Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise, un nouveau paramètre dans les calculs de Mezouar (1)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2009

La crise est un nouveau paramètre de taille dans le projet de loi de Finances 2010. Les débats promettent d'être houleux à l'hémicycle.
«Nous devons intégrer la dimension de la crise économique mondiale. 2010 sera une année de transition». Salaheddine Mezouar, ministre de l'Economie et des Finances, a introduit désormais un nouveau paramètre de taille dans ses calculs pour le projet de loi de Finances 2010: la crise. Sans aucun conteste, le budget de l'exercice prochain sera l'un des dossiers les plus animés à l'hémicycle. Déjà, pour la loi de Finances 2009, des élus de la nation avaient reproché à Salaheddine Mezouar le fait que le texte n'avait pas pris en considération les ondes négatives de la crise économique mondiale. Les débats promettent donc d'être houleux. Le projet de loi de Finances 2010 comprend trois axes fondamentaux. D'abord, il y a le soutien de la croissance par la demande intérieure à travers l'augmentation de l'investissement public et le soutien du pouvoir d'achat. Deuxièmement, il y a le volet de l'accélération des réformes sectorielles. Et enfin, l'intégration des fragilités révélées par la crise à travers des mesures ciblées en faveur de l'exportation, du tourisme et des IDE. Les équipes de Salaheddine Mezouar veulent faire «une loi de soutien de la croissance pour que le Maroc post crise soit encore plus fort et plus attractif». En effet, pour l'année prochaine, le gouvernement prévoit un taux de croissance de 3,2 %. Les prévisions tablent sur une croissance de 4,1 % du PIB non agricole et un baril de pétrole de 70 dollars contre un taux d'inflation tournant autour de 2,5 %. En dévoilant ses prévisions, le Premier ministre a envoyé une circulaire, en date du 26 août dernier, aux différents départements ministériels dans l'élaboration de leurs propositions. La circulaire n'a surtout pas omis de souligner que ces propositions doivent prendre en considération un contexte difficile caractérisé par la crise économique mondiale. Baisse des transferts des MRE, déficit de la balance commerciale, chute des exportations…le tableau de bord n'est pas très encourageant.
Les recettes touristiques ont chuté de 11,5% ou -3,77 milliards de dirhams au cours des sept premiers mois de cette année, s'établissant à 28,93 milliards de dirhams à fin juillet dernier contre 32,7 milliards de dirhams un an auparavant, selon les derniers indicateurs mensuels des échanges extérieurs de l'Office des changes. À fin juillet 2009, les échanges commerciaux du Maroc avec l'étranger ont porté sur une valeur de 219,87 milliards de dirhams contre 293,04 milliards de dirhams un an auparavant, soit une baisse de 25% ou -73,16 milliards de dirhams. Pour les IDE, des organismes internationaux restent malgré tout optimistes pour le Maroc. Selon une étude menée par le FDI Intelligence, une division spécialisée du groupe britannique de presse «Financial Times LTD», le Maroc est classé troisième meilleure destination des investissements directs étrangers (IDE) en Afrique pour 2009-2010, derrière l'Afrique du Sud et l'Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.