Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    Le port de pêche d'Agadir!    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Nouveau modèle de développement au Maroc    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouverneur de Bank Al-Maghrib appelle à la vigilance
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 12 - 2008

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib appelle à la vigilance face à la crise internationale, en dépit des mesures entreprises par le gouvernement pour limiter l'impact négatif de cette crise sur l'économie nationale.
«Il faut rester très vigilant, car il y a encore beaucoup de points d'interrogation sur cette crise», c'est le message essentiel qu'a voulu passer Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al- Maghrib lors d'une conférence de presse organisée jeudi 25 décembre, à Rabat. M. Jouahri a précisé au cours de cette rencontre que les efforts consentis par le gouvernement pour limiter l'impact négatif de la crise financière internationale sur l'économie nationale «vont dans le bon sens».
Toutes les mesures qui ont été prises par le gouvernement pour le secteur du tourisme, la classe moyenne, les PME, l'habitat social et le moyen standing, en plus de l'effort de la Caisse de compensation, doivent être coordonnées au niveau sectoriel et avec la Banque centrale, estime le gouverneur de la banque centrale. Le Maroc ne manque pas de confiance entre les institutions bancaires ni des difficultés de financement de l'économie. Bank Al- Maghrib intervient comme il le faut pour mettre sur le marché les liquidités nécessaires à l'activité économique, afin que le taux interbancaire soit très près de son taux directeur, a assuré M. Jouahri. Durant les deux premiers semestres de l'année 2008, Bank Al-Maghrib a intervenu sur le marché monétaire avec un total hebdomadaire de 8 milliards de dirhams. Les injections de liquidité ont doublé durant le dernier trimestre 2008 pour s'élever à 16 milliards de dirhams par semaine, a-t-il précisé. Il n'y a pas d'éléments maintenant qui démontrent que la crise a touché l'économie nationale, sauf quelques secteurs en relation directe avec la demande extérieure, comme l'habitat haut standing. Il n'y a pas de crise de liquidité, ni de restrictions au niveau de l'octroi de crédits à l'économie. «Bank Al-Maghrib alimente le marché de façon importante», a-t-il poursuivi. Les crédits bancaires ont connu à fin novembre une augmentation remarquable qui est de 26 %, après l'accroissement de 29 % de 2007, «une année exceptionnelle au niveau de l'activité crédit», a noté M. Jouahri. En effet, cette augmentation a touché toutes les catégories de crédits. Il s'agit en fait des crédits d'équipement, crédit de trésorerie, crédit à la consommation, crédit immobilier, etc. Pour la croissance de l'économie nationale, M.Jouahri a indiqué qu'elle serait en 2008 au de 6 et 7 %. Elle sera tirée par le secteur agricole ainsi que par les secteurs non-agricoles. Le gouverneur de Bank Al-Maghrib a mis l'accent aussi sur la soutenabilité du déficit budgétaire, qui atteindrait cette année environ 1,3 %. De même, la décélération du taux d'inflation se situerait autour de 3,9 %, suite essentiellement au recul des cours des produits de base importés. M. Jouahri table en 2009 sur un taux de croissance variant entre 5 et 5,5 %. «Le récent rapport de la Banque mondiale sur les pays du Maghreb place le Maroc dans une position très favorable au niveau de la croissance. Le déficit budgétaire restera dans des normes acceptables avec un peu moins de 3 %, tout comme le solde de la balance des paiements avec -2 ou -2,5 %», a conclu M. Jouahri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.