Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belgique: «Retourne au Maroc !», les excuses d'un député
Publié dans Barlamane le 16 - 09 - 2016

Le député libéral flamand qui a insulté, jeudi au parlement belge, une collègue d'origine marocaine en lui lançant « retourne au Maroc » a publiquement présenté ses excuses ce vendredi pour avoir prononcé des « mots blessants et offensants ».
Ses propos avaient déclenché un tollé en Belgique.
« Je veux clairement dire que je suis désolé d'avoir prononcé les mots blessants et offensants «Retourne au Maroc» et d'avoir blessé Mme Kitir et la communauté marocaine », a déclaré à la presse Luk Van Biesen, 56 ans, membre du parti libéral flamand Open VLD (majorité). Il s'exprimait, dans l'enceinte du Parlement, aux côtés de la députée socialiste flamande Meryame Kitir, avec laquelle il venait d'avoir un entretien.
« Je veux dire clairement que ces mots ne font pas partie de mon vocabulaire. Je ne suis pas raciste, je ne l'ai jamais été, je le serai jamais demain. Le racisme n'a pas sa place dans cette assemblée, ni ailleurs », a ajouté d'un air contrit et mal à l'aise M. Van Biesen, député depuis 12 ans et jusqu'ici inconnu du grand public.
« Je suis contente qu'il y ait eu une discussion, que Luk ait accepté l'invitation d'avoir une discussion constructive. Je suis contente que le problème ait été reconnu. C'est un signal que le racisme n'a pas sa place, dans cette maison ni ailleurs. Je suis contente qu'il y ait pu y avoir un dialogue entre nous et que nous puissions désormais adresser un message ensemble contre le racisme », a répondu Mme Kitir. L'élu de la périphérie flamande de Bruxelles était au cœur de la polémique depuis hier. « La phrase qui enflamme la Chambre », titrait vendredi le journal francophone Le Soir, évoquant une « minute infernale » pendant le débat sur le sort des quelque 2000 salariés bientôt licenciés de l'usine Caterpillar de Charleroi.
L'incident s'est produit au moment où Meryame Kitir, 36 ans, ancienne syndicaliste et ouvrière de l'usine Ford de Genk, fermée en 2014, venait d'interroger à la tribune le Premier ministre, le libéral francophone Charles Michel, sur sa politique vis-à-vis des salariés de Caterpillar. Mme Kitir, née en Belgique de parents marocains, avait expliqué que Luk Van Biesen lui avait dit « Si vous n'êtes pas contente, retournez au Maroc ! » alors qu'elle rejoignait sa place. Des députés avaient confirmé sa version, d'autres affirmant au contraire n'avoir rien entendu. Problème : les enregistrements de la séance ne permettent pas de trancher. Luk Van Biesen avait alors tenté d'expliquer qu'il avait été mal compris, sans convaincre. « Ses explications ne correspondent pas à ce que l'on peut attendre d'un député libéral », avait réagi la présidente de son parti, Gwendolyn Rutten, avant les excuses publiques du député.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.