FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Covid-19: Plus de 644.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Parc automobile de l'Etat: un vrai gouffre financier    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Syrie: deux soldats turcs tués dans le nord-ouest    Le Polisario tente la carte du « White Savior » pour faire croire à sa guerre    L'Algérie se nourrit de la haine du Maroc : Karim Douichi    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    Kénitra: Pas de lotissements réalisés sur le foncier de la Maâmora    Financement: que cache la contre-performance des crédits à l'équipement ?    Guerre du Rif : Un Parti catalan appelle le gouvernement espagnol à présenter des excuses    L'Académie royale Mansour vise à fournir de la main-d'œuvre aux hôtels de luxe du Roi Mohammed VI    Classement FIFA : Le Maroc 3ème africain et 29ème mondial dès la semaine prochaine !    L'OCS, section football : M. Anouar Dbira Tlemsani présente sa démission    Afghanistan: L'EI revendique l'attentat contre la mosquée de Kandahar    Bali : Au moins trois morts et sept blessés dans un séisme    Coupe de la CAF : Ce samedi les FAR et la RSB jouent pour une place au tour additionnel barrage    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Recherche et innovation énergétique: Une marocaine distinguée en Italie    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Arancha González Laya persiste : Brahim Ghali est en Espagne pour des «raisons humanitaires» mais évoque une collaboration avec la justice
Publié dans Barlamane le 28 - 04 - 2021

La ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a assuré le 27 avril que l'Espagne a «expliqué très clairement» au Maroc les raisons du «strict respect de l'engagement humanitaire» pour lesquelles l'hospitalisation à Logroño du chef des séparatistes a été autorisée.
La ministre des Affaires étrangères, de l'UE et de la Coopération, Arancha González Laya, a insisté, mardi 27 avril, sur le fait que Brahim Ghali a été muté en Espagne «pour des raisons humanitaires» et a évoqué «l'obligation de collaborer avec la justice» alors que trois sahraouis — ayant vécu dans les camps de réfugiés de Tindouf, en Algérie qui accusent Brahim Ghali de «violation de droits humains» et «tortures».
La chef de la diplomatie espagnole s'est exprimée lors d'une conférence de presse en marge du Conseil des ministres à la suite de la convocation de l'ambassadeur d'Espagne à Rabat, Ricardo Díez-Hochleitner en fin de semaine.
Le ministère marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita avait «déploré» dans un communiqué l'attitude espagnole qui «provoque de grands malentendus», et a affirmé qu'il s'agissait d'un acte «contraire à l'esprit de coopération et de bon voisinage», touchant «une question fondamentale pour le peuple marocain et ses forces vives», se référant à l'intégrité territoriale marocaine.
En outre, M. Bourita a déclaré que Ghali «était recherché pour crimes de guerre et violations contre les droits de l'homme» et a demandé pourquoi la justice espagnole «ne réagissait pas aux plaintes déposées par les victimes de ce dernier».
González Laya a évoqué la question judiciaire dans les termes suivants: «Nous avons montré que nous respectons la loi, y compris notre obligation de collaborer avec la justice espagnole; c'est quelque chose que le gouvernement prend très au sérieux».
En novembre 2012, la Haute Cour nationale en Espagne a admis avoir traité une plainte de l'ASADEH pour des allégations de torture et de disparition de dissidents dans des camps de réfugiés, dans les années 80, dirigée contre vingt-huit dirigeants séparatistes.
«Au Maroc, on fait entendre un langage sévère pour de bonnes raisons. Une frivolité politique s'étale sur le devant de la scène, au détriment du bon sens, de la franchise et du bon voisinage, réfugiés dans les coulisses» rapporte une source bien informée qui ajoute : «Il y a une faute en particulier, à la fois politique et morale, qui pèse sur toute cette situation. Ce qu'il s'est passé est un brigandage diplomatique qui présente un caractère de duperie mêlée de faiblesse dont un ami du Maroc ne peut prendre son parti. L'Espagne n'a jamais cessé de se soucier du sort des séparatistes et d'en faire l'objet d'une constante bien qu'inutile préoccupation. L'évacuation de Brahim Ghali ébranle les fondements mêmes de la confiance réciproque entre Rabat et Madrid».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.