Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Casa-Settat: Le wali Ahmidouch anticipe l'après-confinement    AGO, arrêté des comptes... Attention aux délais légaux    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité
Publié dans Challenge le 06 - 04 - 2020

Le Maroc veut généraliser le port du masque de protection. Il a procédé depuis ce lundi 6 avril à la distribution de ces protections aux épiceries de proximité et aux grandes surfaces à travers le Royaume, et ce pour la vente au grand public.
Le Maroc veut renforcer les mesures de protection mises en œuvre contre la propagation du coronavirus. Les épiceries marocaines distribuent depuis ce lundi 6 avril à leurs clients des masques de protection. 70 000 épiceries de proximité sont concernées par cette opération même pour l'heure l'approvisionnement de ces points de vente est en cours. « Les masques sont déjà disponibles depuis quelques heures dans les supermarchés et auprès de certains épiciers. Les 70 000 épiceries de proximité ciblées le seront d'ici demain ou après demain. Le ministère a pu revoir le prix à la baisse. Les 100 unités et 50 unités coûtent respectivement 80 DH et 40 DH », indique Taoufik Moucharraf, directeur de la communication au ministère de l'Industrie et du Commerce. Pour rappel, le 2 avril dernier, un arrêté du ministère de l'Economie et des finances,
Fixé les prix comme suit : 2,5 DH/unité pour les boîtes de 10 unités, et 2 DH/unité pour la boîte de 50 unités, ou encore 1 DH/unité pour la boite de 100 masques.
Pour assurer un plein succès, le ministère a décidé de profiter d'abord des réseaux des grands distributeurs, notamment Centrale Danone avec son réseau de 75 000 épiciers, Copag et Dislog Group. Selon Moncef Belkhayat, Président H&S & Dislog, d'autres opérateurs affiliés à Tijara 2020 rejoindront le trio, « ce qui permettra d'étendre la distribution aux pharmacies ». Comme nous l'annoncions hier dimanche 5 avril (Masques anti coronavirus : Le port généralisé encouragé au Maroc ?), une dizaine d'usines spécialisées dans la fabrication de tissu se sont lancées dans la fabrication de masques alternatifs. « Actuellement, nous avons atteint une capacité de production 3 millions de masques par jour et dès la semaine prochaine celle-ci atteindra les 5 millions de masques par jour. Tous les masques produits respectent les standards internationaux. D'ailleurs le ministère a exigé que les produits soient accompagnés d'une fiche renseignant sur certains aspects, notamment la durée d'utilisation » », souligne Taoufik Moucharraf qui précise que le Département d'Elalamy a accompagné tous ces producteurs de masques.
Ces masques barrières qui ont une durée d'utilisation optimum de quatre heures, également utilisables une fois, sont aptes à l'utilisation. Ils limitent la projection de gouttelettes de l'usager potentiellement atteint de coronavirus sur son voisinage. Ils protègent aussi contre toute attaque externe sans gêner la respiration.
Si au début de l'épidémie du coronavirus, plusieurs pays estimaient que le port du masque n'est pas utile, cette protection s'impose de plus en plus. Aujourd'hui, plusieurs gouvernements l'ont déjà imposé dans l'espace public. Au Maroc, l'exécutif le recommande ainsi pour toute la population. « Il n'est pas exclu qu'à partir de ce moment que le port du masque soit obligatoire dans certains endroits comme les supermarchés. Ce n'est pas dans nos coutumes mais on doit s'y mettre pour protéger les autres », confie un des producteurs de masques.
Le Maroc a déclaré l'état d'urgence sanitaire et le confinement dès vendredi 20 mars à 18 heures, afin de contenir la propagation du Covid-19, alors que le pays a enregistré son premier cas positif le 2 mars. Le gouvernement a très vite décidé d'une série de mesures, qui n'ont été mises en place dans des pays européens qu'au stade 2 ou 3 de la pandémie. Aujourd'hui en démocratisant le port du masque, les pouvoirs publics anticipent déjà le déconfinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.