Un gouvernement tripartite et une opposition hétéroclite?    Omar Moro à la tête du conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Nabila Rmili élue maire de Casablanca, le PJD out !    L'USFP veut participer à la formation du prochain gouvernement    Session extraordinaire du conseil national du PJD : intenable discours victimaire    Le Maroc reçoit des drones réservés à la lutte contre les flux migratoires et contre le trafic de drogue    Edito : Digital décisif    Comment le digital a transformé la campagne électorale    Idriss Bensmail quitte la BMCI    Rencontres Digitales : PortNet organise un évènement le 29 Septembre    Le gouvernement Ethiopien et l'OCP scellent un accord pour l'implémentation d'un projet d'engrais à dire DAWA    Solutions de paiement innovantes : CIH Bank et Mastercard s'allient    Résultats semestriels : Wafa Assurance confirme la solidité de ses fondamentaux    Promotion immobilière : Une nouvelle demande en maisons individuelles    Bilan de l'AIEA sous la présidence du Maroc : plusieurs résolutions approuvées    Eau et électricité : 3 mois aux distributeurs pour se conformer    Volcan en éruption aux Canaries : évacuation massive de la population locale    Deux militaires tués dans une collision de deux hélicoptères à l'est de la Libye    Russie : au moins huit morts après une fusillade dans une université    L'Australie «n'a pas à prouver» son attachement à la France, selon le vice-premier ministre du pays    Secousse tellurique de 3,9 degrés au large de la province de Driouch    Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO    Botola: le Wydad bat le RCOZ (VIDEO)    Le calvaire du Onze national à Conakry    La situation épidémiologique au Maroc s'est améliorée, selon un expert    Classement Times Higher Education 2022: Les universités marocaines se distinguent    ONDA : Plus de 372.000 passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août à l' aéroport Tanger Ibn Battouta    Un virus avec qui il faut vivre    Afrique du Sud : une importante quantité d'héroïne pure saisie à Durban    Le Maroc reçoit 115 mille doses du vaccin « Astrazeneca »    Accusés de corruption et d'extorsion : Deux policiers épinglés à Kénitra    Tanger Med : Saisie de sommes importantes en dirhams et en devises    Immersion dans l'univers onirique lumineux de Mounia Amor à Casablanca    Soutien à la création artistique : L'IF lance la 2ème édition de l'appel à projets    Essaouira, symbole du renouveau politique !    VTT: le "Titan Desert MTB Marathon", du 10 au 15 octobre au Maroc    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus : des pays européens possédant Pegasus non cités dans les fuites de Forbidden Stories
Publié dans Barlamane le 28 - 07 - 2021

La société israélienne NSO est bien connue des services de renseignement de différents pays et elle a été accusée d'aider des gouvernements réputées démocratiques à épier des militants et des opposants.
Le saviez-vous ? Un ancien employé de NSO a déclaré que le gouvernement espagnol était client de NSO depuis 2015, et pourtant, les dernières fuites ne citent que certains pays en ligne de mire d'Amnesty depuis des années. Si sa technologie est «commercialisée par l'intermédiaire de licences à des gouvernements dans le seul objectif de combattre la criminalité et le terrorisme», NSO n'a pas vendu la licence de son logiciel qu'à des agences de renseignement gouvernementales de pays décrits comme peu regardants aux droits humains. Le groupe NSO affirme qu'un grand nombre de gouvernements achète son logiciel, y compris ceux de pays démocratiques. Selon nos informations, les services informatiques de plusieurs pays européens constituent un pilier important de l'infrastructure technique de Pegasus, voire le cœur de sa substruction informatique.
L'Europe héberge de nombreux services informatiques dont ceux de l'entreprise de surveillance numérique israélienne NSO Group, ce qui signifie que les démocraties occidentales sont des clients de NSO, une information passée à la trappe par le consortium de médias qui, en partenariat avec les ONG Forbidden Stories et Amnesty International, a été à l'origine des fuites sur Pegasus.
Pourtant, les exemples ne manquent pas. Deux politiciens catalans de haut rang ont vu leurs téléphones piratés en 2019 à l'aide du logiciel Pegasus qui, selon ses créateurs, n'est vendu qu'aux gouvernements, avait révélé un rapport conjoint de The Guardian et El País.
#NSOGroup #Pegasus was used to track #Catalon politicians. #Pegasus was planted through #WhatsApp vulnerability in 2019. Spain is the first European country caught using #Pegasus. And the first European country using #Pegasus against political rivals.https://t.co/uYJsgoXmQQ
— Ruben Muradyan (@RubenMuradyan) July 17, 2020
Roger Torrent, président du Parlement catalan, et Anna Gabriel, porte-parole du parti séparatiste d'extrême gauche CUP, qui ont fui en Suisse après l'échec de la tentative d'indépendance, ont été avertis par des enquêteurs américains qu'ils étaient tous deux visés par Pegasus. Les experts ont suggéré qu'il pourrait s'agir d'un cas d'espionnage politique.
M. Torrent, un éminent homme politique séparatiste, a déclaré aux journalistes qu'il soupçonnait l'Etat espagnol d'être à l'origine de l'attaque. «Il semble inacceptable que les politiciens soient espionnés dans une démocratie où règne l'Etat de droit», a-t-il déclaré.
Interesting, a former employee of NSO Group suggests that Spain's domestic and foreign intelligence agency (the CNI) purchased NSO's Pegasus spyware in 2015. Perhaps this is the agency that targeted Catalan politicians using the WhatsApp "missed call" hack https://t.co/WJRQjBkEqj
— Bill Marczak (@billmarczak) July 14, 2020
C'était la première fois que le logiciel espion est publiquement lié à l'Europe. Le gouvernement espagnol et les services de sécurité n'ont pas commenté spécifiquement l'affaire, mais le Centre national de renseignement du pays a déclaré «qu'il agissait en pleine conformité avec le système juridique et dans le respect absolu des lois applicables».
Les deux dirigeants ont envoyé des copies de leur plainte à la commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović ; la secrétaire générale adjointe d'Amnesty International, Julie Verhaar ; et le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d'expression, Danny Kaye. Dans la lettre, les deux dirigeants indépendantistes dénoncent une «atteinte aux droits humains fondamentaux» et déclarent que puisque «les institutions espagnoles font l'oreille sourde», ils ont été contraints de se tourner vers les institutions européennes.
L'Espagne aurait été le premier client européen du logiciel Pegasus : le CNI (National Intelligence Center) du pays aurait acheté le programme d'espionnage. «Ce n'est pas la première fois que des accusations d'espionnage d'opposants politiques émergent en Espagne. En 2009, il y a eu un scandale d'espionnage au sein du Parti populaire de centre-droit. En 2012, les législateurs catalans ont accusé le gouvernement espagnol d'espionnage», avait déclaré un dirigeant catalan. «Mais utiliser des outils extraordinaires comme Pegasus contre des politiciens démocratiquement élus est une première en Europe et devrait faire l'objet d'une enquête immédiate.» Une enquête qui n'a jamais eu lieu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.