Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arrestation d'un charlatan qui violait ses clientes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 06 - 2011

Un charlatan qui se faisait passer pour un fkih qui résolvait tous les problèmes des femmes a été arrêté dans un quartier d'Aït Melloul pour les avoir exploitées sexuellement. Plusieurs de ses clientes ont fini par déposer plainte contre lui.
Nous sommes à Aït Melloul, à douze kilomètres au sud de la ville d'Agadir. Depuis le jeudi dernier, les habitants du quartier Lahrech ne parlent que de ce charlatan qui vient d'être arrêté par la police judiciaire de ce centre urbain proche de l'embouchure de l'oued Souss. En fait, la majorité de ces habitants le respectaient et l'appréciaient. Car, ils le considéraient comme un fkih apprenant par cœur le Coran, aidant les «patients» possédés par les djinns à être exorcisés et permettant aux jeunes filles célibataires d'avoir un prince charmant. Seulement, ils ont découvert, enfin, qu'il avait eu une autre face, celle d'un charlatan escroc et violeur. L'une de ses clientes qui a déposé plainte contre lui n'a jamais pensé devenir «un jouet» entre ses mains. Elle n'avait l'intention que de chasser «le mauvais œil », calmer et garder pour elle seule son époux. Celui-ci la violentait, la maltraitait, l'humiliait pour la simple raison et n'hésitait pas également à avoir des relations d'adultère. Mais, il semble qu'elle l'aime follement au point qu'elle n'avait pas l'intention de le perdre. La solution? Une amie à elle lui a sollicité d'aller consulter le fkih du quartier Lahrech à Aït Melloul. Un fkih qui, par un coup de main, arrive à «geler l'eau», lui a-t-elle prétendu. La mère de famille n'a pas perdu le temps et elle est allée chez lui, le même jour, dans l'après-midi. Il n'y avait chez lui qu'elle et une jeune fille. Quand celle-ci est partie, la mère de famille est restée seule en compagnie du fkih. Elle lui a raconté l'histoire de son mari qui la supplicie comme une bête. Le fkih lui a préparé quelques talismans et lui a demandé de lui apporter, à la prochaine visite, une pièce de ses vêtements. Quand elle est retournée chez lui la deuxième fois, elle lui a ramené la culotte de son mari. Le fkih, qui lui a donné un liquide à boire, l'a obligée à enlever sa culotte et lui permettre de toucher avec celle de son époux sa partie intime. Pour rendre raison à son mari, pouvait-elle faire n'importe quoi ? Quand elle a été interpellée par les enquêteurs de la police judiciaire puisqu'ils ont découvert la photo de son mari parmi les photos saisies, elle leur a affirmé qu'elle perdait connaissance. Mais elle ajouté aux enquêteurs qu'elle a découvert lors de sa deuxième visite un liquide visqueux dans sa partie intime et entre ses cuisses. Et pourtant, elle a continué à lui rendre visiter pour l'aider à maîtriser son mari. Cette mère de famille n'était pas la seule. Mais, la énième. La trentaine, cette jeune fille craignait de rester célibataire à vie. Elle n'avait plus l'intention de céder au destin et rêvait de changer le rythme de sa vie en se mariant. C'est la raison pour laquelle, elle a recouru au fkih du quartier Lahrech. Celui-ci n'a pas hésité à profiter de son corps qu'elle lui a cédé facilement dans le but d'arriver à réaliser le rêve de sa vie, avoir un mari et des enfants. Malheureusement, elle n'a rien récolté. Et elle a fini par aller à la police puisqu'elle a découvert qu'elle n'était qu'un jouet qu'il manipulait selon ses désirs. L'enquête policière a révélé qu'il a également obligé des femmes à partager avec lui le même lit. Le charlatan en cause a été traduit devant le parquet général près la Cour d'appel d'Agadir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.