Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Miss France 2008, objet de toutes les polémiques
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 12 - 2007

Valérie Bègue, Miss France, se retrouve au cœur d'un scandale médiatique après la publication par le magazine «Entrevue» de ses photos qualifiées de «trash».
Est- ce la trêve des confiseurs qui ralentit visiblement l'actualité ou est-ce l'humeur badine et malicieuse des faiseurs d'opinions qui est à l'œuvre ? Il n'empêche qu'un des sujets majeurs qui domine les titres, considéré par beaucoup comme le dernier grand scandale de l'année qui agonise, tourne autour de la pétillante polémique entretenue par la présidente du Comité Miss France, Geneviève de Fontenay à l'encontre de la belle Valérie Bègue, une Réunionnaise de 22 ans qui a superbement ravi le titre de Miss France 2008 lors d'une cérémonie le 8 décembre dernier.
Et Alors que Valérie Bègue s'apprêtait à vivre son « ordinaire vie » de Miss France, emblème de l'élégance, de la beauté et du chic français, la voilà qui se trouve au cœur d'une tornade médiatique à cause de la publication opportune par le magazine « Entrevue » de photos qualifiées de «trash » : Une la montrant allongée en maillot sous forme d'une croix dans une piscine, l'autre la cadrant, visage serré en train de lécher langoureusement un liquide blanc, et l'autre le buste mouillé par la pluie donnant aux bouts des seins une solidité provocatrice.
Il n'en fallait pas plus pour que l'ire de Geneviève de Fontenay se déchaine avec des mots durs et tranchants contre Valérie Bègue : «C'est absolument inadmissible. Elle doit démissionner immédiatement sinon on la fera partir. Ce n'est en rien l'image de Miss France, image qu'elle salit. Depuis toujours, je lutte pour que cette élection soit digne de la France (…) Je ne veux plus la voir. Je ne veux pas me balader toute l'année avec une fille comme ça. Je ne peux accepter cela. C'est un «tsunami». Je suis affligée et terriblement déçue. Il faut rester intransigeant car cette fois, le dérapage est très grave, consternant».
Geneviève de Fontenay est une femme atypique. Avec ses chapeaux qui magnifient volontairement le ridicule, son maquillage de statue de cire sans vie, elle a longtemps joué sur les plateaux de télévisions le rôle de mère fouettarde revenue sur le tard de ses dévergondages d'un autre âge. Son coup de colère contre Valérie Bègue a permis l'ouverture d'un débat inédit sur la morale et l'esthétique. Devant l'effroi moralisant de Geneviève de Fontenay, nombreux étaient ceux qui s'interrogeaient sur la pudeur des postures échancrées des différentes Miss en train de livrer leurs atouts à l'appréciation du public et des téléspectateurs. Madame de Fontenay fait valoir le côté provocateur de la position en croix christique de Valérie Bègue. Or, il se trouve que parmi les nombreux soutiens qui ont volé à son secours se trouve l'évêque de la Réunion Mgr Gilbert Aubry : «Valérie est une victime qui a besoin de soutien. Je n'ai pas à lui pardonner, elle ne m'a pas offensé (…) Nous refusons d'être utilisés comme caution pour obtenir la destitution de
Miss France (…) Le défilé des miss en petite tenue avec des ailes d'ange utilise le même clavier de langage avec la perversion d'un symbole religieux». Autre soutien de taille à Valérie Bègue est l'Association internationale des concours de beauté pour les pays francophones (AICBPF) dont «Les dirigeants apportent leur soutien à Valérie Bègue et suggèrent à Geneviève de Fontenay de ne pas attendre (...) pour démissionner».
L'affaire de Miss France 2008 a pris des proportions sans commune mesure avec l'enjeu en question.
La presse populaire française organise des sondages pour savoir si Valérie Bègue doit se soumettre à l'injonction de Madame de Fontenay et rendre la couronne ou bien passer outre et résister à ce raidissement morale d'une époque à la recherche d'un nouveau puritanisme.
La polémique sur la question a pris des dimensions dramatiques comme le dit si bien l'éditorialiste du journal « L'Eclair », Philippe Reinhard : «Avec une Miss France comme ambassadrice, les Réunionnais espéraient redorer le blason d'un département sinistré pour cause d'épidémie de chikungunya. Nos compatriotes de l'Océan Indien pensaient revaloriser l'image touristique de leur île grâce à la jolie Valérie Bègue. Madame de Fontenay ne l'entend pas de cette oreille. C'est dommage: pour une fois que l'élection de Miss France servait à quelque chose!».
En attendant l'issue de ce bras de fer entre Geneviève de Fontenay et Valérie Bègue prévu après les fêtes, personne n'est capable de dire si la calèche réunionnaise va se transformer en citrouille. Une chose est sûre, par cette polémique le charme est définitivement rompu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.