L'AMDV dénonce l'instrumentalisation de la défense des droits humains contre le Maroc (vidéo)    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Covid-19 au Maroc : 116 nouvelles infections et 1 mort ce mercredi    Tunisie : Les réformes politiques qui divisent    Elections législatives françaises pour le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest : Mehdi Reddad lance sa campagne    Londres veut des garanties « juridiquement solides » pour autoriser la vente de Chelsea    Covid-19: 116 nouveaux cas en 24H    Covid-19 : le protocole sanitaire marocain adapté aux annonces des autorités    Vidéo. « Green Card » en avant-première au Mégarama de Casablanca    Malgré la crise, les recettes douanières enregistrent un record avec 111,2 Mds de DH en 2021    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Safae Hbirkou a-t-elle mis fin à sa carrière ? (VIDEO)    Royaume-Uni: l'inflation atteint 9% en avril, une première depuis 1982    Régionales de l'investissement : Une approche sectorielle innovante adoptée pour l'édition 2022    Commerce frontalier en Afrique : Nécessité d'une stratégie de «transformation digitale»    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Equipe nationale : L'annonce de la liste des convoqués reportée à la semaine prochaine    Finale de la Ligue des champions : Les six conditions ''menaçantes'' d'Al Ahly !    Foot asiatique - Arabie Saoudite : Nasser Larguet Directeur Technique National de la Fédération saoudienne    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Autoproduction électrique: «une réforme qui incitera le privée à investir», assure Leila Benali    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    Températures prévues pour le jeudi 19 mai 2022    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique    Menart Fair : Les pionniers du mouvement de Casablanca célébrés à Paris    «Dak'art» 2022 : Le Maroc présent en force    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca (DGSN)    Canada : Le Maroc à l'honneur du Festival du film de l'Outaouais    Voya envisage de racheter la majorité des activités de gestion d'actifs d'Allianz aux Etats-Unis    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    Le temps qu'il fera ce mercredi 18 mai 2022    Plus de 1,2 million d'hypertendus pris en charge en 2021    Marrakech : petite frayeur pour le ministre Skouri et son hôte européen après une panne d'automobile    Le Bahreïn remercie le roi Mohammed VI    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le régime algérien refuse un conflit artificiel autour du Sahara marocain – Priorité : l'agenda d'un quarteron de généraux
Publié dans Barlamane le 26 - 01 - 2022

Le régime algérien ne veut pas un règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain car ce qui compte pour lui, c'est de servir l'agenda d'un quarteron de généraux, estime le journaliste-écrivain, Talaâ Saoud Al Atlassi.
Dans un article publié sur le site d'information "Machahid 24" sous l'intitulé évocateur "En Algérie, les généraux saignent l'Etat", le chroniqueur relève que tous ceux en Algérie qui détiennent le pouvoir ne veulent pas un règlement du conflit autour du Sahara marocain car "ce qui compte le plus pour eux, c'est que le statut qui s'éternise, leur donnant ainsi l'occasion d'asseoir leur mainmise sur l'Algérie politiquement et économiquement".
"Si l'intérêt de l'Algérie et du peuple algérien dans le règlement de ce conflit artificiel au sujet duquel la communauté internationale a établi une feuille de route claire, favorise la relance du développement de ce pays et son ouverture vers un horizon maghrébin porteur pour les peuples de la région dont le peuple algérien en fait partie, il n'en reste pas moins qu'en Algérie, il n'existe point d'Etat, seulement un quarteron de généraux", note-t-il avant d'ajouter qu"'en l'état actuel des choses, l'intérêt général passe à la trappe, la décision étant monopolisée par ceux qui contrôlent les rouages de l'Etat, en l'occurrence le chef d'état-major et le quarteron de généraux sous ses ordres".
Tout en faisant remarquer que l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, Staffan De Mistura a effectué sa visite en Algérie en ayant à l'esprit la dernière résolution du Conseil de sécurité au sujet du conflit du Sahara marocain ainsi que l'organisation de négociations quadripartites en vue de trouver une solution réaliste et politique durable et à laquelle adhèrent les quatre parties prenantes, Talaâ Saoud Al Atlassi note que M. De Mistura misait dans sa pensée sur une réactivité de l"'Etat" vis-à-vis de la résolution onusienne mais il s'est vite rendu compte qu'il n'avait pas affaire à un Etat, mais uniquement une volonté de faire perdurer le conflit au profit d'un quarteron de généraux qui dirigent le pays.
Et d'estimer qu"'il n'existe pas en Algérie un Etat selon la définition convenue, seulement une composante civile instrumentalisée par un quarteron de généraux sans attributs officiels dans le rouages de l'Etat gérant à sa guise le pays".
C'est pourquoi, souligne-t-il, "la communauté internationale dont le monde arabe, se trouve en Algérie face à des représentants de l'Etat qui ne sont pas les vrais décideurs. Et le comble c'est que les composantes apparentes et occultes de l'Etat sont à l'opposé des fondamentaux de l'Etat, sa culture, sa pondération et ses engagements constitutionnels".
Il relève aussi que "le régime algérien a fait sien une logique propre au milieu du banditisme au détriment d'une logique d'Etat dans son attitude au sujet de l'organisation du sommet arabe à Alger, soutenant que cette bande de généraux a cherché à reporter sine die ce sommet pour empêcher sa tenue en Algérie en interférant dans son ordre du jour.
Et pour cause, poursuit-il, "ce qui compte après tout pour les généraux du régime algérien, c'est de préserver l'intérêt de leur bande en faisant en sorte que le Maroc reste un ennemi et que cette inimitié s'aggrave davantage. Car, ils savent très bien qu'un sommet arabe ne peut jamais avoir lieu sans le Maroc ou encore contre le Maroc".
"C'est pour cette raison qu'ils ont opté pour la surenchère en voulant faire une association improbable entre la cause palestinienne dans ses dimensions historique et panarabe et les velléités indépendantistes provoquées et parrainées exclusivement par l'Algérie. Une surenchère entretenue dans un but médiatique pour se libérer en fin de compte du complexe du sommet", écrit-il.
Il souligne, à ce propos, que "depuis que le régime algérien a pris le parti de cette illusion indépendantiste dans le Sahara marocain, la Ligue Arabe a toujours pris ses distances par rapport à ce sujet, refusant de discuter le plaidoyer algérien en faveur de la reconnaissance du mouvement indépendantiste proclamé et ce, en raison de son illégalité et aussi l'inexistence d'un précédent dans le monde arabe sur les plans historique et géographique. Une démarche adoptée par les pays membres. Mieux, les pays membres de la Ligue Arabe se déclarent aujourd'hui dans leur majorité en faveur de la Marocanité du Sahara et contre la thèse indépendantiste promue par l'Algérie".
Tout en notant que la liste des exactions des généraux selon une logique propre au milieu du banditisme et non pas selon la logique d'Etat, est longue, ce qui complique les rapports entre le régime algérien et la communauté internationale, Talaâ Saoud Al Atlassi conclut qu"'un Etat dirigé par un quarteron de généraux prédateurs est un Etat qui souffre d'une anémie politique, sans immunité et en manque de clairvoyance. Cela dit, il convient aujourd'hui de connaître l'identité de l'Etat algérien pour que le pays dispose d'un interlocuteur responsable et patriote tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, un interlocuteur qui ne provoque pas de crise extérieure ou encore s'invente un ennemi étranger qui sert d'épouvantail pour détourner l'attention de ses crises internes et du soulèvement populaire qui s'embrase.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.