Botola : Le Wydad de Casablanca s'impose à domicile face à la RS Berkane    Bab Sebta : mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 39 000 euros    Le crédit bancaire progresse de 3,6% au T2-2022 (BAM)    La CEDEAO suit avec une « grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso    Covid-19: 11 nouveaux cas, plus de 6,81 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccinCovid    Jazz au Chellah : Dock in Absolute et Ernesto Montenegro Quintet étalent leurs talents    Premier League: Haaland et Manchester City se régalent contre United    Présidentielles au Brésil: Bolsonaro confiant, Lula appelle à la paix    Casablanca / L'Boulevard : Des débordements entachent la joie des festivaliers    Skhirate-Témara : 700 bénéficiaires d'une caravane médicale    Les liens historiques entre le Maroc et le Pérou ne peuvent être altérés par des positions volatiles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc s'incline face au Brésil    L'Boulevard envers et contre tout !    Migrants : quatre morts et vingt-neuf disparus au large des Canaries    le ministère des Affaires étrangères met une cellule de suivi et des numéros de téléphone à la disposition de la communauté marocaine    Prévisions météorologiques pour le lundi 03 octobre 2022    Conférence autour du livre «Tifawin» de Khadija Rchouk    Vidéo : Quand Tarab Ambassadors fête comme il se doit la fête d'Al Mawlid    Insolite : Le prince moulay Hicham pousse la chansonnette dans la rue    Le Maroc en quête des drones chinois "Wing Loong II"    La Libye s'oppose au projet de gazoduc transsaharien porté par l'Algérie    Guelmim : Journée d'étude sur la problématique de la gestion des ressources hydriques dans la région    Le FACDI, un incubateur pour le développement de la coopération Sud-Sud    Migrants clandestins : les familles des disparus haussent le ton    Le Maroc compte présenter sa candidature    Marc Lasry, le Marocain copropriétaire de la franchise NBA des Bucks veut racheter l'Inter Milan    Burkina Faso: sous fond de rivalité entre la Russie et la France    L'armée ukrainienne reprendra d'autres villes du Donbass « dans la semaine à venir », affirme Zelensky    Quelle culture voulons-nous ?    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi    Nigeria : l'ARM participe à la 2ème conférence du Réseau des gouvernements infranationaux d'Afrique    Falsification de visas : Arrestation d'une vingtaine de membres d'un réseau criminel    «Crise cardiaque.... Chaque minute vaut une vie»    Le FNUAP salue les progrès du Maroc    Le Maroc au CPS de l'UA: Une consécration de la confiance dont jouit le Royaume    Un témoignage du Bâtonnier Abdelaziz BENZAKOUR    Mohamed Joudar succède à Sajid à la tête de l'UC    Signature d'un Mémorandum d'Entente entre l'ARM et le Forum des Gouverneurs du Nigéria    Renouvellement du Conseil national de la presse : le torchon brûle entre la Fenajic et le gouvernement    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite    Israël : une cellule locale de l'Etat islamique démantelée    Art et culture : Une Fondation pour El Jadida    Le ministère ne se chargera plus des équivalences des diplômes obtenus à l'étranger    Prêt-à-porter. Camaieu Maroc dans la tourmente    Semaine dans le rouge pour la Bourse de Casablanca    Clôture en apothéose à Dakhla de "Prince Héritier Moulay El Hassan Kitesurfing World Cup 2022"    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Visas: «Lorsque la nationalité marocaine est avérée, leurs autorités consulaires délivrent toujours le laissez-passer», assure M'jid El Guerrab
Publié dans Barlamane le 29 - 09 - 2021

Paris a annoncé la réduction du nombre de visas accordés aux ressortissants du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie en raison du refus de ces pays du Maghreb de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France. Une décision qui n'a aucun fondement.
Le durcissement de l'octroi des visas aux ressortissants maghrébins survient à moins de sept mois de la présidentielle en France, en plein débat sur l'immigration, la décision française ne passe pas au Maroc. «Cette décision est injustifiée», a déclaré le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, lors d'une conférence de presse, mardi. Le Maroc a «toujours géré la question migratoire et le flux des personnes avec une logique de responsabilité et d'équilibre», a­-t-­il observé, ajoutant que l'annonce du gouvernement français ne reflétait pas «la réalité de la coopération consulaire entre les deux pays en matière de lutte contre l'immigration illégale».
Selon le journal Le Monde, «depuis plusieurs années, le sujet de l'expulsion des migrants en situation irrégulière crispe les autorités françaises. Selon les chiffres fournis par le ministère de l'intérieur, entre janvier et juillet, l'administration ne serait parvenue à expulser vers le Maroc que 80 ressortissants entrés illégalement, sur les 3 301 obligations de quitter le territoire français délivrées par les préfectures. Un chiffre contesté par Rabat, qui affirme avoir octroyé «400 laissez-­passer au profit de personnes en situation irrégulière» au cours des «huit premiers mois de l'année courante».
«En France, les procédures d'expulsion restent soumises à des règles strictes. Pour renvoyer vers son pays d'origine une personne en situation irrégulière, il faut d'abord prouver sa nationalité. Or, les migrants concernés dissimulent très souvent leur origine» précise Le Monde. «Ce n'est pas parce qu'on a une tête de Maghrébin qu'on est forcément marocain, algérien ou tunisien ! Et ces pays ne peuvent pas servir de déversoir des autres nationalités dont les Français ne veulent pas. Mais, lorsque la nationalité marocaine, par exemple, est avérée, leurs autorités consulaires délivrent toujours le laissez-­passer», assure M'jid El Guerrab, député de la 9e circonscription des Français de l'étranger (Maghreb et une partie de l'Afrique de l'Ouest). «En faisant porter le chapeau aux pays du Maghreb, on déplace le problème : qu'ils soient de bonne volonté ou pas, cela ne changera que partiellement le taux de réalisation des expulsions», explique de son côté le sociologue spécialiste des migrations Mehdi Alioua, interrogé par le quotidien français.
«Cette année, un nouvel obstacle s'est ajouté à ces difficultés administratives. Dans le prolongement de la pandémie de Covid-­19, le royaume exige désormais un test PCR négatif pour pouvoir accéder à son territoire. Or, beaucoup de personnes en situation irrégulière refusent de s'y soumettre.» L'opinion publique marocaine, selon Le Monde, a fustigé la décision de Paris, annoncée à quelques mois de l'élection présidentielle française, a animé les réseaux sociaux. Le durcissement de l'octroi des visas devrait ainsi toucher de nombreux Marocains qui se rendent régulièrement en France avec un visa Schengen, a-t-on affirmé
En 2019, l'administration avait délivré 346 000 visas aux Marocains pour un motif de tourisme, professionnel, de santé ou pour étudier. «C'est une arme très maladroite, qui punit collectivement un pays. Surtout, on ne peut pas comparer ces personnes, qui ont une histoire forte avec la France, et dont ils parlent la langue, à des personnes irrégulières. Il y a là un amalgame racialiste», dénonce toujours Mehdi Alioua. «Chaque refus de visa doit être justifié par un motif préétabli dans une liste. Ils ne vont pas inventer un nouveau motif invoquant la non-collaboration du pays à la lutte contre l'immigration clandestine !», remarque le député M'jid El Guerrab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.