Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 4 points clés    La prestation de Bounou , En-Nesyri contre la Real Sociedad    Le Bayern répond à Hansi Flick    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Saisie de 2,5 tonnes de chira, interpellation d'un individu pour trafic international de drogue    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Vaccination: Le FMI salue les efforts du Maroc    AFC Ligue des Champions :Le but de Hamdallah contre Al Sadd    Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle    Tous les ingrédients sont là pour mener à bien le chantier de généralisation de la protection sociale (Economiste)    Humeur : Ambiance à la foi menaçante    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Botola Pro D1 « Inwi » (12è journée): Classement    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Maroc: L'indice de production des industries manufacturières en baisse de 6,3% en 2020    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Hakim Ziyech : "Encore beaucoup à faire, mais je vais dans la bonne direction"    DHJ : Le comité directeur reste confiant et prône le maintien de la stabilité !    Tunisie : Durcissement des mesures sanitaires après la flambée des contaminations    Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Un énième préparatif pour le sommet Rabat-Madrid    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara marocain : 80% des ex-alliés de la rasd en lui retirant leur reconnaissance, signent son illégitimité
Publié dans Barlamane le 16 - 07 - 2019

Marrakech a abrité, du vendredi à dimanche derniers, les travaux du deuxième Colloque national du plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara. L'événement, organisé par le ministère chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, a été l'occasion de réaffirmer la volonté de faire plus d'efforts pour renforcer la coopération en faveur d'un plaidoyer fort autour de la marocanité du Sahara, fondé sur l'esprit d'initiative et les connaissances scientifiques.
Dans une allocution à l'ouverture du colloque, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, a déclaré que plus de 80% des pays qui soutenaient le polisario, lui ont aujourd'hui retiré toute reconnaissance. Il est vrai que dernièrement, et grâce au travail de terrain fourni par le Maroc, plusieurs pays se sont enfin rendus compte de la légitimité de la cause marocaine et son Sahara. Certes 80% des pays qui soutenaient le polisario, lui ont retiré toute reconnaissance, il reste donc 20% à éclairer sur la réalité. Rétrospective sur le plan d'action marocain.
En effet, selon les chiffres du minstère d'El Khalfi, sur 51 pays qui ont reconnu dans le passé la rasd, 40 lui ont retiré toute reconnaissance entre 2000 et 2019, 11 la soutiennent encore. Les chiffres avancés par El Khalfi traduisent donc la réussite de « l'approche offensive », adoptée récemment par le Maroc, selon les termes de Nasser Bourita. Le Royaume a décidé, depuis qu'il a entrepris de réintégrer l'Union Africaine, de « ne plus laisser sa chaise vide ». Novembre 2017 était la première fois où le Roi Mohammed VI a été aperçu siégeant avec le chef du Front Polisario Brahim Ghali dans la même pièce, avec leurs délégations respectives. Le Maroc avait, dès lors, traité la rasd comme si elle était « invisible », selon le mot du chef de la diplomatie marocaine. Ceci fût le premier pas dans le plan marocain de conquête de nouveaux alliés, outre les pays liés au Maroc par de fortes relations historiques.
Une véritable opération d'information basée sur les faits tangibles historiques et actuels a ensuite suivi son cours. Aucun pays, peu importe la durée de son alliance avec l'Algérie et la rasd, n'y a été insensible. A titre d'exemple, les pays d'Amérique Latine qui étaient la boîte de Petri de l'idéologie séparatiste depuis plus de 30 ans, et de forts alliés de l'Algérie et la rasd. Le Maroc a désormais convaincu la République Dominicaine, le Suriname, le Brésil, le Chili et le Salvador de la légitimité de son discours et de sa vision. Une dernière addition aux pays qui ont renié la rasd : la Barbade, qui a retiré sa reconnaissance à l'entité séparatiste le 21 juin dernier.
Il faut bien se dire que si les dirigeants d'autres pays retirent leur reconnaissance de la rasd, cela émane d'une réelle prise de conscience du statut absurde de la rasd, et donc, de l'absurdité de continuer à la soutenir. Le polisario est en train d'être mis à nu, par plusieurs événements et notamment la récente signature de l'accord sur la Zone de libre-échange économique africaine, qui a démontré que le polisario ne dispose ni de territoire, ni de monnaie, ni d'économie, et donc de rien…tout court.
Le Maroc a désormais réussi à imposer sa souveraineté sur son Sahara. Désormais, tout ce qui a trait au Sahara ne peut être négocié qu'avec les autorités du Royaume. L'union européenne se conforme à ce principe, vu qu'elle met en œuvre tous les accords (libre-échange, agricole, de pêche) qu'elle a signés avec le Maroc, en total respect de son intégrité territoriale.
Le plan d'autonomie marocain est désormais soutenu à l'unanimité par les instances onusiennes, notamment le comité des 24 qui a approuvé l'unanimité cette initiative. Lors de cette rencontre, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont mis l'accent sur l'importance primordiale du respect « de l'unité et de la souveraineté du Maroc ». Plusieurs pays africains, notamment la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, et plusieurs autres encore ont exprimé leur haute appréciation à l'égard des diverses initiatives concernant le développement socio-économique du Sahara.
Que onze pays soutiennent toujours le polisario passe pour un sous-problème désormais. Plusieurs nouveaux gouvernements se positionnent en conscience de la légitimité du Sahara marocain, comme le nouveau président mauritanien Ould El Ghazouani, ou le nouveau gouvernement vénézuelien. L'issue du conflit autour du Sahara marocain, ne serait plus qu'une histoire de temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.