Vojtech Filip : Le blocage de la libre circulation menace la paix et la sécurité    Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Royaume    Le GCAM à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles de l'agriculture    Où va le Liban ?    Haboub Cherkaoui nouveau patron du BCIJ    Venant des Etats-Unis où il a été formé, Rayane Jamaï défendra les couleurs du MAS    Pour éviter les problèmes cardiaques : Dormez mieux !    Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine à Dakhla, une personne interpellée    Emirates Warriors : Jaafar Alaoui remporte le titre de la 14è édition    Mohamed El Guisser nouvel entraîneur du KACM    Le CCME lance une formation sur le plaidoyer au sujet du Sahara    Rencontre entre la FRMF et les clubs de la Botola sous le thème : "Les centres de formation des joueurs"    Refinancement bancaire : Le volume dépasse les 100 milliards DH    Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez attendu au Maroc le 17 décembre    Supercoupe Africaine: El Ahly accueille la Renaissance de Berkane le 10 décembre au Caire    Chtouka Ait-Baha : des mesures pour atténuer les effets de la vague de froid    Entame réussie du TAS en Coupe de la Confédération    Mike Tyson, la vie par chaos    Nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie    Driss Lachguar : Le rôle joué par le Maroc pour instaurer la sécurité, la stabilité et la paix procure une immense et légitime fierté    Quatre startups marocaines nominées pour le World Summit Awards    Le président de la FRMF met en avant le rôle des centres de formation dans la promotion du football national    Evolution du coronavirus au Maroc : 4115 nouveaux cas, 353.803 au total, dimanche 29 novembre à 18 heures    Prolongation des mesures préventives contre la Covid-19 à Essaouira    Bouarfa : Suspension des examens de permis de conduire, à partir du 30 novembre    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    "Casarchives " , une exposition dédiée à la mémoire historique de Casablanca    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    Maroc-Russie: un nouvel accord de coopération    Régularisation fiscale : Signature d'un accord entre l'ONIGT et la DGI    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Omar Radi : #WeBelieveHafsa, une réponse collective qui donne écho à la voix de Hafsa Boutahar
Publié dans Barlamane le 23 - 09 - 2020

La somme de réactions rassemblées sous ce label a engendré en peu de temps une prise de conscience sur les abus sexuels, surtout dans les milieux militants.
Le hashtag est apparu début août sur Twitter, #WeBelieveHafsa, en référence à Hafsa Boutahar «une jeune femme, employée en freelance, pour des missions commerciales et administratives au Desk, un site d'information marocain» comme l'ont présenté, dans leur enquête polémique, les portails français Médiapart et l'Humanité. Hafsa Boutahar, qui affirme avoir été violée dans la nuit du 12 au 13 juillet 2020 par Omar Radi, reste peu entendue. Son présumé agresseur lui, ardemment défendu. Cette différence de traitement est de nature à étonner.
La procédure judiciaire contre le journaliste Omar Radi, 34 ans, a formellement commencé mardi 22 septembre avec sa comparution devant un juge d'instruction à Casablanca. Le journaliste controversé avait été placé en détention provisoire le 29 juillet à la prison d'Oukacha. Il affronte trois catégories de chefs d'inculpation : «atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat», «atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat» ainsi que viol, attentat à la pudeur et évasion fiscale.
La réponse a été massive. Le hashtag #WeBelieveHafsa («nous croyons Hafsa»), réminiscence du #MeToo, occupe une bonne position dans les tendances marocaines sur le réseau social de microblogage Twitter, correspondant à un afflux de tweets utilisant ce mot-clé. Des milliers de tweets s'accumulaient, alimentés par des rafales messages félicitant la jeune femme d'avoir brisé le silence sur les abus sexuels qu'elles dit avoir subis. Après la diffusion de son témoignage, les réseaux sociaux s'étaient enflammés, l'affaire provoquant des réactions d'effroi et des appels à la justice, mais aussi de nombreux commentaires des entours de Omar Radi mettant en cause sa sincérité.
Hafsa Boutahar a déclaré «décider de ne parler qu'une seule fois pour que les gens sachent la vérité». Elle critique Omar Radi qui s'est livré, selon elle, à «des mensonges dégoûtants» après un post sur Facebook où il a évoqué un «piège» et une «machination». «Je ne peux pas rester les bras croisés et le laisser dire ce qu'il veut pour me salir. Mon avocat considère que c'est une violation grave du secret de l'instruction», a protesté la plaignante, qui a accordé sa version des faits à un site électronique, publiée en deux volets.
