Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Évaluation de l'application du Code de la famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 07 - 2008

La Ligue démocratique des droits des femmes présentera prochainement un rapport sur l'application du code de la famille, quatre ans après son entrée en vigueur. Au menu, violence à l'égard des femmes, mariage, divorce et prohibition de la polygamie.
Une institution spécifique pour traiter les cas de violence à l'égard des femmes et par là, lutter contre le phénomène. C'est ce que revendiquent les associations féminines et en premier la Ligue démocratique des droits des femmes (LLDF). «Il est plus que jamais urgent de mettre en place des tribunaux spécialisés en matière de violence à l'égard des femmes dotés de magistrats formés à ce genre de cas», affirme à ALM, Fouzia Assouli, secrétaire générale de la LLDF. Pour cette ONG, seule la mise en place d'une loi-cadre sera en mesure de lutter contre ce phénomène. Cette loi permettra ainsi de mettre en œuvre des mesures de protection ayant pour but de prévenir, sanctionner et surtout de prêter assistance aux victimes dela violence. «Pour l'instant, il n'existe aucun mécanisme contraignant», déplore Mme Assouli.
Or, le département de Nouzha Skalli est en train de se pencher sur la question et promet un texte de loi destiné à pénaliser ces cas de violence dans un avenir très proche. Pour l'heure, le projet de loi est toujours en cours de préparation tient–on à souligner auprès du département chargé du Développement social, de la Famille et de la Solidarité. Du côté de l'association féminine, on ne voit pas les choses ainsi. «La ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Nouzha Skalli parle de violence de genre mais dans les faits, il n' y a que des mesures éparpillées qui n'ont pas force de loi», souligne la secrétaire générale de la LLDF. L'association reproche également l'absence d'études sur la violence du genre dans la mesure où les statistiques proviennent uniquement des associations et des centres d'écoute. Outre, la violence à l'égard des femmes, le rapport de la LLDF qui sera prochainement présenté traite de plusieurs aspects ayant trait au code de la famille dont le mariage, le divorce, la prohibition de la polygamie, la pension alimentaire, la violence conjugale et l'application de ses dispositions. Ce document a été élaboré par le Centre d'information et d'observation des femmes marocaines (CIOFEM) et le réseau national des centres d'écoute et d'orientation juridique et psychologique LDDF- Assistance relevant de la LLDF. Concernant le mariage des mineures, l'association qui reconnaît la hausse du nombre de ces mariages, a relevé plusieurs cas de mariage de jeunes âgées seulement de 13 à 14 ans et condamne fermement ces actes qui constitue «une violation de la loi». Pour cela, la LLDF recommande d'activer le rôle du procureur général pour la protection des enfants.
Rappelons à ce sujet que le code de la famille fixe à 18 ans révolus, l'âge légal du mariage, sauf dans des cas exceptionnels soumis à l'appréciation du juge. L'article 19 stipule que «l'aptitude au mariage s'acquiert pour l'homme et pour la femme jouissant de leurs facultés mentales, à 18 ans grégoriens révolus». Toutefois, une dispense d'âge est prévue par l'article 20 du code de la famille. Cette dispense bénéficie au garçon comme à la fille. L'association féminine revendique la poursuite de ceux qui ont recours à des manœuvres frauduleuses pour polygamie avec mineures. «Nous avons toujours lutté pour l'abrogation de la polygamie au Maroc», indique Mme Assouli. Le manque de vérification des prétextes avancés est pointé du doigt ainsi que la prise en considération du seul facteur matériel pour juger de la capacité du mari de remplir ses obligations. L'article instituant le partage des biens est également source de complications. Il s'avère que les femmes ne demandent ce droit que de manière exceptionnelle, la sensibilisation autour de la question étant quasi absente. L'article reconnaît pourtant le travail au foyer en tant que composante des fonds familiaux. Quant au divorce, la loi a introduit la démarche judiciaire.
Selon le rapport du ministère de la Justice, datant de février 2008, le divorce pour discorde (Chiqaq) a augmenté de 78%, le divorce par consentement mutuel (Khol') quant à lui a baissé de 10%. Pour ce qui est des actes de mariage polygamiques, ils n'ont représenté en 2007 que 0,29% du total des mariages contractés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.