L'Unesco et l'Association mondiale des éditeurs de presse s'unissent en faveur de la survie des médias    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Microsoft : La cybercriminalité coûte à l'Afrique plus de 4 billions USD par an    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    Grande émotion aux obsèques de Maradona (VIDEO)    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Vaccin anti-covid: nouvelles précisions d'Ait Taleb    Sidaction Maroc 2020 : lancement de la campagne à partir du 1er décembre    « Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Formation : l'Université Mohammed VI Polytechnique lance une School of Computer Sciences    MAROC-MAURITANIE : L'AXE CONSTRUCTIF    Madrid fait craquer l'Inter Milan, le Bayern et City qualifiés, Liverpool à la ramasse    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    Le HCP liste les répercussions de la violence conjugale sur le développement psychosocial des enfants    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 26 novembre    PJD: Itimad Zahidi accuse la direction du parti de « mensonge »    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Grande manifestation des marocains à Tarragone pour dénoncer les actes criminels du "polisario"    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Ligue des champions: les 4 clubs déjà en huitièmes    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Amnesty infirme comme nulle et non avenue la souffrance de la victime déclarée de Omar Radi
Publié dans Barlamane le 11 - 09 - 2020

Amnesty appelle à faire pression sur chef du gouvernement Saad Dine Otmani pour obtenir la libération de Omar Radi, suspecté de bénéficier de «financements de l'étranger» en lien avec des «services de renseignement» et qui affronte également des accusations de viol.
Amnesty, l'entité turbulente qui s'érige en maîtresse souveraine de la vérité par la seule vertu des coups de main, qui s'impose aux nations par l'outrance de ses procédés, sévit encore. Omar Radi, qui a déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir diffamé un juge, voit son affaire devenir une fantaisie à laquelle l'ONG londonienne se prête moins par conviction que par résignation. Omar Radi, pour rappel, est placé en détention depuis le 29 juillet, pour «viol» et «réception de fonds étrangers en vue de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat». Il est incarcéré à la prison d'Oukacha à Casablanca et son procès doit commencer le 22 septembre.
Amnesty se hâte un peu trop de revenir à d'anciennes habitudes : s'immiscer dans les institutions de pays souverains. L'ONG a appelé, le 9 septembre dans un post Facebook, les soutiens d'Omar Radi à interpeller le chef du gouvernement Saad-Dine Otmani par écrit pour obtenir la libération du journaliste controversé. Comme si le sort d'un détenu qui affronte, entre autres, des «délits relatifs à l'attentat à la pudeur avec violence et viol», après une «plainte déposée par une citoyenne» est un acte de bon plaisir. Une ONG qui livre un dossier sur lequel la justice se prononcera aux derniers égarements de son humeur, et qui ne trouve rien de mieux que des subterfuges sans aucune valeur pour influer sur son déroulement.
Amnesty fait à peu près le contraire de ce qu'elle devrait faire : elle ne tient compte, dans ses sorties, que des intérêts d'un journaliste soupçonné de plusieurs délits lorsqu'elle devrait ne considérer que l'intérêt d'une victime, H.B., qui affirme avoir été violée par Omar Radi. Qu'en résulte-t-il ? Les allégations de l'ONG ne résistent pas au plus simple examen, et la confusion ne fait que s'accroître à mesure que ces initiatives supposées défendre Omar Radi se prolongent.
Mis en cause également pour «ivresse publique et violences», Omar Radi reste au cœur d'une double affaire d'espionnage, ce qu'Amnesty feint de rappeler. L'ONG ne déguise même pas l'arrière-pensée d'hostilité qui l'anime contre le Maroc. Si, du moins, ses militants à outrance pouvaient se flatter de pousser jusqu'au bout la rigueur de leur système, de réaliser cette rectitude absolue qu'ils rêvent, il fallait qu'ils répondent aux autorités marocaines qui ont réfuté le rapport de l'organisation, en exigeant qu'elle fournisse des «preuves» des «accusations graves et tendancieuses» contre le Royaume. En vain.
Amnesty évoque dans la même publication (sans le nommer) le cas de Soulaimane Raissouni, directeur de publication du journal Akhbar Al-Yaoum, en détention provisoire depuis fin mai après une accusation d'abus sexuels. Amnesty, bien évidemment, répète la même antienne selon laquelle les deux journalistes sont poursuivis pour leurs activités professionnelles. Le militant pour les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans) accusateur de Raissouni et qui a été entendu par la police est complètement gommé du texte d'Amnesty. La justice place Soulaimane Raissouni «en détention préventive pour les besoins d'une enquête sur des faits présumés d'attentat à la pudeur avec violence et séquestration» et Amnesty dit qu'il est poursuivi pour ses écrits !
Dans les grandes démocraties, on invoque gravement «le grand principe de la séparation des pouvoirs» exécutif, législatif et judiciaire. La fantaisie d'Amnesty, qui brouille volontairement les fonctions, ne peut que faire rire. Dans le procédé de l'ONG; il y a méprise quand elle nie la souffrance d'une victime qui affirme avoir été violée. Il y a méprise quand on souhaite que les frontières s'effacent entre les pouvoirs au point qu'on ne puisse plus distinguer les domaines, tout simplement pour qu'un individu, qui affronte de graves accusations, soit libéré.
Faut-il rappeler finalement que le nouveau Code de la presse qui ne prévoit plus de peines de prison est entré en vigueur en 2016 au Maroc ? Sauf que Omar Radi n'est pas poursuivi en tant que journaliste : ce mensonge a la vie dure. Malheur à qui s'écarterait si peu que ce fût des éléments de langage minutieusement tracés. Faut-il rappeler que les «enquêtes» d'Omar Radi ont été fondées sur des informations obtenues de manière douteuse ? De quel droit Amnesty met-elle son opinion personnelle au-dessus de tout ? Pourquoi cette ONG anticipe-t-elle sur les résultats des enquêtes et prononce des jugements hasardés ?
Amnesty a rendu son arrêt. Elle a déclaré d'avance que nous nous inclinerions devant lui : faire libérer un journaliste objet «d'une enquête sur son implication présumée dans une affaire d'obtention de financements de l'étranger, en relation avec des services de renseignement» et accusé de «viol». Sur le reste, faire le muet ou le mort.
Si quelque chose compte et paraît désirable pour certains, c'est d'écarter Omar Radi de son affaire, et de parler uniquement de celles qu'on a greffées sur la sienne. C'est devenu la mode de s'inscrire en faux contre les mérites des institutions libres et de prôner l'inanité des bavardages de tribune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.