Akhannouch a salué la « nouvelle génération » d'acteurs économiques    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 30 novembre    Qatar 2022: le point des groupes C et D    Maroc-Canada: à quelle heure et sur quelles chaînes ?    Les confessions touchantes du père de Walid Regragui (VIDEO)    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce jeudi (Villes concernées)    Météo Maroc : les températures baissent ce mercredi 30 novembre 2022    La Bourse de Casablanca débute en baisse    TGCC : Des projets d'expansion dans le pipe d'ici fin 2022    CDG : Comment se présente 2023 ?    Bank of Africa : Hausse de 5% du PNB au 3ème trimestre    Marketing territorial: l'implication citoyenne est indispensable    Maroc : Démarrage de la période de souscription à l'introduction en bourse d'Akdital    Des mesures concrètes pour la Palestine mises en lumière par le Souverain    Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin    USA: Biden appelle le Congrès à agir pour éviter la grève du fret ferroviaire    9è Conférence sur les armes biologiques : L'ONU plaide pour des progrès même en "période de défis géopolitiques"    Après le Maroc, l'Algérie négocie l'achat de missiles balistiques chinois    Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et l'émir du Qatar    Révolution médicale    FAMI 2022 : Les managers territoriaux d'Afrique en conclave à Agadir    Le jumelage institutionnel entre le SGG et le Conseil d'Etat d'Italie a atteint ses objectifs    Qatar 2022 : Dans quel cas la Tunisie peut se qualifier pour les huitièmes de finales    Mondial : voici les premières affiches des huitièmes de finale    Volley-ball : Réélection de Bouchra Hajij pour un nouveau mandat à la tête de la CAVB    Cameroun : Le gardien Onana écarté pour «indiscipline»    Le Brésil et le Portugal en huitièmes, le Ghana se rachète    Bénin-Maroc: échange des instruments de ratification relatifs à la Convention en vue d'éviter la double imposition (communiqué)    Charte de l'investissement. La Chambre des Conseillers adopte le projet de loi-cadre    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 30 novembre 2022    Tentative de suicide d'un touriste français soupçonné d'homicide volontaire : Une enquête judiciaire est ouverte à Marrakech    Première en Afrique : Le Maroc se dote d'une unité de radiothérapie adaptative    Le sida est toujours là... Faisons un don !    Peines alternatives : Pomme de discorde entre Ouahbi et Hajoui !    Interview avec Pr Tayeb Hamdi :« Aucune raison de s'inquiéter de la grippe cameline »    Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie    Protection du patrimoine : Le Maroc et l'Unesco scellent un accord-cadre de partenariat    8 longs-métrages et 3 courts-métrages à découvrir dès le 7 décembre    Chambre des conseillers: Akhannouch se félicite des étapes franchies en matière de justice sociale    Front commun Maroc-UNESCO pour la protection du patrimoine    Rabat : théâtralisée de «Comme la mer, mon amour»    Message Royal à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien    Cinéma : Une célébration haute en couleur pour la 20e édition anniversaire du FIFM    Maroc : Le gouvernement promet d'accélérer l'introduction de l'amazigh dans l'administration    L'exposition itinérante de l'artisanat sino-marocain fait escale à Marrakech    Le Maroc sous le leadership visionnaire de SM le Roi, engagé à faire des problématiques climatiques en Afrique une priorité (Diplomate)    L'Iran fait état de plus de 300 morts depuis le début des troubles    Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel: le roi se félicite de la qualité du partenariat entre l'Unesco et le Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdellah Baha : «Le PAM doit s'auto-dissoudre»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 07 - 2011

Abdellah Baha estime que le PAM est désavoué par les événements et par la nouvelle Constitution.
ALM : Quelles sont les raisons de l'acharnement du PJD contre le PAM?
Abdellah Baha : Le PJD ne mène nullement une campagne contre le PAM. C'est ce parti qui a, depuis sa création, mené une guerre contre nous. Ce que nous revendiquons c'est uniquement le retour à la normale. Ce parti a utilisé des moyens de l'Etat pour s'imposer. Nous voulons aujourd'hui que ce parti reprend sa taille normale. Grâce à la pratique de la transhumance interdite par la nouvelle Constitution, le PAM est devenu, en si peu de temps, un parti majoritaire au Parlement. Le PAM a été à l'origine des événements de Gdim Izik, étant donné que l'ex-wali de Laâyoune pro-PAM avait entrepris des démarches provocatrices à l'égard des membres du parti de l'Istiqlal. Aussi, le PAM s'orientait vers l'adoption des modèles égyptien et tunisien au Maroc. Ce choix aurait pu avoir des répercussions catastrophiques sur notre pays.
Est-ce que vous appelez à la dissolution du PAM ?
Nous n'appelons pas à une dissolution au forceps. Le PAM doit s'auto-dissoudre car il est désavoué par les événements et par la nouvelle Constitution. La base fondamentale sur laquelle s'est construit le projet du PAM c'est la transhumance politique. Or, la nouvelle Constitution interdit catégoriquement cette pratique. Au moment où on appelait à lutter contre la transhumance, le PAM défendait sa démarche. Il doit aujourd'hui reconnaître son erreur. Il en va de la réhabilitation de la crédibilité de l'action politique.
Le PAM accuse le PJD d'opportunisme politique pour ce qui est de la question du 20 février. Qu'en dites-vous ?
C'est une accusation qui n'a aucun fondement. Le PAM disait toujours qu'il a fait son entrée sur la scène politique pour défendre le projet démocratique et moderniste de SM le Roi. Mais où est-il passé après la naissance du Mouvement du 20 février ? Ne devait-il pas réagir pour défendre le projet royal et la légitimité ? Comment peut-on qualifier un parti qui s'est fait un groupe parlementaire majoritaire en puisant dans les autres groupes grâce à la transhumance? Ne s'agit-il pas d'une attitude opportuniste? Par ailleurs, le PJD a, dès le début, utilisé ses propres moyens pour se faire une place rayonnante sur la scène politique et partisane.
Qu'en est-il des critiques du PJD contre certains dirigeants du PAM ?
J'estime que les dirigeants du PAM sont des citoyens marocains qui ont le droit de faire la politique. Mais, il est de notre droit de s'opposer aux pratiques malsaines qui donnent une mauvaise image de l'action politique. Il est temps de tourner la page du passé.
Le PAM est pour l'organisation des élections au début octobre. Qu'en pensez-vous ?
Le PAM est prêt à se lancer dans des élections dès demain car il s'appuie sur les moyens de l'Etat et sur le soutien de l'administration territoriale actuelle qui n'est plus qualifiée pour superviser l'opération électorale. Il n'a rien à préparer car il ne s'appuie pas sur ses propres moyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.