La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casse-tête pour le nouveau ministre de l'intérieur
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

La nomination de Mohand Laenser, secrétaire général du MP, au poste de ministre de l'intérieur suscite toujours le débat. Il s'agit de l'une des principales nouveautés apportées par le gouvernement Benkirane, et non des moindres, à laquelle les Marocains n'étaient pas habitués.
Investi d'une mission assez sensible, le département de l'Intérieur se trouve aujourd'hui à la croisée des chemins. Etant donné que ce sont des technocrates qui prenaient en charge la gestion de ce département, surnommé depuis toujours «la mère de tous les ministères», qu'adviendra-t-il de l'Intérieur avec à sa tête un responsable d'un parti politique? Le défi est énorme car c'est la neutralité de l'administration qui est aujourd'hui en question. Comment peut-on garantir la neutralité de l'appareil administratif alors qu'il est dirigé par un ministre appartenant à un parti politique? Et le premier test ne tardera pas à venir. Après les élections législatives, dans quelques mois seulement le Maroc devra entamer concrètement la préparation des élections communales anticipées. Au menu, des charges relevant de la compétence exclusive de l'Intérieur, à savoir l'élaboration du cadre juridique, la révision des listes électorales et bien évidemment la supervision de l'opération électorale dans son ensemble tant au niveau central que local à travers les représentants de l'administration centrale, en l'occurrence les walis et les gouverneurs. Dans cette situation, M. Laenser sera à la fois juge, en sa qualité de ministre de l'intérieur, et partie en tant que secrétaire général du MP. D'un côté, il devrait observer la neutralité positive à l'égard de l'ensemble des acteurs, mais aussi avec sa casquette de patron des harakis il participera activement à l'opération électorale et incitera les citoyens à voter massivement pour le MP! Un cafouillage qui risque de porter atteinte à la neutralité de l'administration, d'où le débat. A l'heure où certains observateurs rassurent, d'autres tirent la sonnette d'alarme. Selon le politologue Mohamed Darif, trois éléments minimisent les craintes. «Tout d'abord, les mécanismes de fonctionnement de l'Intérieur n'ont rien à voir avec la couleur politique. Aussi, les dispositions de la nouvelle Constitution consacrent le principe de la neutralité de l'administration. C'est le Souverain qui nomme les walis et gouverneurs sur proposition du chef de gouvernement, avec comme critères la neutralité et l'intégrité», explique-t-il dans une déclaration à ALM. «Par ailleurs, nous avons actuellement deux structures qui sont séparées l'une de l'autre. D'un côté, on a le ministère de l'intérieur qui assure la gestion du quotidien et la supervision des élections. Et de l'autre, on a un ministre délégué qui s'occupe du volet sécuritaire, notamment un technocrate qui a cumulé une expérience dans ce domaine», ajoute-t-il. Pour sa part, Saïd Jafri, professeur de droit administratif à la Faculté de droit de Settat, voit les choses autrement. «L'octroi du poste de l'Intérieur à un responsable partisan risque fortement d'impacter la neutralité de ce département», affirme-t-il dans une déclaration à ALM. «Pour ne citer qu'un exemple très simple en droit administratif, nous avons toujours eu un problème avec la répartition des revenus de la TVA sur les communes. Il y a le problème de l'impact politique et administratif sur cette répartition. C'est-à-dire qu'on a des communes qui sont privilégiées au détriment d'autres, et ce selon l'appartenance des responsables de l'Intérieur. Dans un cadre plus général, qu'en est-il avec un ministre de l'intérieur qui est lui-même membre d'un parti politique?», s'interroge-t-il. Le débat reste ouvert.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.