Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Adieu à la liberté de conscience
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 06 - 2011

Il se disait que le Roi n'était pas hostile à l'inscription de la liberté de conscience dans la nouvelle Constitution, mesure que proposaient les membres de la Commission chargée d'élaborer le projet de révision constitutionnelle.
Mais les islamistes et les conservateurs ne pouvaient pas l'envisager. Ces dernières semaines, ils ont fait entendre leur opposition à toute ouverture constitutionnelle quant à la liberté de culte et de croyance. Le secrétaire général du PJD (Parti de la justice et du développement), Abdelilah Benkirane, a proclamé haut et fort que la reconnaissance de la liberté de croyance aurait «des conséquences néfastes sur l'identité islamique» du pays. Et de désigner les menaces qui, selon lui, pèseraient alors: «Que signifie la liberté de conscience? Qu'on permette à certains laïcs de rompre publiquement le jeûne pendant le mois de Ramadan? Que la liberté sexuelle et l'homosexualité soient banalisées et publiques?». Des arguments de type populiste volontairement grossiers qui, malheureusement, touchent les gens qui n'ont pas le recul nécessaire pour vraiment juger de la situation. Le PJD a trouvé des alliés chez d'autres composantes conservatrices de la société, qui ne partagent pas sa vision politique mais qui, en revanche, ont tout aussi peur que lui que soit fragilisée l'appartenance historique et civilisationnelle du Maroc à la Nation arabe et islamique. Parmi eux les néo-soufis de la Boutchichiyya. Devant cette levée de boucliers, il apparaît que le Souverain préfère ne pas brusquer les choses. Adieu, donc, à la liberté de conscience. Les Marocains nés dans l'Islam ont l'obligation d'y rester, quoi qu'ils puissent croire et penser en leur for intérieur. Les croyants des autres fois qui vivent au Maroc ont le droit de pratiquer leur culte s'il s'agit du christianisme ou du judaïsme, mais à condition de ne pas chercher à séduire à leur foi des personnes nées dans l'Islam (l'article 220 du Code pénal actuel prévoit de trois mois à trois ans de prison pour qui contreviendrait à cette interdiction). Selon la législation marocaine en vigueur – qui devrait ne pas changer –, la liberté de conscience ne saurait jouer que dans un sens : la conversion bienvenue de chrétiens ou de juifs à l'Islam. En renonçant à cette avancée dans le domaine des libertés, le Maroc se met en délicatesse avec la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 qui stipule en son article 18 que «toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion seule ou en communauté, tant en public qu'en privé». L'abandon de cette réforme ne peut, aussi, que créer un déchirement intérieur chez les millions de Marocains de la diaspora qui vivent dans des sociétés où ils bénéficient avec bonheur de la liberté de conscience. Libres à l'étranger, contraints au sein de leur mère patrie? Pourtant, la reconnaissance de la liberté de conscience ne serait-ce pas le témoignage d'une foi musulmane adulte, d'une religion tranquille et non point apeurée?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.