Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Pacte pour la relance économique et l'emploi : les partenaires formalisent le cadre d'intervention (document)    Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    OMS: Dr. Tedros prie les Américains de revenir à l'OMS    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Météo France: 45 départements placés en vigilance orange canicule    Bombardier affiche une perte de 223 millions de dollars US    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    DIAPO-Relance et emploi: La CGEM, le GPBM et l'Etat signent le pacte    L'état d'urgence court jusqu'au 10 septembre    Droits et libertés: Le plaidoyer du CNDH    France: fin de la prise d'otage dans une banque (intérieur)    Relance touristique : Le détail du contrat-programme 2020-2022    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Coronavirus : 1.144 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 29.644 cas cumulés jeudi 6 août, à 18 heures    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Le Raja se rapproche du fauteuil de leader    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Maroc: baisse du flux des IDE à fin juin 2020    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    La Libye cible de folies hégémoniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité
Publié dans Barlamane le 03 - 07 - 2020

Enlevés par des djihadistes armés le 24 juin dans cette région du Sahel visée par de nombreuses attaques de djihadistes, les dix humanitaires de l'ONG Action et programme d'impact au Sahel ont été libérés ce jeudi 2 juillet.
Les dix travailleurs de l'ONG nigérienne Action et programme d'impact au Sahel (APIS) enlevés le 24 juin dans le sud-ouest du Niger, « ont été libérés », a annoncé jeudi le gouverneur de la région de Tillabéri, proche du Burkina Faso et du Mali, où les attaques djihadistes sont récurrentes.
« Ils (les dix travailleurs) ont été libérés hier (mercredi) », a déclaré Tidjani Ibrahim Katiella, sans donner davantage de précisions. « Je ne peux rien dire, on ne les a pas encore vus », a déclaré de son côté Kadidiatou Harouna, la responsable d'APIS, une ONG partenaire du Programme alimentaire mondial (PAM), qui avait attribué l'enlèvement aux jihadistes la semaine dernière. Les conditions de la libération des dix otages n'ont pas été dévoilées.
Le 24 juin, dix travailleurs étaient en train de distribuer gratuitement des vivres aux populations d'un hameau de la commune de Makalondi « lorsque des djihadistes armés et à moto sont venus et leur ont demandé de les suivre ». Les ravisseurs avaient aussi emporté deux véhicules tout-terrain appartenant à APIS. C'était le premier enlèvement d'humanitaires de ce genre enregistré dans cette zone très instable, théâtre d'attaques régulières et de plus en plus meurtrières des groupes djihadistes.
La région Tillabéri, est une vaste zone instable, Elle est située dans la zone de « trois frontières » entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des djihadistes sahéliens, dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). La circulation des motos est interdite de jour et de nuit depuis janvier pour tenter de prévenir les déplacements de djihadistes. Un humanitaire allemand et un prêtre italien y avaient été enlevés en 2018.
Cette partie du Sahel continue d'être visée par les assauts de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 5.100 militaires français de la force antidjihadiste Barkhane. Entre décembre 2019 et janvier 2020, près de 200 soldats nigériens ont été tués dans une série d'attaques particulièrement meurtrières, revendiquées par l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS). C'est dans cette région que quatre soldats américains et cinq militaires nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo le 4 octobre 2017, attaque également revendiquée par l'EIGS. Selon l'ONU, les attaques jihadistes, souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait au Mali, au Niger et au Burkina 4.000 morts en 2019


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.