L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Les examens du bac déroulés dans de "bonnes" conditions, dans le respect des dispositifs sanitaires    Opération Marhaba : La position finale du gouvernement connue ce lundi    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6% au troisième trimestre    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Des ministres gaffeurs!    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Maroc PME lance un appel à projets    El Otmani reçoit une délégation des parlementaires de la région Fès-Meknès    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise, un nouveau paramètre dans les calculs de Mezouar (1)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2009

La crise est un nouveau paramètre de taille dans le projet de loi de Finances 2010. Les débats promettent d'être houleux à l'hémicycle.
«Nous devons intégrer la dimension de la crise économique mondiale. 2010 sera une année de transition». Salaheddine Mezouar, ministre de l'Economie et des Finances, a introduit désormais un nouveau paramètre de taille dans ses calculs pour le projet de loi de Finances 2010: la crise. Sans aucun conteste, le budget de l'exercice prochain sera l'un des dossiers les plus animés à l'hémicycle. Déjà, pour la loi de Finances 2009, des élus de la nation avaient reproché à Salaheddine Mezouar le fait que le texte n'avait pas pris en considération les ondes négatives de la crise économique mondiale. Les débats promettent donc d'être houleux. Le projet de loi de Finances 2010 comprend trois axes fondamentaux. D'abord, il y a le soutien de la croissance par la demande intérieure à travers l'augmentation de l'investissement public et le soutien du pouvoir d'achat. Deuxièmement, il y a le volet de l'accélération des réformes sectorielles. Et enfin, l'intégration des fragilités révélées par la crise à travers des mesures ciblées en faveur de l'exportation, du tourisme et des IDE. Les équipes de Salaheddine Mezouar veulent faire «une loi de soutien de la croissance pour que le Maroc post crise soit encore plus fort et plus attractif». En effet, pour l'année prochaine, le gouvernement prévoit un taux de croissance de 3,2 %. Les prévisions tablent sur une croissance de 4,1 % du PIB non agricole et un baril de pétrole de 70 dollars contre un taux d'inflation tournant autour de 2,5 %. En dévoilant ses prévisions, le Premier ministre a envoyé une circulaire, en date du 26 août dernier, aux différents départements ministériels dans l'élaboration de leurs propositions. La circulaire n'a surtout pas omis de souligner que ces propositions doivent prendre en considération un contexte difficile caractérisé par la crise économique mondiale. Baisse des transferts des MRE, déficit de la balance commerciale, chute des exportations…le tableau de bord n'est pas très encourageant.
Les recettes touristiques ont chuté de 11,5% ou -3,77 milliards de dirhams au cours des sept premiers mois de cette année, s'établissant à 28,93 milliards de dirhams à fin juillet dernier contre 32,7 milliards de dirhams un an auparavant, selon les derniers indicateurs mensuels des échanges extérieurs de l'Office des changes. À fin juillet 2009, les échanges commerciaux du Maroc avec l'étranger ont porté sur une valeur de 219,87 milliards de dirhams contre 293,04 milliards de dirhams un an auparavant, soit une baisse de 25% ou -73,16 milliards de dirhams. Pour les IDE, des organismes internationaux restent malgré tout optimistes pour le Maroc. Selon une étude menée par le FDI Intelligence, une division spécialisée du groupe britannique de presse «Financial Times LTD», le Maroc est classé troisième meilleure destination des investissements directs étrangers (IDE) en Afrique pour 2009-2010, derrière l'Afrique du Sud et l'Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.