Kénitra : Réception en l'honneur des MRE    La Bourse de Casablanca clôture ses échanges en hausse ce jeudi    Immobilier : Mubawab Advisory annonce le lancement du Landscape Digital    Aérien : L'ère des billets à 10 euros est révolue, selon le patron de Ryanair    L'ambassadeur de Chine au Maroc : La Visite de Nancy Pelosi à Taïwan, « un évènement grave qui viole le principe d'une seule Chine »    Maroc/Covid-19: le dernier bilan de ces dernières 24 heures    Officiel : Vahid Halilhodzic demis de ses fonctions    Le Maroc, un partenaire stratégique « fiable et influent » au Proche-Orient et en Afrique    Colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du 12 août    Saad Lamjarred profite pleinement de ses vacances au Liban (VIDEO)    Paulino Ros : «Les Marocains en Espagne ont changé la société et l'économie en mieux» [Interview]    La Colombie rétablit ses relations diplomatiques avec la RASD    Ukraine: 168è jour de guerre, inquiétudes sur la centrale nucléaire de Zaporijjia    Royaume-Uni: arrestation d'un des « Beatles » présumés de l'Etat islamique    Coopération militaire: l'axe Bamako-Moscou se renforce    Etude : Quand le changement climatique aggrave les maladies infectieuses !    Syrie : Offensive de l'armée sur la ville de Tafas    Panama : L'art culinaire marocain en vedette    5èmes Jeux / Solidarité Islamique / Turquie /Handball : Elimination de l'équipe nationale    Sport et éducation: La FRMSPH et l'ONEE pour un sport inclusif de l'environnement durable    Supercoupe UEFA : Le Real bat l'Eintracht et s'adjuge le Trophée    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Une rencontre de communication au profit des MRE à Khénifra    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la Bande d'Arrêt d'Urgence sauf en cas d'extrême urgence    Autoroutes: ADM rappelle l'interdiction de rouler ou de s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence    Déradicalisation : Comment le Royaume gère ses détenus extrémistes ?    Casablanca : Une infirmière arrêtée pour corruption et remise de faux certificats médicaux    Chichaoua : Un homme découvert mort... Une enquête est ouverte    Mariage des mineures : il est temps d'abroger l'article 20 de la Moudawana    Perspectives économiques mondiales et inflation : Le Maroc reste malgré tout optimiste    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    Journées portes ouvertes à la SNRT : Des associations MRE témoignent de la promotion de la culture amazighe    Oussama Almouhandiz, un maquilleur cinémato-graphique à la quête de renommée mondiale    Ifrane : 22 sorbas au festival régional de Tbourida de la zaouïa de Sidi Brahim    Gucci Beauty fait sensation avec sa gamme de make-up pour peau foncée    2023 sous le signe du social    Banques: les créances en souffrance de près de 85 milliards de dirhams en 2021    Jeux de la solidarité islamique : 4 médailles de bronze pour le Maroc dans le sport-boules    L'apport des MRE au développement local mis en exergue à Kénitra    Football : La CAF annonce une Super Ligue africaine dès août 2023    Medradio à ses auditeurs : Grand Merci !    BCIJ: Interpellation à Tétouan d'un partisan de "Daech" très actif sur les réseaux virtuels    Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain    Les consulats français continuent « d'humilier » les Marocains en refusant à les demandes de visas    Casablanca : Une Journée nationale du migrant axée sur les Marocains du monde    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décryptage : Un problème d'agenda
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 07 - 2011

Le plan initial des Adlistes et des militants d'Annahj est devenu obsolète depuis l'adoption de la nouvelle Constitution…
Pourquoi on veut faire taire les voix qui affichent leur soutien au processus de réforme en cours ? De quel droit, une frange de la société marocaine veut-elle monopoliser la rue et le droit à la libre expression ?
Depuis le 20 février, on constate qu'une minorité de Marocains regroupés au sein d'une mouvance juridiquement et structurellement inexistante squatte la rue et le débat sur les chaînes satellitaires et refuse d'accorder le droit à la parole et à la manifestation à ceux qui ne sont pas d'accord avec sa thèse. Résultat : soit on est d'accord avec l'approche radicale des Adlistes et des républicains d'Annahj, soit on est taxé de « baltajiyas » (voyous en dialecte égyptien). L'esprit de la démocratie veut que l'on respecte l'opinion de l'autre. Depuis le début de ce que l'on appelle dans les médias « le printemps arabe », le Maroc a opté pour le respect du droit des citoyens à exprimer librement leurs différentes opinions. Le Mouvement du 20 février a manifesté plusieurs dizaines de fois sans l'objet de répression. Or, depuis l'adoption à majorité écrasante de la nouvelle Constitution, des Marocains veulent aussi exprimer leur satisfaction des réformes réalisées grâce à ce texte révolutionnaire. Ils ont choisi, comme la majorité des citoyens, d'opter pour un processus harmonieux de changement dans la continuité. Et ils ont parfaitement le droit de s'exprimer. Or, ceux qui dénigrent les autorités tiennent un double langage flagrant : d'un côté, ils accusent l'Etat de les réprimer et d'un autre, ils appellent ces mêmes autorités à priver l'autre camp du droit de parole. Abdelhamid Amine, l'éternel président de facto de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH), par exemple, ne cesse de multiplier les déclarations virulentes à l'égard des autorités les accusant non seulement de le priver du droit de parole mais aussi de le « harceler lui et son organisation ». Devant les caméras de la chaîne satellitaire France24, il a déclaré que les télés publiques ne lui ont pas accordé le droit de parole alors que tout le monde se souvient comment il a eu le droit de dire tout ce qu'il pense des affaires publiques marocaines sur le plateau de 2M. Ce genre de comportement, entre autres, montre que tous ceux qui ont participé à la mobilisation du 20 février souffrent d'un problème qu'il leur faudra dépasser au plus vite. En fait, en sortant dans la rue, les islamistes d'Al Adl et les communistes d'Annahj misaient plus sur une réaction répressive que sur la réalisation de leurs revendications. Le fait que la majorité de leurs demandes aient été satisfaites et qu'il n'y ait pas eu de répression a bousculé leur agenda qui était fin prêt et calqué sur les réactions en chaîne qu'il y a eu sous d'autres cieux. Leur problème est donc simple : ils doivent absolument reconnaître que leur agenda initial est devenu obsolète par l'évolution de la situation et qu'ils doivent l'adapter à la nouvelle donne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.