Anwar El Ghazi : « Ziyech doit aller au gymnase »    Hakim Ziyech n'a que faire des excuses de Hervé Renard    Hicham Boussefiane se dit prêt à devenir leader du FC Malaga    Khalil Boubhi : La pandémie impactera considérablement les contrats sportifs    Progression du PNB de la CFG Bank au premier trimestre    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Les six grands principes de la doctrine d'intervention de la CGEM    L'AMMC rappelle aux émetteurs les règles et recommandations en matière de communication financière    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Sara Bellali : Le Maroc a exploité toutes ses ressources matérielles et humaines.    Etude sur les conséquences de la pandémie du Covid-19 sur la profession de la médecine dentaire    Une étude confirme l'efficacité modeste d'un antiviral contre le Covid-19    Une plongée virtuelle au cœur du patrimoine culturel d'Essaouira    Colère en Malaisie après l'abandon des poursuites contre Riza Aziz    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    S.M le Roi accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Coronavirus : 74 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7.406 cumulés, samedi à 16h    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Coronavirus : 43 nouveaux cas, 7375 au total, samedi 23 mai à 10h    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire
Publié dans Barlamane le 04 - 04 - 2020

L'économiste Esther Duflo, prix Nobel d'économie 2019, appelle à l'interventionnisme de l'Etat et à injecter le plus de ressources possibles dans la dépense publique pour restreindre les ravages économiques de la pandémie de coronavirus.
Esther Duflo, professeur au prestigieux MIT de Boston aux Etats-Unis, a affirmé sur les ondes de France Inter qu'un système d'imposition "extrêmement progressif" est la clé de voute pour dépasser les répercussions économiques de l'épidémie. Selon Duflo, la priorité doit être donnée aux financements des systèmes de santé, et au soutien des ménages modestes. "Quand on a une grosse crise de demande comme aujourd'hui, il faut injecter des ressources dans l'économie", explique-t-elle. Elle encourage également les gouvernements qui le peuvent à « emprunter massivement et à stimuler l'économie autant que possible". L'heure est à l'interventionnisme de l'Etat à l'instar de l'après crise financière de 1929.
Selon Duflo, il faut "dépenser plus d'argent à la fois pour lutter contre le virus (…) et pour essayer de mitiger au maximum l'impact économique, cela fait économiser de l'argent en fait". Faute de quoi, la crise de certains secteurs pourrait s'accumuler et générer un « effet boule de neige », et l' "on passe[ra] d'une récession à une dépression, dont les ravages économiques sont beaucoup plus forts et plus longs", avance-t-elle. Esther Duflo insiste également sur la nécessité que les pays les plus développés soutiennent les moins développés, qui souffriront certainement plus de l'épidémie. Il s'agit, selon l'économiste, d'un moyen de limiter l'ampleur du désastre économique, au final.
Esther Duflo a par ailleurs balayé les craintes sur l'endettement public, puisque, actuellement, les gouvernements "peuvent emprunter à taux extrêmement faibles". Dans ce sens, plus les pays empruntent de grandes sommes, plus ils auront de temps pour les rembourser. "Il n'y a absolument pas à s'inquiéter de la facture pour l'instant, c'est le dernier de nos soucis", insiste-t-elle.
Pour Mme Duflo, cette crise est également l'occasion d'encourager un système d'imposition "extrêmement progressif" dans les pays développés. Imposer un impôt sur les hauts revenus semble la solution la plus raisonnable selon l'économiste, à la fois pour soutenir les pays pauvres et les systèmes de santé en faillite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.