La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1.800 magistrats portent plainte contre l'Etat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 01 - 2012

En plus du recours à la justice, les magistrats ont accordé au nouveau gouvernement un délai qui s'étend jusqu'au 15 mai prochain pour répondre à leur cahier revendicatif et ce, avant de procéder à des «démarches de protestation inédites».
Les magistrats marocains sont mécontents. Peu de temps après l'adoption du programme gouvernemental, ils sont montés au créneau pour réclamer l'amélioration de leurs conditions sociales. Et ils sont prêts à aller très loin pour faire entendre leurs revendications. Dans un communiqué rendu public vendredi 27 janvier, le Club des magistrats du Maroc regroupant 1.800 magistrats, soit environ la moitié des juges du Royaume, a décidé de porter plainte contre l'Etat marocain devant les tribunaux administratifs. L'objectif étant de l'inciter à mettre en œuvre l'un des volets les plus vitaux du discours royal du 20 août 2009 sur la réforme de la justice se rapportant à l'amélioration des conditions sociales des magistrats. A l'issue d'une réunion tenue vendredi dernier à Tanger, le bureau exécutif du Club des magistrats a invité l'ensemble des magistrats du Royaume à présenter leurs attestations de travail aux présidents des bureaux régionaux dans un délai de vingt jours. Une démarche permettant à terme au Club des magistrats d'encadrer les plaintes devant les tribunaux. Le Club a, également, appelé les présidents des bureaux régionaux à se mobiliser afin de réussir cette démarche de protestation. «Dans le cadre de l'Etat de droit, nous avons le droit de recourir à la justice. Nos revendications sont justes et légitimes. Nous ne demandons que la mise en œuvre du discours royal du 20 août 2009 qui avait mis l'accent sur la nécessité de l'amélioration des conditions sociales des magistrats», souligne Yassine Moukhli, président du Club des magistrats du Maroc, dans une déclaration à ALM. «Jusqu'à présent rien n'est encore fait. Nous entreprenons cette démarche aujourd'hui pour obliger l'Etat à améliorer nos conditions sociales. Il ne faut pas perdre de vue que nous avons tenu notre congrès constitutif le 20 août 2011. Une date symbolique qui rappelle le chantier de la réforme de la justice tel qu'annoncé par le Souverain en 2009», indique-t-il. En évoquant l'amélioration des conditions sociales, les magistrats font allusion, selon M. Moukhli, à l'augmentation de leurs salaires et indemnités, le droit au logement et à la couverture sociale.
A noter qu'en plus du recours à la justice, les magistrats ont accordé au nouveau gouvernement un délai qui s'étend jusqu'au 15 mai prochain pour répondre à leur cahier revendicatif et ce, avant de procéder, selon le président du Club des magistrats, à des «démarches de protestation inédites». Et ce n'est pas seulement l'amélioration des conditions sociales qui préoccupe les magistrats, ils appellent, de façon moins pressante et urgente, à la mise en œuvre de l'ensemble des volets de la réforme du secteur de la justice telles qu'ils ont été explicités dans le discours royal du 20 août 2009. Voilà un dossier chaud qui figure, incontestablement, parmi les priorités du nouveau ministre de la justice, Mustapha Ramid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.