Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise rampante au sein de la RATC
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 01 - 2004

Les relations entre les employés de la Régie autonome des transports en commun (RATC) de Casablanca et la direction de la régie ne cessent de se détériorer.
Après des grèves organisées dernièrement de quatre et de vingt-quatre heures, respectivement le premier et le 12 novembre dernier, les grévistes ont décidé d'observer un débrayage de cinq heures une fois par semaine, sans préciser le jour. Mardi matin, 2200 employés ont observé une grève surprise de cinq heures, du 5h à 10 h, suivie d'un sit-in dans le siège de la régie au Maârif. Si ce débrayage de 300 bus de la RATC n'a pas totalement paralysé l'activité du transport urbain en commun, il a eu des répercussions négatives sur les habitants des quartiers populaires et les étudiants. Ces derniers n'ont pu rejoindre leurs facultés qu'après dix heures du matin. Certains arrêts, notamment à Sid Bernoussi et Hay Mohammadi, ont connu un attroupement de plus de cent étudiants à l'occasion. Les revendications des employés s'articulent essentiellement autour de leur statut, le non-paiement des arriérés aux caisses (CNSS) et (CIMR), soit 15 milliards de centimes, la solution de la question de l'assurance contre les accidents de travail et la régularisation de cent employés temporaires. Un nombre important de retraités ne sont pas encore payés à cause de ce problème. Dans ca cadre, les représentants des employés avaient proposé l'échelonnement du montant dû aux caisses sociales sur une période allant de deux à trois ans. Mais la direction de la régie pratique la sourde oreille. Les grévistes se plaignent également du fait qu'il n'y a pas un interlocuteur unique dans cette affaire. La wilaya du Grand-Casablanca impute la responsabilité à la Communauté Urbaine de Casablanca qui, à son tour, renvoie la balle dans le camp de la régie. Cette dernière ferme le circuit en évoquant la responsabilité des autorités de tutelle.
La régie, vu sa situation financière actuelle, se trouve dans l'incapacité de répondre aux revendications des grévistes. Déficitaire de plusieurs milliards de centimes, elle a traîné un programme d'ajustement financier au titre duquel les autorités de tutelle se sont engagées en débloquant pas moins de quatre milliards de centimes à la régie. En dépit de ces efforts, les problèmes perdurent. Ce qui pousse à dire que la gestion est indubitablement pour quelque chose dans cette affaire, qui est devenue un «casse-tête» avec ses problèmes perpétuels. Ces grèves ne pourraient pas perturber les activités dans la ville même si le secteur privé est loin d'assurer la couverture en la matière dans le contexte casablancais. Encore plus, ce débrayage lui profite beaucoup. Mais pas aux employés du secteur. Outre ces problèmes et contraintes, la régie se doit aussi de gérer un parc roulant vieillissant qui nécessite de gros investissements, qu'elle est, faute de moyens, dans l'incapacité de renouveler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.