DGSN: arrestation hollywoodienne aux environs de Casablanca    Lois électorales: Laftit change de méthode    BAM: l'économie marocaine se contracterait de 6,3% en 2020    Le commerce en réseau crée sa fédération    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    M6 interdite en Algérie    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    Incendie dans un dépôt à Casablanca: un riverain témoigne (VIDEO)    Bilan quotidien: Casa-Settat continue de s'accaparer la part du lion (Covid-19)    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Kénitra: un repris de justice ayant menacé des policiers interpellé    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Violeur en série. Des aveux à vous glacer le sang    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diffusion non autorisée de photos et vidéos : fin de l'impunité
Publié dans Challenge le 17 - 10 - 2018

Le législateur a mis à profit le passage de la loi relative à la lutte contre les violences faites aux femmes pour ajouter trois articles au Code pénal (447-1, 447-2 et 447-3 ) dans le but de sévir contre la violation de la vie privée, phénomène qui a pris une ampleur considérable avec l'usage de plus en plus croissant des nouvelles technologies de communication.
A travers ces articles, le législateur a tenté de ratisser large en étendant au maximum le champ des interdictions et des sanctions. Ceci pour la simple raison que l'usage massif des nouvelles technologies fait que les menaces contre la vie privée sont omniprésentes, à tel point que chaque citoyen est devenu à la fois acteur et en même temps une victime potentielle.
Sous le nouveau dispositif légal, les utilisateurs des technologies de communication doivent, avant de procéder à tout acte de nature à toucher la vie privée d'autrui, recueillir l'accord préalable de la personne concernée. Autrement, ils courent le risque de se voir sanctionner durement. Donc, dorénavant la règle d'or est le consentement de la personne dont les «données» de sa vie privée sont enregistrées, photographiées ou diffusées.
Comme on l'a dit, les dispositions ajoutées au Code pénal ont été rédigées de manière à protéger la vie privée des personnes dans tous ses aspects. Le premier aspect protégé porte sur les «paroles et les informations». Ainsi, se trouve puni d'un emprisonnement de six mois à trois ans et d'une amende de 2000 à 20 000 DH, toute personne qui procède par tout moyen y compris les systèmes informatiques, «à l'interception, à l'enregistrement, à la diffusion ou à la distribution de paroles ou d'informations émises dans un cadre privé ou confidentiel, sans le consentement de leurs auteurs».
Le deuxième aspect protégé concerne les photos et les vidéos. Le Code pénal retient la même sanction applicable aux «paroles et aux informations», contre les personnes qui procèdent «par tout moyen à la capture, à l'enregistrement, à la diffusion ou à la distribution de la photographie d'une personne se trouvant dans un lieu privé, sans consentement».
A ce niveau, on doit retenir que les actes ne sont passibles de sanctions que lorsqu'ils se déroulent dans un lieu privé (maison, salle de fête, lieu de travail….) et sans le consentement des personnes concernées.
L'autre aspect, et qui s'explique pas les possibilités qu'offrent les nouvelles technologies pour le traitement parfois frauduleux du son et de l'image, se rapporte au montage composé de paroles ou de la photographie d'une personne. Et pour cet aspect, le législateur retient une sanction lourde puisque le nouvel article 447-2 du Code pénal punit d'un emprisonnement d'un an à trois ans et d'une amende de 200 à 20.000 DH, toute personne qui procède par tout moyen, y compris les systèmes informatiques, à la «diffusion ou à la distribution d'un montage composé de paroles ou de la photographie d'une personne, sans son consentement». La même sanction s'applique en cas de diffusion ou de distribution de fausses allégations ou de faits mensongers, en vue de porter atteinte à la vie privée des personnes.
Et pour protéger la vie privée au sein de la famille, le législateur a retenu une sanction la plus lourde (allant jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 50 000 DH d'amende) lorsque l'infraction est commise par un époux, un conjoint divorcé, un fiancé, un ascendant, un descendant, un kafil ou un tuteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.