de justice, d'égalité exalte les humains, les améliore. Les hommes et les femmes de gauche ne voulaient pas autre chose qu'une vie meilleure pour tous, une société plus tolérante et un avenir moins stressant. Accepter le marché, comme règle de fonctionnement économique, ne peut signifier l'acceptation de toutes ses conséquences. Or, aujourd'hui au Maroc comme ailleurs, les hommes et les femmes de gauche ne savent plus où ils habitent, ont peur de montrer leur sensibilité, parce que les chefs ont failli et décrété leur «rationalité» raison suprême.
La pire des renonciations est celle des idées, la gauche troque les siennes contre des bulles lancées par un microcosme hyper-médiatisé, mais invertebré, sans consistance réelle et ahistorique. Les mouvements de gauche laissent les sans-abri aux ONG, les exclus aux extrémistes et les chômeurs à leur drame, par peur d'être taxés de populisme. Les ministres de gauche rivalisent de cynisme comptable, adoptent sans brancher le vocabulaire ambiant, c'est-à-dire celui des golden boys arrogants et jouissants du triomphe de l'argent roi. Les forts en thème nous enseignent que la gauche n'a plus de discours, n'a plus de projet. Elle est donc une simple curiosité appelée à disparaître. C'est peut-être vrai pour les appareils domestiques, et ce n'est même pas sûr. C'est sûrement vrai pour certains programmes. Cela pourrait être vrai si la gauche n'était qu'une mouvance politique. Cela est faux parce que la gauche est d'abord une espérance et que cette espérance transcende les étapes historiques et fonde l'action humaine en vue de la société fraternelle. Cela est faux, parce que l'injustice sociale demeure, les libertés individuelles et collectives sont précaires, le danger de l'uniformisation guette le monde et que le réflexe identitaire est une réponse encore plus apocalyptique que le danger qu'elle combat.
Etre de gauche aujourd'hui, en attendant de rebâtir un projet, c'est garder sa capacité de révolte intacte contre toutes les injustices du néo-libéralisme triomphant. Le lettre de Guy Moquet, instrumentalisée de manière atroce par Sarkozy, nous renseigne sur une chose : l'exaltation que procure le désir d'une vie meilleure pour tous. Qui veut mourir pour un maroquin de plus. L'être humain est grandi par cette générosité élevée au rang de religion, il est anobli par le refus de l'inégalité comme fatalité. La rationalité économique est une machine à broyer les espérances, à assassiner les rêves et à avilir l'humain. La gauche au Maroc, aujourd'hui, est appelée à reexprimer avec force cette sensibilité. La modernité n'est viable que si elle profite à tous, la nation n'existe que si elle se donne les moyens de sa cohésion en développant une solidarité réelle. Cette gauche-là n'a rien à faire dans des exécutifs pour qui la solidarité relève de la charité, le sort de millions de gens est lié à des chiffres. Parce qu'elle a opté pour la normalisation, la gauche dépérit. Ce n'est qu'en réaffirmant sa fibre qu'elle peut renaître. Sinon d'autres forces exprimeront l'aspiration humaine à l'égalité, seule véritable barrière à la barbarie, à la bête immonde qui s'est réveillée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.