Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Borloo devient le poil à gratter de Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 04 - 2011

Sarkozy ne peut plus se permettre des candidatures dissidentes au sein de sa propre famille. Deux tendances se distinguent pour traiter le cas Borloo.
Celui qui était, il y a encore quelques courtes semaines, un appoint indispensable pour l'unité de la majorité présidentielle et la victoire de Nicolas Sarkozy, est en train de devenir son grand point faible et son gesticulant poil à gratter. Jean-Louis Borloo, l'incarnation de la sensibilité radicale au sein de la droite, avec ses ambitions centristes affichées ne cesse de créer le buzz depuis qu'il a décidé de quitter l'UMP de Jean-François Copé. Son départ du parti de la Rue de La Boétie envoyait un double signal. Une spectaculaire rupture avec la machine sur laquelle Nicolas Sarkozy comptait pour reconquérir l'Elysée et une invitation pour ses fidèles à quitter le navire pour, sinon imaginer un autre destin, du moins pouvoir peser sur celui qu'ils doivent subir. Lorsque Jean-Louis Borloo avait fait part de son intention de reprendre sa liberté de parole et d'action, le premier cercle politique de Nicolas Sarkozy avait donné cette impression de minimiser l'ampleur de ce départ. Jean-Louis Borloo reviendra au bercail le poil mouillé et «la queue entre les jambes», lisait-on dans les confidentielles de la presse. Jean-Louis Borloo n'a ni la haine autonomiste d'un François Bayrou qui le verrouille sur une indélogeable posture ni la passion revancharde d'un Dominique de Villepin qui le programme pour une inévitable bataille. Pour une personnalité appartenant à la sensibilité radicale qui a été ministre sans interruption de 2002 à 2010 et qui a été à deux doigts d'arracher Matignon à François Fillon, il fallait certainement avoir un sacré sens du compromis et une formidable capacité à arrondir les angles qui éloignent de facto l'hypothèse d'une aventure individuelle, d'une tentation solitaire. Jean-Louis Borloo ne pouvait donc exister que comme une force d'appoint qui pousse et non une force motrice qui entraîne. Sauf que ce schéma confortable pour l'UMP et Nicolas Sarkozy est en train de changer. Point d'orgue, le résultat d'une étude effectuée par Harris interactive-le Parisien qui crédite Jean-Louis Borloo entre 7 et 10% s'il se présente au premier tour de la prochaine présidentielle. Le même sondage confirme une tendance généralisée à savoir que Nicolas Sarkozy sera éliminé dès le premier tour par Marine Le Pen, Dominique Strauss-Kahn, François Hollande ou Martine Aubry. Avec des projections aussi catastrophiques, Nicolas Sarkozy ne peut plus se permettre des candidatures dissidentes au sein de sa propre famille. Deux tendances se distinguent pour traiter le cas Borloo. La première est le recours à la démoralisation tous azimuts sur le ton de la satire qu'a pris Nadine Morano, une proche de Nicolas Sarkozy : «Je ne pense pas qu'un seul Français imagine Jean-Louis Borloo président de la République (…) Lui-même ne peut pas s'imaginer à l'Elysée. Cela demande de la ténacité, de la rigueur, du sang-froid, de la persévérance. S'il n'est pas dépourvu de ces qualités, il ne coche pas toutes les cases». La seconde est le recours à la séduction et à la persuasion. Ce qui promet une intense activité autour de Jean-Louis Borloo mobilisant tous les pontes de la droite surtout à la veille du congrès du parti Radical qui doit se tenir en mai prochain et doit à la fois déterminer ses relations avec l'UMP et projeter le propre agenda de Jean-Louis Borloo pour les mois à venir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.