Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    La Côte d'Ivoire digitalise le contrôle fiscal    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Législatives algériennes : le régime veut consacrer «la normalisation autoritaire»
Publié dans Barlamane le 13 - 06 - 2021

L'Algérie attend le résultat des élections législatives anticipées de samedi, marquées par un très fort taux d'abstention, nouveau signe de désintérêt de la population, après le boycott du scrutin par le mouvement contestataire du Hirak et une partie de l'opposition.
«La situation du régime algérien est très embarrassée. De toutes parts acculé ou débordé, essaye-il de se retrancher derrière ces élections destinées à mater l'opposition, on le débusque et on l'amène à la réalité, celle de son illégitimité» décrit une source proche du dossier à Barlamane.com, qui note que «ces législatives ne sont qu'une véritable comédie. Le pouvoir kleptomane tempère l'absolu de ses thèses par l'adoucissement trompeur de son langage et ses promesses de modération. Or, c'est l'autoritarisme électoral qui se précise pour faire durer le système de prédation». Le taux de participation national provisoire n'a atteint que 30,20 %, selon le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Chorfi.
«Le régime n'atténue pas une seule de ses attaques ; il les renouvelle en les exagérant, mêlant le faux et le vrai, donnant autant d'importance aux accusations imaginaires contre le Hirak qu'aux griefs infondés, ne pouvant cependant que se discréditer, tant est générale dans les classes sociales et politiques la prévention contre lui» note un activiste du Hirak.
Le taux de participation à l'étranger est également « très bas, de moins de 5% », a précisé M. Chorfi.
Comme lors des précédents scrutins, l'abstention est quasi totale dans des préfectures de Kabylie (nord-est), à Béjaïa, Bouira et Tizi Ouzou, où la participation est inférieure à 1%.
«Raz-de-marée abstentionniste», titre ainsi Liberté en Une. «Comme attendu, les Algériens ont majoritairement boudé les urnes. Le faible taux de participation confirme la tendance lourde au rejet du scrutin», estime le quotidien francophone.
La composition de la prochaine assemblée pourrait être connue dans ses grandes lignes dimanche mais, en raison du dépouillement «compliqué», les résultats officiels pourraient ne pas être annoncés avant 96 heures, a précisé le président de l'ANIE.
Les opérations de vote se sont déroulées généralement dans le calme à Alger, où les électeurs se sont fait rares, et en province, sauf en Kabylie.
Dans cette région berbérophone, traditionnellement frondeuse, la plupart des bureaux de vote étaient fermés et des échauffourées ont éclaté dans plusieurs communes, avec saccage des urnes, selon la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme et le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui ont fait état de dizaines d'interpellations.
Le pouvoir est déterminé à imposer sa «feuille de route» électoraliste, en ignorant les revendications du Hirak: Etat de droit, transition démocratique, souveraineté populaire, justice indépendante.
Quelque 24 millions d'Algériens étaient appelés à élire les 407 députés de l'Assemblée populaire nationale pour cinq ans. Ils devaient choisir parmi 2 288 listes, dont plus de 1 200 s'affichent comme «indépendantes».
C'est la première fois qu'un nombre aussi élevé d'indépendants se présentent face à des prétendants endossés par des partis largement discrédités et jugés responsables de la crise dans le pays.
Ils devraient être les bénéficiaires du scrutin, avec les partis islamistes modérés qui ont choisi d'y prendre part et se disent «prêts à gouverner».
Les vainqueurs des précédentes législatives en 2017, le Front de libération nationale et le Rassemblement national démocratique, associés à l'ère Bouteflika, sont aujourd'hui déconsidérés.
Avant le scrutin, le chef d'état-major, le général Saïd Chengriha, avait mis en garde contre « tout plan ou action visant à perturber le déroulement » du vote. Le régime s'est efforcé ces derniers mois d'étouffer la contestation, interdisant les manifestations et multipliant les interpellations et les poursuites judiciaires visant opposants, militants, journalistes et avocats.
Quelque 222 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le CNLD.
Estimant avoir déjà répondu aux demandes du Hirak, le pouvoir dénie depuis plusieurs mois toute légitimité à ce mouvement sans véritables leaders, qu'il accuse d'être instrumentalisé par des «parties étrangères».
Il s'agit des premières législatives depuis le soulèvement populaire inédit et pacifique, né le 22 février 2019 du rejet d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, poussé près de deux mois plus tard à la démission après 20 ans de règne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.