Son récit est glaçant. «S'il n'était pas allé parler de moi dans les bars en riant de ce qu'il m'avait fait subir, peut-être que je me serais tue comme la plupart des personnes qui se font violer, a-t-elle expliqué. Vous croyez vraiment que c'est facile de s'adresser à la justice pour ce genre de chose dans une société comme la nôtre ? Que c'est facile de prendre le risque qu'on vous réponde que vous l'avez peut-être bien cherché ? Qu'on se demande ce que vous faisiez là ? Je me suis posé mille fois la question : allait-on m'aider ? Omar Radi est très connu et a de nombreux soutiens et moi, je n'ai rien.»
Amnesty International a refusé de répondre aux correspondances de Hafsa Boutahar, tandis que l'ONGI Human Rights Watch (HRW) a publié le 21 septembre un communiqué qui s'est contenté de mentionner de manière lapidaire que «l'accusatrice du journaliste [dans le dossier du viol], qui s'est exprimée publiquement, a le droit d'être entendue et respectée, au même titre qu'Omar Radi, qui a droit à une procédure judiciaire équitable». Les journaux qui ont pris parti pour Omar Radi, sans qu'ils aient d'ailleurs autre chose que des impressions confuses pour se décider, ont été dénoncés par Hafsa Boutahar. Médiapart a tenté de faire accroire à l'accusatrice de Omar Radi qu'il comptait défendre sa cause. «Médiapart a essayé de me tromper et a mené des pratiques non-éthiques et non-professionnelles, essayant de me faire croire qu'ils me soutiendraient dans mon cas et qu'ils soutiendraient les victimes de viol, juste pour que je réponde à leurs questions. Dans leur article, cependant, ils ont montré l'étendue de leur exploitation des victimes de viol, dans des affaires politiques cachées. Imaginez si mon prénom était Jacqueline. Les institutions françaises me traiteront-elles de la même manière ?» s'est insurgé Hafsa Boutahar. Une enquête sans base solide où le champ des certitudes reste très limité ; celui des soupçons va toujours en s'élargissant.
Devant le juge d'instruction de Casablanca, Omar Radi s'est expliqué sur l'accusation de viol dont il fait l'objet durant plusieurs heures. Hafsa Boutahar conteste vigoureusement les allégations d'Omar Radi qui indique que leur relation sexuelle avait été «consensuelle». Elle sera entendue le 5 octobre, d'après plusieurs médias.
La justice marocaine s'attèle sur un autre dossier, celui de l'ancien rédacteur en chef du quotidien proche du PJD Akhbar al-Yaoum, Soulaiman Raissouni. Ce journaliste de 48 ans a été interpellé fin mai à la suite d'accusations publiées sur Facebook par un militant pour les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans), connu sous le nom de Mohamad Adam. Le jeune homme, qui a ensuite été entendu par la police, a subi une atroce campagne de diffamation sur les réseaux sociaux. Abdelmoula El Marouri, avocat Toufik Bouachrine, le patron de presse déchu condamné en octobre 2019 pour «traite d'êtres humains», «abus de pouvoir à des fins sexuelles», «viol et tentative de viol» a été vivement critiqué après un message de haine adressé contre l'accusateur de Soulaiman Raissouni. Le fait vaut la peine d'être signalé : peu d'ONG internationales ont pris la peine d'écouter la version de Mohamad Adam.
Alors que Soulaimane Raissouni reste en détention préventive «pour les besoins d'une enquête sur des faits présumés d'attentat à la pudeur avec violence et séquestration», ses soutiens recourent à la facilité de la diffamation et de la calomnie afin de propager des divulgations hasardeuses sur le jeune activiste, qui a quitté l'hôpital en début de semaine après des soucis de santé.
«La culture du viol a de beaux jours devant elle», a commenté Ibtissam Lachguar, l'infatigable militante du collectif de défense des libertés individuelles MALI. Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a, pour sa part, dénoncé «la diffamation dont sont victimes les protagonistes de cette affaire».
Plusieurs voix appellent à replacer le dossier de Omar Radi sur le terrain judiciaire d'où il n'aurait jamais dû sortir ; de le dégager de toutes les interventions accessoires qui étaient venues s'y ajouter comme une excroissance malsaine. C'est la justice, seule, qui se prononcera une fois pour toutes sur l'innocence ou sur la culpabilité du journaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.