Le Bayern, Liverpool et City enchaînent, le Real échappe au pire    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Air Arabia lance la ligne Casablanca-Rennes    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Comment protéger nos enfants contre le harcèlement et les abus sexuels dans les espaces publics?    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    France-Islam : Halte à l'escalade    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    La sécurité alimentaire à l'épreuve de la pandémie    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    Un gouvernement terne et indolent!    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Edito : Software    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Un consulat général des Emirats Arabes Unis à Laâyoune    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Coup de tonnerre au Barça: Bartomeu démissionne !    Bartomeu: Messi est la clé du nouveau projet du FC Barcelone    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous l'effet de l'alcool, il tue son ami
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 09 - 2008

Un malentendu entre Samir et Najib a dégénéré en un crime mortel dont le second a été victime. Samir a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle.
De petite taille, Samir se tenait au box des accusés. Il semblait perturbé devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. À chaque fois, il tournait son visage vers l'assistance comme s'il cherchait quelqu'un. En fait, sa mère et son frère aîné étaient parmi l'assistance. «Ton nom est Samir…, né en 1985 à Casablanca, sans profession, demeurant à… », lui rappelait le président de la Cour qui consultait les documents du procès-verbal. Samir ne répondait que par un «oui» sans ajouter un autre mot. «Tu es accusé de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner… », lui a affirmé le président de la Cour. Samir a gardé le silence tout en fixant le président de la Cour qui semblait encore lire le contenu du procès-verbal. «Racontes à la Cour les faits du crime… » lui a demandé le président. Samir gardait toujours le silence au point que le juge lui a expliqué : «C'est dans ton intérêt de nous raconter toute l'histoire…». Et comme si la langue de Samir s'était déliée. Il a commencé son histoire en disant : «Je n'avais pas l'intention de le tuer…». «La Cour sait que tu n'avais pas l'intention de le tuer… », lui a répondu le président de la Cour. Ce benjamin d'une fratrie de deux jeunes hommes était un enfant gâté par ses parents au point qu'ils ne pouvaient pas lui refuser quoi que se soit. De même, quand il a quitté définitivement l'école alors qu'il n'était qu'en huitième année d'enseignement fondamental, ils ont continué à le gâter comme un véritable bébé. Personne ne pouvait lui dire non. Quand il restait en compagnie de ses amis du quartier jusqu'à une heure tardive, ni ses parents ni son frère aîné ne pouvaient lui demander de rentrer à la maison. De même lorsqu'il a commencé à fumer des cigarettes et à s'enivrer, personne n'avait osé lui le conseiller de ne pas les consommer. Et ses parents étaient obligés de lui remettre de l'argent pour satisfaire ses besoins. Sinon, c'était le scandale. Bref, Samir était devenu très agressif et cruel. Une cruauté qui l'a poussé à commettre l'irréparable. Comment ?
Samir était en compagnie de ses deux amis, Najib et Khaled. Ils avaient le même âge que lui et étaient sans profession. En principe, ils ne se ressemblaient que pour s'enivrer et racoler les filles. Dans un coin de la ruelle, ils s'enivraient, bavardaient, rigolaient et chantaient. Tout d'un coup, Khaled est parti pour laisser derrière lui Samir et Najib. Ils ont continué à picoler jusqu'au moment où Samir a reproché à Najib d'avoir racoler sa petite amie. Najib lui a répondu : «Je l'ai connue avant toi». Une réponse qui a mis Samir hors de lui. Perdant ses nerfs, Najib a injurié Samir. Sous l'effet de l'alcool, ce dernier lui a donné un coup de poing. Impatiemment, Najib l'a renversé en le poussant violemment. Et Samir a brandi un couteau qu'il cachait sous ses vêtements. Avec un seul coup au niveau de la poitrine, Najib est passé de la vie à trépas. Un acte qui lui a coûté quinze ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.