PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Accident mortel sur l'autoroute de Taza (PHOTOS)    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Marocains rapatriés de Wuhan: les précisions du ministère    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Résultats financiers: CIH Bank tire son épingle du jeu en 2019    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    Coronavirus : nouveaux foyers en Asie, morts en Iran, l'inquiétude remonte    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    La déconstruction d'un mythe    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Pourquoi Marrakech perd ses événements    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani
Publié dans Barlamane le 27 - 01 - 2020

Le Maroc a réalisé de grands aménagements hydroagricoles dont l'effet sur la production agricole et le développement des périmètres irrigués est indéniable, a développé le chef du gouvernement.
L'agriculture marocaine devient année après année moins tributaire de l'eau du ciel, a déclaré Saad Dine Otmani, lundi 27 janvier, au Parlement. Le chef de l'exécutif a affirmé que le pays est moins soumis au régime pluviométrique, tandis que ses besoins en eau augmente sans cesse.
Otmani a rappelé l'importance des chantiers lancés comme le programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 et le Le plan national de l'eau 2020-2030. Ces deux programmes contournent la forte contrainte de l'aridité. Des moyens considérables furent mis en œuvre, affirme Otmani : techniques (construction de trois barrages par an, équipement de périmètres en réseau d'irrigation), institutionnels (création de d'offices de mise en valeur agricole), organisationnels (agriculture contractuelle pour les multiples cultures industrielles) et financiers (soutien aux petits agriculteurs).
Otmani rappelle que le plan national de l'eau se concentre sur trois axes, le premier vise à transformer les systèmes d'irrigation traditionnelle en irrigation locale à raison de 50.000 ha par an et en économisant 4,1 milliards m3, le deuxième axe porte sur la gestion et le développement de l'offre, à travers la mobilisation des eaux de surface et la mise en place des barrages, notant que plusieurs barrages seront érigés, outre le recours aux ressources hydriques non traditionnelles.
Le troisième axe est centré sur la préservation des ressources hydriques de surface et souterraines et des espaces naturels, ainsi que la protection des zones sensibles et des nappes phréatiques. Otmani pointe la forte croissance de la demande en eau douce, en relation avec l'amélioration des conditions de vie, l'intensification agricole et le développement de l'industrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.