« Corridor CGEM-DGI », un nouveau service pour réduire les litiges entre l'administration fiscale et les entreprises    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    El Guerguerat : l'Azerbaïdjan soutient les efforts du Maroc    Tétouan : une nouvelle cellule terroriste tombe dans les filets du BCIJ    Maroc/Covid-19: près de 4.000 nouveaux cas ces dernières 24h    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 4 décembre    Pas moins de 300 médicaments manquent en Algérie    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    2M: voici le nouveau directeur de l'information    Le Syndicat national de la presse marocaine dénonce les insultes de Ziane contre les journalistes    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    Covid-19 : L'Etat soutient les traiteurs touchés par la crise    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    Guergarat. L'Algérie ne lâche pas le morceau    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi les projets de vaccins contre les coronavirus humains n'ont-t-ils pas abouti il y a 20 ans, mettant en danger l'humanité aujourd'hui ?
Publié dans Barlamane le 16 - 04 - 2020

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a affirmé mercredi que seul « un vaccin sûr et efficace » pourrait mettre fin à la crise sanitaire du Covid-19 qui frappe le monde depuis plusieurs mois. De rares vaccins développés contre le SRAS sans qu'ils soient testés sur l'être humain.
Contre le Covid-19, « un vaccin sûr et efficace pourrait être le seul outil permettant un retour du monde à un sentiment de ‘normalité' », a estimé, mercredi 15 avril, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en l'espérant avant la fin de l'année.
Pourtant, les recherches sur le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) démarrées il y a deux décennies, (en 2003) pour faire avancer les tentatives de la création d'un vaccin, n'ont pas abouti. Les projets de vaccins qui ont concerné des coronavirus humains, dont le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) n'ont été que très peu testés. Pourtant, les chercheurs estimaient qu'identifier et produire de nouveaux vaccins et traitements contre le SRAS devrait être centrale pour les gouvernements et les agences de santé mondiales.
En 2020, aucun projet de vaccin curatif contre le SRAS n'a prouvé son efficacité chez les humains. Depuis le déclenchement du coronavirus, les chercheurs se sont engagés pour en trouver le remède, un processus laborieux et coûteux qui s'étale généralement sur plusieurs années, car il s'agit de prouver que le vaccin est sans risque et efficace avant de pouvoir le produire à grande échelle.
Cette «course collaborative» avec un «partage croisé d'informations» a été entamé tardivement, alors que l'on sait qu'un précédent coronavirus avait fait en 2002-2003 un total de 774 morts, dont 349 sur le territoire chinois. Puis, quelles mesures contre un virus qui aggrave incessamment la situation des systèmes de santé, ébranlés par la pandémie de Covid-19 ?
Un tel vaccin « sauverait des millions de vie et des milliards innombrables de dollars », a-t-il ajouté lors d'une visioconférence avec la cinquantaine de pays africains membres de l'Organisation. Il a plaidé pour une accélération de son développement et son accessibilité à tous. Il doit être « universel » et « permettre de contrôler la pandémie ».
« Nous avons besoin d'un effort ambitieux pour garantir (…) une approche harmonisée, intégrée et optimisée afin de maximiser la vitesse et l'échelle nécessaires pour le déploiement universel d'un tel vaccin d'ici la fin de 2020 », a-t-il insisté. Antonio Guterres a précisé que son appel, le 25 mars, à deux milliards de dollars de dons pour un vaste plan humanitaire de l'ONU en réponse à la pandémie avait permis de récolter jusqu'à présent « environ 20 % » de cette somme.
Le monde capitalistique s'estimait-il à l'abri d'une pandémie qui paralyserait la course au gain ? Les recherches sur un vaccin sur la première souche de SRAS ont été arrêtées, la maladie ayant pratiquement disparu. Pourtant des virus mutants ne sont pas une réalité inconnue du monde. L intérêt du vaccin est de disposer d'une base qui permet d'y greffer les ajustements nécessaires aux mutations… Le monde aujourd'hui y aurait gagné en temps et en investissement(s).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.