Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, un haut dignitaire religieux renie aux Algéries non-musulmans leur nationalité
Publié dans Barlamane le 06 - 05 - 2021

Un haut dignitaire religieux algérien a déclenché une polémique sur les réseaux sociaux en affirmant que «l'Algérien ne peut être que musulman», faisant fi de ses compatriotes non musulmans et des Européens, surtout Français, qui ont combattu pour l'indépendance de l'Algérie.
«L'islam et le nationalisme sont les deux faces d'une même pièce», a estimé le président du Haut Conseil islamique (HCI), Bouabdellah Ghlamallah, dans un discours prononcé mercredi 5 mai à l'occasion du 90e anniversaire de l'Association des oulémas musulmans algériens, créée en 1931 pendant la colonisation française (1830-1962).
Ces ouléma, des théologiens juristes musulmans, ont représenté la composante islamique du mouvement national algérien, avec le slogan : «L'islam est notre religion, l'arabe est notre langue et l'Algérie est notre pays.»
C'est au nom de ce mot d'ordre que Bouabdellah Ghlamallah a contesté l'identité algérienne des non-musulmans. «Les graines semées par la France commencent à germer et les oulémas musulmans algériens doivent y faire face et poursuivre le djihad [«effort»] national et théologique pour éradiquer ces résidus», a souligné l'ancien ministre des affaires religieuses, dont les propos sont rapportés par le site en ligne du quotidien arabophone Echourouk.
«L'éradication comme solution d'avenir»
Sa déclaration a aussitôt fait réagir vivement des internautes. «Le message indirect de Ghoullamallah, le président du Haut Conseil islamique, à Maurice Audin, Fernand Yveton et d'autres – "Il est impossible à l'Algérien d'être non musulman" – propose l'éradication comme solution d'avenir», a déploré l'écrivain et journaliste franco-algérien Kamel Daoud dans un tweet.
Le mathématicien Maurice Audin, militant communiste de la cause algérienne, est mort sous la torture de l'armée française en 1957. Fernand Yveton, également militant communiste ayant pris fait et cause pour l'indépendance de l'Algérie, a été guillotiné la même année à Alger.
Le Haut Conseil islamique est un organe consultatif chargé notamment d'émettre des avis à la lumière des prescriptions religieuses. Il est composé de quinze membres désignés par le président de la République algérienne.
Le discours du président du HCI s'inscrit dans un climat de tensions franco-algériennes, notamment autour de l'épineuse question mémorielle. A l'approche du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie (1962), le président français Emmanuel Macron a engagé ces derniers mois une série d'«actes symboliques» afin de tenter de «réconcilier les mémoires», sans geste de réciprocité jusqu'à présent côté algérien. Un rapport dédié, remis en janvier par l'historien Benjamin Stora, comporte plusieurs gestes dans ce but.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé début avril que le dossier de la mémoire nationale «ne saurait faire l'objet de renonciation ni de marchandage» dans le cadre des relations bilatérales entre l'Algérie et la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.