Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    Résultats annuels : Un chiffre d'affaires en hausse de 3,8%, et un bon comportement de l'automobile    Plafonnement des honoraires : Une grève au menu pour les notaires    Immatriculation des véhicules : Près de 900.000 cartes grises délivrées    Dakhla : un consulat général de Djibouti sera inauguré ce vendredi    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    La direction des prisons répond à un proche de Zefzafi    Le Conseil de la concurrence se penche sur son inventaire de l'année 2019    Coronavirus / Maroc: le nombre de cas suspects en hausse    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    Raja-Mazembe: à quelle heure et sur quelles chaînes ? (Champions League)    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    Le Maroc, est-il une nation moderniste?    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Hakim Ziyech s'offre une nouvelle villa aux Pays-Bas    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Label marocanité : Chaud, chaud, l'Islam d'Europe !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 02 - 2008

Des manifestations monstres vont être organisées. Des chancelleries vont être saccagées. Le drapeau danois subira les flammes et les produits des Vikings subiront les foudres du boycott.
Les services secrets danois ont fait, mercredi dernier, une prise dans les milieux interlopes de l'islamisme migratoire. Suite à une longue filature, ils ont mis le grappin sur un trio soupçonné de projeter l'assassinat de Kurt Westergaard, dessinateur âgé de 73 ans. C'est l'un des auteurs, le plus célèbre d'ailleurs, du groupe de 12 caricaturistes qui avaient, en 2005, publié dans le quotidien danois le Jyllands-Posten, des caricatures représentant le Prophète Mohammed. Et voilà, cela n'a pas raté. Il y avait un Marocain dans le coup. Le trio est composé de deux Tunisiens et un Marocain. Les Tunisiens, parce qu'étrangers, ont été expulsés. Le Marocain, de nationalité danoise, ne peut l'être.
Chacun se souvient du tumulte exacerbé qu'avait connu le monde musulman après la publication de cette série de caricatures du Prophète de l'Islam. On se souvient de la bizarrerie de cette crise qui a éclaté bien des mois après la publication des caricatures, arme du crime. Il y avait comme une colère différée.
Le journal Jyllands-Posten avait présenté ses excuses. Il a cependant justifié sa décision de publier les dessins en faisant valoir le droit à la liberté d'expression. La lave de la colère était, cependant, trop ardente. De Karachi à Beyrouth, l'émotion de certains musulmans, loin d'être spontanée, va se manifester de manière hystérique. La braise sera ravitaillée par les harangues des prêcheurs et autres fabricants de fatwas. Des manifestations monstres vont être organisées. Des chancelleries vont être saccagées. Le drapeau danois subira les flammes et les produits des Vikings subiront les foudres du boycott.
Dans les pays européens, le débat sera très vif entre les partisans du respect des croyances et les aficionados de la liberté d'expression. En France et par solidarité, le journal satirique Charlie Hebdo va publier les douze caricatures en forçant le trait et le fusain. Les associations musulmanes françaises vont, de leur côté, porter plainte contre la publication de Philippe Val et Cabu. Elles viennent d'être déboutées et font appel du jugement. C'est aussi le cas de la plainte déposée par sept organisations musulmanes, au Danemark, contre le Jyllands-Posten.
Mercredi, au lendemain de l'arrestation, cinq journaux danois ont décidé de republier, par solidarité, la fameuse caricature de Westergaard. On est donc reparti pour un tour. L'islamophobie est de nouveau à l'ordre du jour. Et pas qu'au Danemark. La société hollandaise connaît un réel bouillonnement avec la perspective de projection de « Fitna » film anti-islamique porté par le député néerlandais Geert Wilders, chef d'un parti d'extrême-droite et spécialiste de la controverse. En France, il y a la curieuse démarche de Bernard-Henry Lévy qui, en grande pompe, avec le ban et l'arrière-ban des salons parisiens, tente de ressusciter Ayaan Hirsi Ali, la Somalienne ou la Kényane, comme le symbole de la lutte contre l'extrémisme musulman. Et l'eau du moulin de la droite espagnole n'attendait que cela pour nourrir la «maurephobie» ou «morrocophobie» qui sera le cheval de bataille du prochain combat électoral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.