Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'industrie algérienne en voie de disparition
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 02 - 2008

Le secteur industriel algérien connaît une forte régression, puisqu'il ne représente que 4,5% de la production du pays. Ce secteur disparaîtrait totalement à l'horizon 2017, selon une organisation patronale.
L'industrie algérienne enregistre une régression constante et risque de disparaître dans la perspective de la mise en application de l'accord de libre échange avec l'Union européenne en 2017, a averti l'organisation patronale, Forum des chefs d'entreprises (FCE). Réda Hamiani, président du Forum, dont les propos sont rapportés samedi par le journal « Le Quotidien d'Oran », a relevé que le secteur industriel ne représente plus que 4,5 % de la production algérienne en 2007 contre 20 % en 1977. Il a mis en garde contre la disparition totale de l'industrie algérienne à l'horizon 2017, relevant que d'ici là «nous perdons chaque année 10 % de protection sur les produits fabriqués localement». L'industrie algérienne, qui peine à se relever du ratage d'une restructuration du secteur public qui a mal tourné à cause des réticences de milieux politiques et syndicaux hostiles à la libéralisation, est confrontée au défi de l'ouverture inéluctable qui s'annonce dans la perspective de l'adhésion à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), relèvent les observateurs. Hamiani a souligné à cet égard que la crise du secteur industriel algérien se traduit par l'incapacité de l'Algérie à exporter plus de 500 millions de dollars par an hors hydrocarbures, mettant en doute le chiffre officiel de 1,4 milliard d'exportations hors hydrocarbures, en ce qu'il intègre des déchets ferreux et non ferreux ainsi que des produits para-pétroliers. Il a relevé que dans le même temps, la facture des importations ne cesse d'augmenter passant de 21 milliards de dollars en 2006 à plus de 27 milliards en 2007.
Pour le président du CFE, qui a dressé un bilan négatif de l'application de l'accord d'association Algérie-Union européenne, «l'Algérie applique un libéralisme sans aucune protection du produit local et sans aucune contrepartie à l'ouverture de son marché aux produits étrangers». «L'accord d'association ne s'est pas traduit par une plus grande attractivité de l'économie algérienne pour les investissements étrangers directs», a-t-il affirmé, attribuant cette situation «au manque de compétitivité de l'Algérie» et à l'absence de toute clause obligeant les sociétés ayant remporté des marchés de grands travaux à procéder à des transferts de technologie et de savoir-faire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.