Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Tarek : « La Chabiba a toujours été instrumentalisée par la direction du parti »
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 01 - 2008

La crise que vit actuellement l'USFP affecte sa jeunesse. La Chabiba a toujours été instrumentalisée, affirme son ancien secrétaire général Hassan Tarek. Aujourd'hui, elle doit être consciente de son rôle et est appelée à constituer une force de proposition au sein du parti.
Aujourd'hui Le Maroc : L'USFP connaît actuellement un grand débat, qu'en pensez-vous ?
Hassan Tarek : Ce débat ne peut être que positif. Le parti traverse une période de crise et il le reconnaît. À ce stade, il nous faut réfléchir à des moyens pour sortir de la crise. Il faut poser des questions sur la situation actuelle du parti et en essayant de trouver des réponses, prendre en compte la diversité au sein de l'USFP. Que le débat ait lieu sur la scène publique et non plus en interne est une initiative louable. Le débat politique sur le parti n'est plus limité ni otage des considérations organisationnelles. Ce qu'il faut aujourd'hui c'est maintenir ce débat grâce à des courants politiques. Il faut passer aux courants politiques à un débat d'idées, d'analyses et de positions pour que l'USFP ne soit plus otage des apparatchiks.
Dans son rapport, la commission d'évaluation des élections fait état, entre autres, d'un gel des activités de la Chabiba, qu'en est-il ?
Les rédacteurs du rapport ont eu tort pour ce qui concerne la Chabiba. Contrairement au constat fait par ce texte, les problèmes de la Chabiba ne sont pas nés des conflits internes. La jeunesse ittihadie a toujours été instrumentalisée par les dirigeants du parti. Et c'est la principale cause de la situation qu'elle vit actuellement. La direction du parti a transformé cette organisation en instrument de luttes individuelles. Que cette rencontre avec le bureau politique constitue une rupture avec le passé, cela m'étonnerait. Il y a encore des membres du bureau politique qui considèrent la Chabiba comme un instrument de lutte interne. Et dans ce cas, elle ne sera jamais une force de proposition au sein du parti, mais un simple moyen pour faire pencher la balance d'une partie aux dépens d'une autre. Or, le parti ne peut aujourd'hui entamer une nouvelle phase s'il n'a pas une vraie vision du rôle de la jeunesse et du secteur des femmes. Pour entamer cette nouvelle phase, il faudrait délivrer ces deux organisations de la tutelle de la direction et leur donner leur autonomie.
Est-il question aujourd'hui de revoir le rôle de ces deux organisations ?
Je ne pense pas, le débat pourra se focaliser dans les jours à venir sur le rôle de la Chabiba ou du secteur des femmes. La crise et les préparatifs du prochain conseil national s'accaparent la totalité des efforts des militants.
Et ce d'autant plus qu'au sein du parti, il n'y a pas encore une vision claire des rôles de ces deux organisations. Nous ne somme pas encore à ce stade. Le Bureau politique ne peut pas prendre aujourd'hui des initiatives les concernant.
Comment relancer la Chabiba et lui permettre de jouer le rôle de force de proposition ?
Il faut d'abord commencer par instaurer des rapports objectifs entre la jeunesse et la direction. De même, la Chabiba doit être consciente du rôle qu'elle est appelée à jouer dorénavant et surtout qu'elle est une composante vitale de l'USFP. Son rôle est de ne pas s'allier sur un courant ou une partie de la direction.
La jeunesse est avant tout au service du parti et non de quiconque dans le parti. Et si l'on arrive à instaurer ces rapports objectifs entre la Chabiba et la direction du parti alors ce serait le début de la réconciliation entre les deux.
Existe-t-il des mesures concrètes pour ce faire ?
Ce n'est pas une question de recette magique. Il faut que la jeunesse prenne ses distances avec la direction, se libère de sa tutelle et commence à agir selon les termes de sa mission et ses objectifs. La jeunesse doit accéder à l'autonomie et commencer à prendre des initiatives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.