Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Violée par ses ravisseurs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 10 - 2009

Le viol est pire que la mort. C'est pourquoi Zayna aurait voulu être tuée plutôt que d'être kidnappée, violée et sodomisée par six voyous durant toute une nuit sans pitié.
Humiliation ? Ce qui est arrivé à Zayna est pire qu'une humiliation, plus grave qu'une blessure émotionnelle et dépasse la mort corporelle. Cette originaire de la région d'Aït Rezouani, province de Taroudant, n'a jamais imaginé être la proie de six jeunes voyous, qui se sont comportés à son égard sans penser à ce qui peut arriver à leurs mères, leurs sœurs ou leurs cousines. En fait, elle menait une vie paisible, tranquille et sans problème.
Zayna qui n'a jamais mis les pieds à l'école regrette d'être sortie ce jour du mois de septembre de chez elle pour rendre visite à sa sœur. Elle l'a rejointe, au début de l'après-midi. Assise autour d'un verre de thé, elle a causé avec sa sœur, lui a fait des confidences et lui a révélé qu'un jeune du douar s'intéressait à elle et qu'il voulait la demander en mariage. Celle-ci rêve d'avoir son propre foyer et avoir des enfants. Elle ne supportait plus de rester chez elle à faire le ménage... Ce sont les rêves de toutes les filles de son âge. Les cinq heures sont passées comme des minutes.
Zayna ne s'est pas rendu compte du temps jusqu'au crépuscule. Elle a enfilé sa djellaba et s'est apprêtée à sortir. Mais sa sœur l'a sollicitée de patienter quelques minutes, le temps de l'arrivée de son jeune voisin, qui se chargera de la raccompagner à bord de son vélomoteur. Zayna a patienté. Et le jeune voisin est arrivé. Sans la regarder dans les yeux, par pudeur, il a pris son vélomoteur et lui a demandé de s'asseoir sur le siège arrière.
Zayna s'est tenue derrière lui sans lui adresser la parole. Le jeune voisin a démarré sans lui dire le moindre mot. Tout d'un coup, deux jeunes lui ont barré le chemin, chacun armé d'un couteau. Le jeune voisin a tenté de changer de chemin, mais deux autres jeunes hommes se sont plantés devant lui. Puis deux autres. Au total, ils étaient six. Le jeune voisin a arrêté son vélomoteur et a supplié les six lascars de les laisser passer. Les six jeunes, armés de couteaux, l'ont obligé à descendre de son vélomoteur. En descendant, ils l'ont giflé, lui ont donné des coups de pieds et de poings. Il demandait secours. À qui ? Personne n'y était sauf lui, Zayna et les six malfrats.
Que devait-il faire ? Trois des six voyous se sont adressés à Zayna et les trois autres ont continué à maltraiter le jeune voisin. Un moment plus tard, ils ont demandé à ce dernier de partir à bord de son vélomoteur. Sinon, ils vont le tuer. Le jeune voisin n'avait pas le choix. Il est alors parti à bord de son vélomoteur. Zayna est restée entre les mains des six voyous. Ils l'ont conduite, sous la menace de couteaux, jusqu'à une forêt et l'ont obligée à se dévêtir.
Zayna s'est dénudée tout en pleurant. Elle les suppliait de la libérer. En vain. Chacun d'eux attendait son rôle. Chacun d'eux abusait d'elle, la sodomisait, une, deux, trois fois sans pitié. Ils ne l'ont relâchée qu'à l'aube. En retournant chez elle, dans un état lamentable, elle a porté plainte auprès de la Gendarmerie royale. Le voisin qui l'emmenait à bord de son vélomoteur a signalé l'identité de l'un des six ravisseurs. Arrêté, celui-ci a conduit les enquêteurs vers les cinq autres voyous. Tous les six ont été traduits devant la Cour d'appel d'Agadir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.