Pegasus, médiatus, propagus    Evolution du coronavirus au Maroc. 8995 nouveaux cas, 606.871 au total, jeudi 29 juillet 2021 à 16 heures    Vaccination anti-Covid: Des équipes médicales militaires appuient les efforts du ministère de la Santé    Le Malawi ouvre un consulat à Laâyoune    FEC-AFD: un prêt de 200 millions d'euros pour appuyer la convergence et la résilience des territoires du Royaume    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.243 personnes    Tunisie : Saïed veut récupérer 13,5 milliards de dinars « pillés aux Tunisiens »    Climat : le Royaume-Uni risque de dépasser les 40°C en été, selon un rapport local    SM le Roi adresse samedi un discours à la Nation à l'occasion de la Fête du Trône    Double meurtre à Casablanca : un multirécidiviste arrêté    L'Opinion : 22 ans d'activisme Royal multidimensionnel    Au Gabon, le parc d'Ivindo classé au Patrimoine mondial de l'Unesco    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Le Maroc, un allié important de l'UE dans la lutte contre le crime transfrontalier (Ambassadeur de l'UE)    Casablanca. Decathlon inaugure son plus grand magasin en Afrique    Arrestation en Grèce d'un Marocain affilié à Daech    Nos Voeux    Sport national: Des performances en dents de scie    Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés d'entrée    Acteurs de l'affichage publicitaire urbain. une citoyenneté chevillée à l'âme    Automobile. Les exportations à leur meilleur niveau    Mi-2021, les investissements étrangers sont restés importants au Maroc    Attijariwafa bank élue «Meilleure banque au Maroc en 2021» par Euromoney    Signature de deux accords de partenariat pour promouvoir les droits des personnes en situation de handicap    Covid-19 : l'Algérie à court d'oxygène, le régime pointé du doigt    Génocide : l'enquête en Espagne contre Brahim Ghali classée sans suite pour cause de prescription    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Elections générales 2021 : La HACA présente aux opérateurs audiovisuels ses recommandations    Position américaine sur le Sahara: le gros mensonge de l'APS !    JO-2020: vingt athlètes recalés après avoir échoué aux standards des contrôles antidopage (AIU)    La CAF sanctionne financièrement Al Ahly (8000 dollars)    L'hôpital de campagne du Royaume à Manouba opérationnel : Un signal fort de l'amitié maroco-tunisienne    Officiel : Yair Lapid inaugurera la mission israélienne au Maroc en août    Une provocation algérienne irrite les internautes    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    La CGEM tient son Conseil d'administration et son Conseil national de l'entreprise    Tunisie : le patron de la chaîne nationale démis de ses fonctions    CAN-2021 : le tirage au sort reporté au 17 août à Yaoundé    Transfert : Malongo, 3ème meilleur transfert financier dans l'Histoire du football national    Les confessions de Faouzi Benzarti après la fin de la saison : « L'angle de vision du responsable technique est différent de celui des autres »    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Décompensation du sucre et de la farine dès 2022    Covid-19 : Une augmentation de 50% des contaminations chaque semaine    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Le plus ancien Acheuléen de l'Afrique du Nord découvert à Casablanca    Scène artistique actuelle : La FNM présente ses acquisitions en partenariat avec le ministère de tutelle    JO-2020 : Les Marocains Assmaa Niang (judo) et Abderrahim Moum (haltérophilie) éliminés    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Omar Radi visé par des accusations de viol : face aux exhortations de la plaignante, la sourde oreille d'Amnesty
Publié dans Barlamane le 16 - 09 - 2020

Omar Radi a déjà été condamné, en mars, à quatre mois de prison avec sursis pour avoir diffamé un juge. L'ONG Amnesty International refuse d'écouter sa victime qui a livré un récit accablant contre le journaliste.
L'ONG Amnesty International a opposé une fin de non-recevoir aux exhortations de la plaignante dans l'affaire du journaliste Omar Radi. L'accusatrice de ce dernier avait lancé mercredi une charge virulente contre l'ONG. Elle avait déjà livré un récit très cru de sa mésaventure.
Omar Radi, 33 ans, est accusé par Hafsa B. de l'avoir violée en juillet 2020. Le journaliste a reconnu, lors de son interrogatoire, une relation «consentie» avec la plaignante. Il reste incarcéré et son procès commencera le 22 septembre.
Sur Twitter, Hafsa Boutahar, dépitée, déclarée : «J'ai écrit à Amnesty au sujet du viol dont j'ai été victime... L'ONG a ignoré ma correspondance et n'y a pas interagi. Il me semble qu'en tant que victime de viol, je n'entre pas dans leurs intérêts, et je dois me fier à la loi qui me rendra justice.» Dans la foulée, Ibtissam Lachgar, militante féministe du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI), s'est fendu d'un tweet au vitriol, affirmant qu'«Amnesty est une organisation patriarcale.»
Omar Radi a été placé en détention, le 29 juillet, pour «viol» et «réception de fonds étrangers dans le but de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat», a annoncé la justice. Il a été transféré à la prison d'Oukacha à Casablanca.
Le parquet a demandé au juge d'instruction d'entamer des enquêtes sur des «délits relatifs à l'attentat à la pudeur avec violence et viol», après une «plainte déposée par une citoyenne», qui a livré un récit terrifiant sur ce qu'elle a connu avec le journaliste.
Omar Radi fait également l'objet d'une deuxième enquête «au sujet de la réception de fonds de parties étrangères en vue de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat» et «de mener des contacts avec des agents de pays étrangers pour nuire à la situation diplomatique du Maroc», selon le parquet.
Pour rappel, Omar Radi a été interpellé début juillet «à la suite d'une altercation avec un cameraman d'un média électronique». Mis en cause pour «ivresse publique et violences» selon le porte-parole de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), il a été placé en garde à vue avant d'être relâché quelques heures plus tard.
Le 14 septembre, et en réaction à un communiqué d'Amnesty International, sur les affaires de Omar Radi, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a indiqué que «cela affecterait la réputation de la justice et affaiblirait la confiance en ses décisions», appelant Amnesty international «à s'abstenir de s'ingérer dans ses décisions et ses verdicts».
Le Conseil a exhorté «les magistrats à s'attacher à leur indépendance et à ne pas céder aux influences qu'ils pourraient subir, quelle qu'en soit la source, à ne se référer dans leurs verdicts qu'à la loi et aux principes de justice et d'équité et à respecter les droits des parties et leur favoriser toutes les conditions d'un procès équitable.»
Dans une autre affaire, le rédacteur en chef du quotidien Akhbar al-Yaoum, Soulaiman Raissouni, soupçonné d'agression sexuelle, a affronté des accusations circonstanciées, publiées sur Facebook par un militant pour les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans). Ce dernier, lui aussi, a été confronté à l'indifférence des ONG, dont Amnesty.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.