Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque
Publié dans Barlamane le 23 - 02 - 2020

Un séisme de magnitude 5,7 est survenu dimanche à la frontière entre l'Iran et la Turquie faisant au moins 8 morts du côté turc, dont 3 enfants, et plusieurs dizaines de blessés des deux côtés de la frontière, rapporte Reuters.
Les secousses ont frappé à 05H23 GMT et son épicentre a été localisé près du village de Habash-e Olya dans le nord-ouest de l'Iran. Le village se situe à moins de dix kilomètres de la frontière avec la Turquie, selon l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis. L'épicentre de la secousse tellurique se situait à une profondeur de 6 km.
En Iran, au moins 40 personnes ont été blessées dont 17 hospitalisées dans la province iranienne d'Azerbaïdjan-Occidental, nord-ouest du pays, touchée par la secousse, a indiqué le Service national des secours iraniens dans un nouveau bilan. 43 villages ont subi des dégâts, selon la même source.
Pour rappel la Turquie et l'Iran se trouvent dans une des zones sismiques les plus actives au monde. En Iran, le dernier séisme majeur remonte à novembre 2017 avec un tremblement de terre de magnitude 7,3 dans la province de Kermanshah, ouest de l'Iran, qui avait fait 620 morts. En 2003, un séisme de magnitude 6,6 dans la province de Kerman, dans le sud-est de l'Iran, a ravagé l'ancienne ville de Bam et tué au moins 31.000 personnes. Le séisme le plus meurtrier de ces 30 dernières années en Iran, d'une magnitude 7,4, a, quant à lui, fait 40.000 morts et laissé un demi-million de personnes sans-abri dans le nord du pays en 1990.
La Turquie a elle aussi connu des épisodes similaires. Le dernier séisme puissant, 7,1 sur l'échelle de Richter, s'est produit en 2011 dans la province de Van, est de la Turquie, faisant plus de 600 morts. En 1999, un séisme de magnitude 7,4 a frappé le nord-ouest du pays, faisant plus de 17.000 morts, dont un millier à Istanbul. La province de Van a été marquée début février par la mort de 41 personnes dans deux avalanches, dix jours après un puissant séisme qui a aussi fait 41 morts dans la province d'Elazig située également dans l'est de la Turquie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.