Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À Rabat, Omar Hilale épingle le phénomène des enfants-soldats manipulés par l'Algérie et le Polisario
Publié dans Barlamane le 23 - 03 - 2022

"Le groupe séparatiste armé Polisario et l'Algérie sont co-responsables de l'enrôlement des enfants des camps de Tindouf. Ils sont par conséquent coupables de crime de guerre", a déclaré l'Ambassadeur Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, lors de son intervention dans le cadre du Colloque International organisé par la Commission Nationale du Droit International Humanitaire, sous le thème "la protection des enfants pendant les crises humanitaires", tenu mercredi à Rabat.
L'Ambassadeur Hilale a mis en exergue, dans sa déclaration centrée sur "le droit international et les enfants soldats", les progrès réalisés dans les normes internationales de protection des enfants au cours des trois décennies qui ont suivi l'entrée en vigueur de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant de 1989, notant que ces instruments internationaux ont classifié en tant que crime de guerre le fait de procéder à la conscription ou à l'enrôlement d'enfants dans des forces ou des groupes armés.
A cet égard, il a déploré que malgré l'existence de cet arsenal normatif international contraignant – conventions internationales, résolutions du Conseil de Sécurité et le Statut de la Cour pénale internationale- , et non- contraignant – résolutions de l'Assemblée Générale de l'ONU et Principes de Paris de 2007 et les Principes de Vancouver de 2017-, qui encadre la protection des enfants en temps de conflits, ceux des camps de Tindouf, en Algérie, continuent d'être exploités en toute impunité en tant qu'enfants-soldats par le "polisario".
M. Hilale a illustré ses propos par des photos et des vidéos authentiques montrant l'entraînement militaire auquel sont assujettis les enfants de ces camps par le "Polisario". Il a montré les similitudes dans les techniques d'entraînement, d'embrigadement et d'endoctrinement à la violence armée utilisées par le "Polisario" et les groupes terroristes tels que Daech et Al-Qaida.
Il a, en outre, mis en exergue les différences entre le destin pacifique et prometteur qui s'offre aux enfants sur les bancs des écoles au Sahara marocain et celui de violence et de terrorisme auquel le "polisario" prépare les enfants des camps de Tindouf dans le désert algérien.
Il a également excipé des dispositions du droit international pour démontrer l'indivisibilité de la responsabilité du "polisario" et celle de l'Algérie dans l'enrôlement des enfants des camps de Tindouf.
M. Hilale a dénoncé le silence complice, voire l'incitation de l'Algérie à ce crime de guerre, qui se perpétue depuis des décennies sur son territoire, et ce en violation totale de ses obligations internationales découlant des instruments auxquels elle est partie, et qui lui imposent l'impératif de protection de ces enfants.
L'Algérie, a-t-il ajouté, est d'autant plus coupable en persistant à refuser le recensement et l'enregistrement des réfugiés des camps de Tindouf, en violation de la Convention de Genève sur les réfugiés de 1951 et des nombreuses Résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies, privant ainsi ces enfants de la protection que leur assure le droit international humanitaire.
L'Ambassadeur Hilale a appelé la Communauté Internationale et des Organisations Internationales et Régionales à condamner ce crime de guerre et à tout mettre en œuvre pour protéger les enfants dans toutes les régions du monde, et en particulier dans les camps de Tindouf, contre leur enrôlement militaire par des groupes armés notamment par le "Polisario".
Enfin, il a formulé à l'attention du Colloque une série de recommandations pour la mise en œuvre de mesures de prévention et de protection des enfants contre l'enrôlement, dont notamment l'assurance de l'enregistrement des enfants dans les camps de réfugiés et la garantie de leur accès à l'éducation. Il a également appelé à la prise de mesures fermes et urgentes en matière de reddition de comptes contre tous ceux qui incitent, encouragent ou procèdent au recrutement des enfants dans des conflits armés.
Il a, en outre, recommandé de lier l'octroi de l'assistance humanitaire au respect scrupuleux des droits de l'enfant et de bannir de l'assistance tout groupe armé coupable d'endoctrinement et/ou recrutement des enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.