Première sortie pour l'ex-Conseil de la magistrature    Justice: Un droit d'accès à l'information a minima    PJD: El Othmani dénonce «les perturbateurs»    Assurance-vie: L'Autorité surveille le dispositif anti-blanchiment    Marrakech/aéroport: Le ras-le-bol des professionnels du tourisme    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'Europe riposte à la guerre commerciale déclarée par Trump    Forum de Paris sur la paix: Des initiatives pour améliorer la gouvernance    Tibu éduque le rural par le Basket    Dix mois pour préparer les Jeux africains 2019    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Ecole rurale: A quoi joue l'Education nationale?    Pétrole : Le Maroc serait «sous-exploré»    Les pertes d'Uber continuent d'enfler    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Le pape François se rendra en voyage apostolique au Maroc    Nasser Bourita : Le Maroc demeure attaché à une solution consensuelle en Libye    Les PPP ont le vent en poupe en Afrique    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    Pour ou contre les JO-2026 ? Les habitants de Calgary donnent leur avis    Le Real Madrid confirme Solari, nommé jusqu'en 2021    Premier league : Susanna Dinnage, première femme à la tête de la Premier League    Les relations Maroc-USA examinées à Rabat    Mohamed Benabdelkader : Le maintien ou non de l'heure d'été dépend des résultats de son évaluation    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    Britanniques et Européens sont parvenus à un accord de principe sur l'Irlande    "Rêves d'une oasis" de Aziz Khoidir en compétition en Côte d'Ivoire    Bouillon de culture    BAM et l'ANRT lancent "m-wallet", un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    l'ONU décidée à clore le dossier du Sahara    Le Forum africain de la sécurité routière entame ses travaux à Marrakech    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.